parler du harcèlement

Une étude explique pourquoi les femmes n’osent pas parler du harcèlement

Le 21 Octobre 2017. Image crédit : Pixabay

Une étude explique pourquoi les femmes n’osent pas parler du harcèlement

Face au harcèlement choquant et aux accusations de viol (qui semblent être fondées) contre Harvey Weinstein, le célèbre producteur de films, de nombreuses femmes courageuses sont sorties de l’ombre pour dénoncer des décennies d’atrocités.

Vous avez probablement entendu parler de la campagne Twitter #Metoo , où des femmes du monde entier ont parlé de leur expérience du harcèlement au travail. En fait, vous connaissez probablement beaucoup de ces femmes et vous en êtes peut-être une.

En regardant le flux Twitter, il est choquant de constater combien de femmes subissent le harcèlement. Cependant, ce qui est encore plus stupéfiant, c’est pourquoi elles n’en parlent que maintenant. En ces temps modernes où les femmes sont au point le plus égalitaire dans l’histoire, comment se fait-il que les femmes soient encore harcelées régulièrement ?  Et pourquoi ont-elles l’impression qu’elles ne peuvent pas parler?

Pourquoi les femmes n’osent pas parler du harcèlement : 

Une étude sur le harcèlement au travail préparée par l’US Equal Employment Opportunity Commission a cité une étude de 2003 dans laquelle 75% des employées qui ont signalé du harcèlement ont fini par faire face à «une forme de représailles».

Le rapport dit aussi que l’hypothèse commune est que celles qui sont harcelées cherchent «une réparation légale» (compensation), ce qui est faux. En fait, le rapport déclare que le nombre de victimes qui ne disent rien est «frappant».

L’EEOC a découvert que 33% à 75% d’entre elles faisaient face au harcèlement en essayant d’éviter le harceleur. 54% à 73% tentent de «minimiser la gravité de la situation». Enfin, 44% à 70% tentent d’ endurer le harcèlement.

Le mot dans cet article qui est le plus effrayant est «endurer». Pourquoi une femme devrait-elle «endurer» ce qui sont essentiellement des crimes intimes sur une base quotidienne? Les femmes ne veulent que le même traitement que les hommes au travail: travailler dur sous la direction qui traite équitablement.

En référence à la statistique que 75% ont reçu des représailles après l’avoir rapporté, cela soulève la question: Quelle sorte de représailles?

Eh bien, dans le cas des victimes de Weinstein, il menaçait la carrière des actrices. Il leur a également dit qu’il répandrait des rumeurs négatives qui nuiraient à leur image et les mettrait sur la blacklist des réalisateurs.

Cela soulève un autre aspect du harcèlement: le déséquilibre des pouvoirs. Harvey Weinstein est un géant à Hollywood. Ses films ont reçu plus de 300 Oscars . C’est également un homme influent à Washington en raison de ses collectes de fonds à énormes profits pour les candidats démocratiques, dont Barack Obama et Hilary Clinton.

Ce déséquilibre de pouvoir peut être vu dans n’importe quel environnement de travail : de la finance aux sports, et même dans les lieux de travail à forte intensité de main-d’œuvre (une femme de ménage facilement remplaçable par rapport à son manager). C’est dans ces situations de déséquilibre de pouvoir que la direction doit peut-être orienter ses programmes de harcèlement et son dialogue.

Si 3 femmes sur 4 ont peur de signaler le harcèlement, alors on devrait l’aborder dans chaque environnement professionnel. Pourquoi devrait-on attendre que le nombre de victimes s’additionne pour aborder ce fléau ?

Parler du harcèlement; voir l’étude : /www.eeoc.gov/eeoc/