Mononucléose : causes-symptômes et traitements

Le 16 Mars 2018

Mononucléose : causes-symptômes et traitements

La mononucléose ou mononucléose infectieuse est une maladie qui touche principalement :

  • –  Les jeunes adultes,
  • –  Les adolescents,
  • –  Les enfants (moins fréquent)La mononucléose infectieuse est une maladie qui se manifeste par le virus Epstein-Barr. Virus de la famille de l’herpès, il se transmet par la salive, c’est pourquoi on appelle la mononucléose la “maladie du baiser” ou la “maladie des amoureux”. C’est pourquoi, nous allons voir dans cet article :
  • –  Les causes,
  • –  Les symptômes,
  • –  Les traitements traditionnels et naturels

1. Les causes de la mononucléose.

Comme dit précédemment, la mononucléose se déclenche avec l’infection du virus Epstein-Barr. C’est un virus très répandu parmi les populations bien qu’il ait tendance à diminuer en viralité grâce aux conditions d’hygiène dans nos pays développés. Il est inoffensif dans la majorité des cas parce qu’il est présent dans notre corps sans le savoir mais tant qu’il ne trouve pas sa source d’alimentation, il ne se développera pas.

On estime que dès l’âge de 5 ans, 1 enfant sur 2 est porteur du virus et passé l’âge de 40 ans, on estime à 90% le nombre de personnes porteuses du virus. C’est pourquoi pour éviter la panique ou la peur qui peut éventuellement surgir, ce n’est pas parce que le virus est présent que les symptômes vont se manifester et occasionner des gênes dans notre vie de tous les jours.

Les différentes causes de la mononucléose sont :

  • –  La salive,
  • –  Les échanges de verres,
  • –  Les échanges d’ustensiles (couteau, fourchette, cuillère, …)
  • –  Les objets souillés,
  • –  L’allaitement.

La période d’incubation est d’environ 4 à 6 semaines, c’est à dire le moment où le virus entre dans le corps et l’apparition des symptômes.

2. Les symptômes de la mononucléose.

Il y a différents symptômes associés à la mononucléose. Par ordre d’importance que l’on constate dans la majorité des cas, on retrouve :

  • –  Une grande fatigue à tel point que l’on peut même être obligé de rester au lit pendant des journées entières,
  • –  Un gonflement des ganglions du cou et des aisselles. Vous pouvez vérifier si vos ganglions sont enflés ou non en touchant avec vos doigts.
  • –  Des maux de gorge aiguës qui sont très inflammatoires à tel point que vous pouvez avoir des difficultés à déglutir,
  • –  Une forte fièvre pouvant monter jusqu’à 40°C avec frissons et coups de froid,
  • –  Des maux de têtes → Une des manifestations parmi des centaines que le corps est saturé de substances toxiques. Il faut le voir comme un avertissement que la nature nous envoie pour procéder à un nettoyage qui va rééquilibrer la circulation sanguine en régulant la pression qu’il exerce sur certaines zones cérébrales.
  • –  Une perte d’appétit → La perte d’appétit se manifeste à chaque fois que l’on tombe malade. C’est un mécanisme naturel du corps de se mettre en état de jeûne pour laisser la nature faire le travail de régénération grâce au processus de l’homéostasie.
  • –  Des douleurs musculaires à tel point que vous allez avoir du mal à bouger, ce qui rejoint l’extrême fatigue décrite plus haut,Les symptômes comme la fièvre, les maux de gorge, les maux de tête peuvent durer pendant 2 à 3 semaines, c’est pourquoi il est inutile de s’inquiéter si les symptômes ne disparaissent pas instantanément. Le corps a besoin de plus de temps pour pouvoir gérer ce type de virus. La fatigue en revanche peut persister pendant plusieurs mois bien qu’elle sera de moins en moins intense.Il n’existe pas de moyen de prévenir la mononucléose infectieuse selon la médecine. Il n’y a pas non plus de vaccin contre le virus Epstein-Barr. Les mesures officielles recommandées pour éviter la contagion de la mononucléose sont :
  • –  Éviter les baisers avec toute personne atteinte de la mononucléose,
  • –  Éviter d’échanger les objets infectées susceptibles de transmettre le virus,
  • –  Se protéger des éternuements

Maintenant que nous savons ce que nous pouvons faire pour prévenir la mononucléose par quelques mesures, voyons ce qu’il en est du traitement possible pour soigner cette maladie.

3. Les traitements classiques pour la mononucléose.

Il n’existe aucun traitement spécifique pour soigner la mononucléose. La mononucléose est une maladie sans conséquence grave sur l’état de santé bien qu’elle soit signe d’avertissement à mon sens. La mononucléose disparaît généralement d’elle-même. Dans les meilleurs cas, la maladie ne se fait plus ressentir au bout de 4 semaines. Dans les pires cas, elle se manifestera pendant 8 semaines excepté la fatigue qui demandera un temps de récupération plus important.

4. Les traitements alternatifs pour la mononucléose.

a) L’homéopathie.

