parents mariés

À tous les parents mariés qui ne sont pas heureux : ce que vos enfants veulent que vous sachiez

Mes parents se sont séparés après 40 ans de mariage. Cette déchirure violente dans notre famille a créé des blessures que nous ressentons encore – notre père, ma mère, ma sœur et moi. À cause des retombées émotionnelles, nous ne communiquons plus avec notre père depuis près de 10 ans.

Par Lucie Meyer. Le 26/01/2019

Regarder notre famille éclater est une expérience brute et douloureuse, quel que soit notre âge.

À ce moment-là, ma sœur et moi étions des parents mariés et il était également évident qu’il y avait des problèmes dans le mariage de nos parents depuis des décennies. Tous ces faits n’ont pas apaisé la douleur.

Pendant la séparation, notre mère s’était glissée dans le rôle de victime et ma sœur et moi avions choisi notre camp.
Je me souviens de ma dernière conversation avec mon père.

Il essayait de m’expliquer quelque chose, mais je le coupais tout le temps, car je me tenais à ce que disait ma mère qui était la partie qui souffrait et lui un lâche. Nous disons généralement que les hommes sont lâches lorsqu’ils sont incapables d’exprimer leurs émotions ouvertement et cachent, mentent et trichent. Mais tout le monde a son propre point de vue et mérite d’être entendu.

À l’époque, je ne savais pas que beaucoup d’années s’écouleraient avant que l’on se reparle.

Maintenant que nous nous reparlons, nous essayons de donner un sens à toutes les années perdues et à ce qui est arrivé à mes parents et à nous en tant que famille.

Ce que je réalise maintenant, c’est que mon père n’a pas été un lâche, au contraire il a été un héros. Il a eu le courage, la passion et la force de fuir un État totalitaire et de défendre ses droits humains et sa liberté de parole. Il a quitté l’Union soviétique après des années de persécution et d’emprisonnement et a fait basculer le destin de ses enfants, motivé par le désir de nous donner une vie meilleure.

Pourtant, il était incapable d’avoir le même courage pour faire face à ses propres émotions.

Pour tenir tête à ma mère. La pensée de faire face à sa femme, avec qui il a élevé et éduqué des enfants et partagé une vie de plusieurs décennies, et lui dire qu’il était malheureux était insupportable.

Il n’avait pas peur de risquer sa vie pour tenir tête à un régime autoritaire, mais il était complètement impuissant face à ses propres émotions et était incapable de s’exprimer envers sa partenaire. Il se sentait coupable d’être malheureux malgré les efforts et les sacrifices de ma mère.

En observant mes deux parents à présent, je dois reconnaître qu’ils sont bien mieux séparés l’un de l’autre. Après avoir quitté la structure familière de leur mariage, ils ont tous deux dû reconstruire leur vie pratiquement à partir de zéro à 60 ans. Cela a été extrêmement perturbant pour eux et pour nous tous. Les habitudes, si nuisibles soient-elles, sont réconfortantes. Nous préférons tous le familier à l’inconnu.

La plus grande erreur de mes parents a été d’ignorer leurs propres signaux émotionnels.

Ils étaient totalement inconscients du concept d’amour de soi, ayant été élevés dans un état où la vie humaine individuelle n’avait pas de valeur. S’ils avaient été plus attentifs à leurs sentiments et s’étaient permis de les exprimer, ils auraient peut-être pu agir plus tôt, soit pour améliorer leur relation, soit pour se séparer et recommencer leur vie avec une autre personne.

Au lieu de cela, ils sont restés mariés, persuadés qu’ils ne méritaient pas le bonheur personnel, en utilisant les enfants comme excuse pour ne pas perturber le statu quo.

Une telle vie est insoutenable, elle empoisonne et détruit tous ceux qui en font partie.

Ayant eu plusieurs années de recul pour observer cette histoire, je voudrais dire à tous les parents mariés qui ignorent leur besoin de bonheur personnel pour le bien de leurs enfants: nous, enfants de parents malheureux, pouvons repérer les mensonges, la tension, la misère. Même s’il n’y a pas de grosses disputes, nous remarquons des larmes silencieuses, nous relevons la tristesse, le désespoir.

De plus, la manière dont les parents mariés choisissent de gérer leur tristesse envoie des messages puissants à leurs enfants sur la manière de gérer les problèmes quand ils surviennent inévitablement dans leurs propres relations. Les mensonges et les non-dits laissent des cicatrices et des blessures aussi profondes que les blessures d’une rupture. Ce n’est pas en gardant le couvercle sur la douleur, ni par le silence et la crainte d’éclats d’émotion, que nous protégerons nos enfants du danger.

Un manque de respect de soi et de frontières et des sacrifices excessifs envoient de faux messages à nos enfants sur ce que nous devrions être prêts à accepter dans une relation.

J’ai réalisé que mes parents mariés étaient devenus malheureux dans leur couple chacun marqué d’une profonde solitude et d’un manque de connexion. Ils sont devenus si faibles en énergie vitale qu’ils sont devenus l’ombre d’eux-mêmes.

Dès qu’ils ont divorcé, ils ont pu réaliser leur potentiel.

Étonnamment, rien n’était un obstacle – ni leur âge, ni leurs circonstances. Dès qu’ils ont cessé de se plier à la prison des attentes conditionnées, ils ont rapidement retrouvé leur identité d’origine.

En cinq ans, ma mère est devenue une personne joyeuse et heureuse avec beaucoup d’amis et une vie vibrante et active, ce qu’elle n’avait jamais eu en étant mariée.

Mon père est aujourd’hui un homme sage, calme et indépendant, qui apprécie sa liberté.

Nous sommes tellement programmés dans nos attentes et nos idées sur le mariage et sur la manière dont il est censé se dérouler. L’attente d’un conjoint en tant que fournisseur de solutions à la plupart de nos besoins et de nos désirs cause des déceptions inévitables.

La façon dont nos parents se traitent nous prépare pour la vie, ayant une incidence sur notre propre bonheur futur.

Le divorce est la meilleure chose qui soit arrivée à mes parents.

Voir ses parents mariés se séparer est douloureux quel que soit votre âge. Les problèmes de loyauté et d’abandon entraînent des blessures qui nécessitent une communication ouverte et de la compassion pour guérir. Mais voir les gens que nous aimons heureux en vaut largement la peine.