Parfois pour apprécier le véritable amour, vous devez vivre le mauvais type d’amour

apprécier le véritable amour

Le 14 Octobre 2018. Image crédit :depositphotos.com

Parfois pour apprécier le véritable amour, vous devez vivre le mauvais type d’amour

Pendant l’adolescence, l’amour se cachait dans la douleur. C’était la connaissance de quelque chose de tellement réel, et de tellement grand, un peu trop tôt, avant même que l’amour ne sache de quelle façon réagir face à une fille qui ressentait quelque chose d’aussi intense.

Au lieu de cela, l’amour était «tu es moche» et «je ne sortirais jamais avec quelqu’un comme toi». L’amour était «tu as de grosses cuisses» et des années de violence verbale.

Pourtant, je ressentais malgré tout de l’amour dans ce tourment, il y avait un cœur immature qui jouait avec le mien, et des années plus tard, même avec des excuses, l’amour était blessé.

Quand j’ai eu 20 ans, l’amour était un garçon avec trop d’options. Il y avait des plans annulés, et un effort unilatéral. L’amour était pratique et un lit différent dans chaque ville.

L’amour était l’apathie, jusqu’à ce que les options disparaissent. Alors l’amour était une détermination en abondance, une connaissance soudaine de la valeur de mon cœur. L’amour était « Maintenant que je n’ai rien d’autre à faire, je peux m’engager envers toi. » L’amour était égoïste.

À 25 ans, l’amour était un inconnu spontané, c’était une contradiction. C’était « tu me manques, mais je n’ai pas le temps de t’appeler pour le moment. »

C’était « j’ai hâte de te voir, mais en attendant je vais occuper mon temps avec d’autres partenaires. » « Tu es la femme qui m’inspire, qui me donne envie d’être un homme meilleur, mais je ne vais pas me battre pour ça. » C’était « Tu es tout pour moi, mais je n’ai pas le temps. » L’amour était toujours occupé.

Et puis, à 30 ans, l’amour s’est enfin présenté à moi. « Je suis désolé de ce que tu as vécu, mais tu devais faire l’expérience de tout ce que je n’étais pas, pour pouvoir apprécier tout ce que je suis vraiment. »

L’amour était «Après le travail, je conduis pendant deux heures pour pouvoir m’endormir dans tes bras» et «Je veux tout te donner, tu le mérites.

Je veux te montrer à quel point quelqu’un peut t’aimer. » L’amour était total. Il existait dans une déclaration de certitude. Il n’a pas été construit sur la base de promesses vides, il n’a pas été nourri de douleur, de confusion ou d’apathie.

L’amour a été créé par choix. Il devint soudain plus beau que je ne l’avais jamais imaginé, tous les sentiments anciens ont disparu. L’amour était la paix.

L’amour était enfin réel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*