Lisez cet article s’il y a quelqu’un que vous n’arrivez pas à oublier

pas à oublier
Image crédit : Pixabay

Le pardon est difficile. C’est l’une des choses les plus difficiles de l’expérience humaine. Mais je déteste tous les clichés qui existent à propos du pardon.

Je connais chaque citation, chaque conseil, chaque opinion régulièrement entérinée sur le sujet parce que j’ai beaucoup lu de livres. J’ai lu beaucoup d’articles sur l’abandon de la colère. J’ai écrit des citations de Bouddha et les ai collées sur des post-its sur mon frigo. Je sais qu’aucune chose n’est simple. Je sais que les adages sont parfois épuisants. Je sais que l’écart entre «décider de pardonner» et ressentir la paix peut sembler totalement infranchissable. Je le sais car je connais.

Le pardon est un vaste domaine impossible à comprendre pour ceux qui aspirent à la justice. La seule idée de laisser quelqu’un s’éloigner de ce qu’il a fait sans conséquence nous rend malade. Nous voulons transférer nos déceptions sur eux. Nous voulons voir les scores et les règles du jeu s’égaliser. Nous voulons aussi qu’ils supportent le poids de ce qu’ils ont fait, pas seulement nous.

Parfois le pardon semble être la trahison ultime envers soi-même.

Vous ne voulez pas abandonner le combat pour que justice soit faite après ce qui vous est arrivé. La colère brûle à l’intérieur de vous et vous empoisonne. Vous le savez, mais vous ne pouvez pas le ou la laisser partir. La colère est une partie de vous aussi inséparable que votre cœur, votre esprit ou vos poumons. Je connais ce sentiment. Je connais le deuxième palier qui est la fureur.

Mais voici ce qu’il faut savoir à propos de la colère: c’est une émotion instrumentalisée. Nous restons en colère parce que nous voulons que justice soit rendue. Parce que nous pensons que c’est utile. Parce que nous supposons que plus nous sommes en colère, plus nous sommes capables de provoquer des changements. La colère ne réalise pas que le passé est fini et que le mal est fait. Cela vous dit que la vengeance va arranger les choses. C’est la quête de la justice.

Sauf que la justice que nous voulons n’est pas toujours réaliste.

Rester en colère, c’est comme si vous enleviez continuellement une croute parce que vous pensez que si vous maintenez la plaie ouverte, vous ne ferez pas de cicatrice. C’est penser qu’un jour, la personne qui vous a fait du mal peut venir vous faire des points de suture avec une telle précision que vous ne saurez jamais que vous étiez coupé. 

La vérité sur la colère est que ce n’est rien de plus que le refus de guérir, parce que vous en avez peur. Parce que vous avez peur de ce que vous serez une fois vos plaies refermées et que vous devrez continuer à vivre dans votre nouvelle peau inconnue. Vous voulez retrouvez votre vieille peau. Et la colère vous dit de garder cette plaie saignante.

Lorsque vous êtes sous pression, le pardon semble impossible. 

Pourtant, nous voulons y arriver, car intellectuellement, nous savons que c’est le choix le plus sain à faire. Nous voulons les bienfaits que nous offrent le pardon et la paix. Nous voulons la libération. Nous voulons que la folie de notre cerveau se calme et pourtant nous ne trouvons pas le moyen de le faire.

Parce que voici ce qu’on ne nous dit pas à propos du pardon: cela ne réglera rien. Ce n’est pas une gomme qui va effacer la douleur de ce qui vous est arrivé. Cela n’annule pas la douleur avec laquelle vous vivez et ne vous accorde aucune une paix immédiate. Trouver la paix est une bataille longue et difficile. Le pardon est ce qu’il vous faut pour rester bien au cours de cette phase.

Le pardon ne signifie avoir un espoir de changer le passé. 

Cela signifie savoir que le passé est fini, que la poussière est retombée et que la destruction laissée dans son sillage ne pourra jamais être reconstruite pour ressembler à ce qu’elle était. C’est accepter qu’il n’y a pas de solution magique aux dégâts causés. C’est la réalisation que, aussi injuste que l’ouragan ait été, vous devez toujours vivre dans une ville de ruines. Et aucune quantité de colère ne reconstruira cette ville. Vous devez le faire vous-même.

Pardonner signifie accepter la responsabilité – non pas pour avoir causé de la destruction, mais pour l’avoir nettoyée. C’est la décision que rétablir votre propre paix est finalement une priorité plus importante que de perturber celle de quelqu’un d’autre.

Le pardon ne signifie pas être ami avec ceux qui vous ont fait du mal, sympathiser avec eux ou valider ce qu’ils vous ont fait. Cela signifie simplement accepter la cicatrice . Et que pour le meilleur ou pour le pire, cette marque est maintenant votre fardeau à porter. Cela signifie que vous avez fini d’attendre que la personne qui vous a fait du mal vienne vous reconstruire. 

C’est la décision de soigner vos propres blessures, quelles que soient les cicatrices que d’autres vont laisser sur votre peau. C’est la décision d’aller de l’avant avec des cicatrices.

Le pardon ne consiste pas à laisser régner l’injustice. 

Il s’agit de créer votre propre justice, votre propre karma et votre propre destin. Il s’agit de décider que le reste de votre vie ne sera pas misérable à cause de ce qui vous est arrivé. Cela signifie marcher courageusement dans le futur, avec toutes les cicatrices et blessures que vous avez subies en cours de route. Pardonner signifie que vous ne laisserez plus ce qui vous est arrivé vous hanter.

Le pardon ne signifie pas que vous abandonnez tout votre pouvoir. Le pardon signifie que vous êtes enfin prêt à le récupérer et à avancer de nouveau.

Le pardon est un cadeau pour vous. Il s’agit de vous laisser aller et de choisir de ne pas laisser quelqu’un d’autre avoir le pouvoir sur vous.

Magali Caille

J’ai toujours su que j’écrirais un jour car c’est une de mes passions. J’ai commencé mas vie active avec un apprentissage dans l’hôtellerie et j’ai obtenu mon Cap de serveuse. Je fais encore quelque extras mais ma véritable passion est les relations humaines et la psychologie. Mais j’aime aussi beaucoup dessiner et la peinture. Je défens avec ferveur le droit des femmes dans le monde et de la place que les femmes devraient occuper.

Un commentaire sur “Lisez cet article s’il y a quelqu’un que vous n’arrivez pas à oublier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *