soigner les caries

Le 24 Janvier 2018. Image crédit : Pixabay

Des scientifiques ont découvert qu’un médicament anti-Alzheimer pouvait soigner les caries

Certes ce n’est pas naturel mais cette découverte est un formidable espoir pour soigner nos dents.

Si vous détestez aller chez le dentiste comme beaucoup de gens, alors vous serez ravi de découvrir cette nouvelle découverte qui pourrait signifier la fin des plombages.

On a découvert qu’un médicament testé sur des patients atteints de la maladie d’Alzheimer réparait les caries en favorisant la repousse des dents.

Les chercheurs du King’s College de Londres ont découvert que le médicament appelé Tideglusib était capable de stimuler le renouvellement des cellules souches qui se trouvent dans la pulpe des dents. Cela leur a permis de générer le matériau minéralisé sous l’émail, appelé dentine.

Cette technique novatrice pourrait réduire considérablement le besoin de poser un amalgame, qui s’infecte facilement et doit souvent être remplacé plusieurs fois.

Chaque fois qu’un amalgame doit être refait ou qu’une infection se produit, le dentiste doit enlever et remplir une zone plus grande que celle initialement touchée. Après plusieurs traitements, vous devrez peut-être arracher la dent et la remplacer par un implant ou poser un bridge.

L’équipe a découvert de nouveaux développements dans sa recherche et a constaté qu’on pouvait également réparer les dents avec de la pulpe non exposée, qui est la forme la plus commune des caries.

Si la carie ou les traumatismes endommagent nos dents, trois couches peuvent être affectées; l’émail externe, la couche intermédiaire de dentine et la pulpe dentaire qui est à l’intérieur de la dent. Les chercheurs avaient précédemment trouvé que le Tideglusib protégeait la troisième couche où la chair était exposée, en stimulant la production de dentine.

Dans la dernière étude , l’équipe a découvert que la méthode fonctionnait également sur la deuxième couche où la pulpe n’est pas exposée, en augmentant la sécrétion naturelle de dentine réactionnaire.

« Au début de l’année, nous avons montré que nous pouvions stimuler la réparation naturelle des dents en activant les cellules souches dentaires résidentes. Cette approche, qui est simple et rentable, a été utilisée dans les dents qui avaient la couche vitale (pulpe dentaire) de la dent exposée à l’environnement extérieur », a déclaré le professeur Paul Sharpe, directeur du Centre de biologie craniofaciale et régénérative à King Collège Londres.

« Nous avons maintenant démontré que cette même approche pouvait être utilisée dans des situations de lésions de la dentine peu profondes où des cellules différenciées (pas des cellules souches) nécessitent une activation. Ce type de dommages est le cas le plus commun que les dentistes voient dans la pratique dentaire. »

Ces nouveaux résultats pourraient ouvrir la voie à de nouveaux produits cliniques révolutionnaires.

« En montrant que nous pouvons utiliser de petites molécules pour l’activation de la signalisation Wnt / β-caténine après une lésion dentaire superficielle et profonde, nous ouvrons des portes pour faire fabriquer des matériaux qui déclenchent naturellement la réparation de la pulpe dentaire. » déclare Vitor Neves, étudiant en doctorat à l’Institut dentaire du King’s College de Londres.

« La dentine renforcée protégerait la pulpe dentaire contre la pulpite irréversible, ce qui signifie que les petites caries pourraient être arrêtées avant qu’elles ne se transforment en problèmes plus graves, où des canaux radiculaires ou des extractions dentaires sont nécessaires. »

Dans l’étude précédente, les éponges de collagène biodégradables ont fourni le traitement et prouvé que les médicaments à petites molécules pouvaient pénétrer dans la dentine pour atteindre les cellules ciblées trouvées dans la pulpe. Actuellement, l’équipe travaille sur un nouveau système de distribution car les éponges de collagène ne peuvent pas être adaptées à la livraison clinique dans la zone touchée dans ce cas.

La réparation naturelle ainsi déclenchée présente l’avantage de ne pas affaiblir la dent, contrairement au recours aux plombages, qui ne sont pas constitués de matières naturellement présentes dans la structure de la dent et peuvent donc fragiliser cette dernière.

Le médicament pourrait se passer d’un certain nombre de tests cliniques

Déjà cliniquement testé dans le cadre de son action contre la maladie d’Alzheimer, le médicament pourra se passer d’un certain nombre de tests cliniques et ainsi arriver plus vite sur le marché, indique The Guardian.

Et ainsi soulager de nombreux patients puisque, comme l’indique le principal auteur de l’étude, Paul Sharpe, « presque tous les êtres humains de la planète sont victimes d’une carie à un moment donné ou à un autre. Le nombre de personnes traitées est gigantesque »

Ces découvertes en soins dentaires sont exactement ce dont nous avons besoin, principalement parce ce que dans de nombreux pays, l’assurance dentaire ne couvre habituellement que la moitié du montant total des coûts. ( source )

Adrien Ruet

Voir l’étude : www.kcl.ac.uk/

Notez cet article