L’homéopathie peut nous venir en aide pour traiter la mononucléose. Il est possible de prendre :

● 3 granules de Mercurius Solubilis 9 CH et de Natrum Muriaticum 9 CH pour lutter contre la fatigue particulièrement prononcée, (Source)

  • ●  5 granules de Belladonna 5 CH pour faire chuter la température en cas de fièvre, (Source)
  • ●  3 granules de Phytolacca 5 CH pour lutter contre les douleurs musculaires, (Source)
  • ●  Calendula Officinalis TM et le Mercurius 4 ou 5 CH sont utilisés si vous êtes sujets  des problèmes de gencives.

●  3 Granules de Phosphorus 7 CH si vous contractez une complication de la mononucléose : l’hépatite aiguë associée à une jaunisse ou un trouble digestif.

b) Les plantes.

● Propolis
La propolis est une plante particulièrement reconnue pour son effet immunostimulant. Idéale pour lutter contre la fatigue. En effet, la Propolis est utilisée depuis l’antiquité pour vaincre les pathologies virales.

Sa teneur élevée en flavonoïdes (famille d’antioxydants) explique ses propriétés antiseptiques, anti-bactériennes et antivirales.

● Tisanes.
Tisane de Romarin → L’infusion au romarin est idéale pour combattre les troubles digestifs, soulager les troubles respiratoires et favoriser la circulation sanguine. Idéal en cas de maux de tête et de fatigue.

Versez de l’eau bouillante sur une branche de romarin frais dans une tasse ou une cuillère à soupe de romarin sec. Laissez infuser pendant environ 5 minutes et filtrez l’eau pour boire ensuite votre tisane avec un filet de miel en plus si vous voulez un petit goût sucré.

Tisane de Lapacho → Le lapacho est une plante reconnue par les Incas comme étant un “remède miraculeux”. Immunostimulant et favorise la récupération de manière générale, le lapacho est un antiviral naturel très efficace. Quand on sait que la mononucléose est un virus de la famille de l’herpès, prendre une tisane de Lapacho peut être une bonne alliée.

Pour un volume de 0,6 d’eau, versez une cuillère à soupe bien pleine d’écorces de lapacho biologique dans de l’eau bouillante. Laissez bouillir pendant 5 minutes et laisser reposer 20 minutes. Filtrer et boire tiède.

c) Huiles végétales et essentielles.

● Huile essentielle de Ravintsara

L’huile essentielle de Ravintsara est utilisée pour traiter les troubles respiratoires pour ses propriétés antibactériennes et antivirales. Elle est également très stimulante et énergisante pour l’organisme. Elle est d’ailleurs considérée comme l’une meilleures huiles essentielles immunostimulantes et antidépresseurs.

Voir aussi :CLASSEMENT DES HUILES ESSENTIELLES PAR MAUX

On l’utilise la plupart du temps pour traiter différents symptômes et maladies :

  • –  Fatigue,
  • –  Bronchite,
  • –  Sinusite,
  • –  Rhinopharyngite,
  • –  Infection virale,
  • –  Infection bactérienne.Il faut environ 125 kg de feuilles pour faire 1 litre d’huile essentielle, donc autant dire que le produit est puissant, c’est pourquoi il faut l’utiliser en petite quantité.
  • ● Huile de coco

Certaines études ont été réalisées et ont montré que l’huile de coco pouvait être bénéfique dans les cas de mononucléose notamment pour ses propriétés anti-bactériennes. Plus d’informations sur tous les bienfaits de l’huile de coco et comment l’utiliser.

c) Traitement hygiéniste.

Il n’y a de traitement hygiéniste en soi étant donné que l’hygiénisme d’Hippocrate, père de la médecine grecque antique n’est pas de trouver une solution, un remède à un problème que l’on appelle maladie mais de traiter directement la cause à l’origine de la maladie. Une maladie est une série de symptômes qui se manifeste pour éliminer l’excès de toxines (bactéries, virus ou microbes pathogènes) accumulées dans l’organisme.

Une maladie est un avertissement que la nature nous envoie pour nous prévenir que le terrain interne du corps est contaminé et peut abriter des éléments pathogènes responsables des maladies. Peu importe la maladie parce qu’une maladie est la conséquence d’un excès d’acidité dans l’organisme. Acidité que l’on peut trouver sous différentes origines : virale, bactérienne, fongique, …

“Aucune maladie y compris le cancer ne peut exister dans un environnement alcalin” . – Dr. Otto Heinrich Warburg, prix nobel de médecine, 1931.

La nature n’a pas fait l’homme pour qu’il soit naturellement malade. Au contraire dès que nous avons le moindre symptôme, on s’empresse de le supprimer au plus vite parce que la douleur, l’inflammation est insupportable. Ainsi on prend conscience que notre santé est notre première liberté. L’équilibre acido/basique du corps est notre boussole interne à prendre notre santé en charge chaque jour de notre vie.

La mononucléose est un virus pathogène qui se manifeste lorsque le terrain, l’état interne du corps le lui permet, lorsque le virus a suffisamment d’acidité à portée de main pour se nourrir et se développer, il va ainsi se faire ressortir de l’extérieur par les symptômes cités précédemment. C’est pourquoi, certaines personnes développent les symptômes de la mononucléose et d’autres non. Passé l’âge de 40 ans, 9 personnes sur 10 possèdent le virus mais ne développent pas la maladie, qu’est-ce qui explique cette observation si ce n’est l’état du terrain ?

