méthode Miyawaki
Image crédit : Deposit Photos

À l’heure actuelle, 75% des Français vivent en ville. Avec les épisodes caniculaires à répétition et la formation d’îlots de chaleur en milieu urbain, l’air que nous respirons devient de plus en plus irrespirables. Il semblerait que la végétalisation de nos villes pour lutter contre ce phénomène soit à notre portée grâce à la méthode Miyawaki.

Cette méthode a été développée au Japon par le botaniste et professeur émérite à l’université nationale de Yokohoma, Akira Miyawaki. L’objectif de cette méthode est de protéger et reformer les forêts dites vierges.

Pourtant indispensables à notre survie, les forêts primaires sont constamment menacées avec la déforestation. Tous les ans, nous rasons ou changeons plus de 6 millions d’hectares de forêts primitives. Actuellement, ces forêts représentent 36% de la surface totale des forêts mondiales.

Avec la pollution qui ne cesse d’augmenter et les températures de plus en plus élevées, replanter des forêts nous permettrait de nous adapter aux changements climatiques. Une forêt Miyawaki atteint sa maturité en 20 ans contre 200 à 300 ans avec les techniques conventionnelles et est un écosystème autonome. Elle est 30 fois plus dense, 100 fois plus riche en biodiversité et stocke plus de CO2 qu’une forêt classique.

méthode Miyawaki
Image crédit : Deposit Photos

Akira Miyawaki a expliqué son concept à UbrainTV :

« Il est important de bien comprendre qu’on ne peut pas planter n’importe quoi n’importe comment, parce que dans le monde végétal, il existe des vraies plantes mais aussi ce que j’appelle des fake plantes. Les vraies plantes résistent à des conditions extrêmes et vivent très longtemps. Les fake ont l’air tout aussi fortes, mais meurent facilement. C’est pour cela que je les appelle fake plantes. »

En effet, les essences autochtones sont plus profondément enracinées et sont capables de mieux résister aux conditions extrêmes. Sa méthode est plus onéreuse car il faut étudier la zone à reboiser, faire germer les graines et préparer le substrat, mais lorsque les arbres sont plantés, ils n’ont plus besoin d’être entretenus.

La méthode Miyawaki a déjà permis de régénérer plus de 1300 sites au Japon, en particulier sur les côtes pour apporter une protection supplémentaire aux habitants face aux potentiels tsunamis. Plusieurs pays ont décidé de s’inspirer de cette méthode. Par exemple, Urban Forests, en Belgique, a revégétalisé plusieurs zones industrielles qui étaient en friche.

méthode Miyawaki
Image crédit : Deposit Photos

Pour l’hexagone, l’association Boomforest a planté de jeunes chênes et bouleaux pour remplacer les mauvaises herbes du périphérique parisien.

Découvrez un exemple d’une forêt plantée en Inde il y a 8 mois à Bangalore. On y voit une faune et une flore qui sont déjà en train de reprendre leurs droits :

Au final, jusqu’à aujourd’hui, la méthode Miyawaki aurait déjà permis de replanter 40 millions d’arbres indigènes dans les quatre coins du monde.