La génétique ? On sait qu’avec les dernières études réalisées dans les sciences de la biologie, un phénomène a révolutionné cette discipline : l’épigénétique. L’épigénétique dit que nous sommes le résultat de nos habitudes. Concrètement, ce n’est pas la génétique qui détermine notre état de santé mais les habitudes de viesque l’on adopte au quotidien :

  • ●  L’alimentation,
  • ●  Le niveau d’activité physique,
  • ●  Le sommeil
  • ●  La qualité des relations sociales,
  • ●  Le niveau de satisfaction que l’on a de sa vie de tous les jours

●  etc…

Nos habitudes influent à 85% notre état de santé. C’est pourquoi certaines personnes tombent souvent malades et d’autres jamais. Idem pour la mononucléose. En faisant le tour sur les forums et les sites de témoignages, on se rend compte qu’il y a beaucoup d’incompréhension autour de cette maladie. Voici par exemple le témoignage d’un père de famille que vous pouvez trouver sur le site de Alternative Santé ( source ) “A l’âge de 10 ans ma fille a eu une mononucléose qui l’a fatiguée pendant 6 mois. Au même moment une amie de sa classe avait eu exactement les même symptômes d’angine qui avaient duré 15 jours, mais sans que cela ne devienne chronique : pourquoi l’une et pas l’autre, mystère.
Ma fille a présenté pendant toute cette période une légère fièvre le soir, autour de 37,4°.
Le médecin a balayé cela d’un revers de main en disant que la température était différente d’un individu à l’autre.
Il n’empêche que j’ai surveillé cela, et que sa température est repassée autour de 37° dès qu’elle s’est sentie à nouveau en forme.
Son corps s’est débarrassé tout seul du virus, et on n’en a jamais reparlé…”

Tout cela pour dire que les principes fondamentaux sont essentiels pour prévenir la mononucléose. Dans le cas de la mononucléose, je vous en recommande deux principes fondamentaux sur lequel focaliser son attention particulièrement :

● Le sommeil,

● L’hydratation.

Le sommeil sera votre premier allié pour prévenir et traiter au mieux une mononucléose. Sur 100 ans de vie, on dort en moyenne 33 ans, le sommeil est le moyen le plus naturel pour lutter contre la fatigue et recharger le système endocrinien. Notre système endocrinien est l’ensemble de nos glandes que l’on peut imaginer comme des batteries d’énergie. Ces batteries doivent être rechargées régulièrement par le sommeil, la respiration consciente, l’alimentation riche en charge électromagnétique, … . Si elles sont déchargées, elles ne peuvent plus sécréter les hormones et neurotransmetteurs qui permettent le bon fonctionnement de notre organisme.

L’hydratation est essentielle pour éliminer les toxines responsables des différents symptômes cités précédemment. Privilégiez toujours l’eau tiède ou chaude. Evitez l’eau froide qui demande beaucoup d’énergie à l’organisme pour chauffer cette eau une fois à l’intérieur du corps. Favorisez l’eau chaude en cas de fièvre.

Vous pouvez faire une cure de jus de légumes pour accélérer le rétablissement. Voici quelques idées de jus que vous pouvez faire pour lutter contre la fatigue caractéristique principale de cette maladie.

  1. Jus de carotte (50cl)
  2. Jus de carotte (30cl) épinard (20cl)
  3. Jus de carotte (30cl) betterave (10cl) concombre (10 cl)

Enfin, si la fièvre est persistante vous pouvez faire des jus à base d’agrumes :

  1. Jus de pamplemousse,
  2. Jus de citron,
  3. Jus d’orange.

Avec toutes ces informations, vous avez de quoi vous prémunir contre la mononucléose ou la gérer au mieux pendant votre convalescence.

Adrien Lamacchia -Son site .santebienetreglobal.com

Adrien Lamacchia –

Après avoir parcouru un certain chemin vers la santé parce que souvent malade jusqu’à l’âge de 22 ans, j’ai pris conscience de certains dangers et adopté plusieurs habitudes alliant santé, bien-être et vitalité que je partage désormais sur mon site internet.

Notez cet article

A propos de Adrien Lamacchia

Santé et bien-être : Après avoir parcouru un certain chemin vers la santé parce que souvent malade jusqu’à l’âge de 22 ans, j’ai pris conscience de certains dangers et adopté plusieurs habitudes alliant santé, bien-être et vitalité que je partage désormais sur mon site internet. J’en suis arrivé à la conclusion que c’est l’équilibre holistique le plus parfait qui peut garantir un état de santé optimale pour l’humain. C’est pourquoi, à travers ce site internet, je souhaite vous partager mes expériences, mes apprentissages et un maximum de connaissances que j’ai apprises à travers les dizaines de livres que j’ai lu, les heures de vidéos que j’ai visionné, les dizaines de conférences que j’ai vu ou encore les formations que j’ai suivi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*