Le propriétaire de l’entreprise Patagonia poursuit Trump qui veut réduire la taille de deux monuments nationaux

Le président Donald Trump a signé deux proclamations présidentielles pour réduire la taille du monument national Bears Ears et le monument national Grand Staircase-Escalante (un parc naturel de 7 600 kilomètres carrés, protégé depuis 21 ans par la loi fédérale) d’environ 2 millions d’acres. Beaucoup de personnes ont accueilli la décision avec dégoût et incrédulité.

Mais les militants, les organisations et les entreprises ne restent pas silencieux. En fait, Patagonia, une entreprise californienne de vêtements techniques éco-conçus de sports de montagne et de surf, créée par Yvon Chouinard, poursuit le président Trump pour avoir «volé» des terres qui n’appartiennent pas au gouvernement américain.

Voir également : San Francisco : la ville a adopté une résolution contre Trump

Yvon Chouinard, propriétaire de Patagonia, a déclaré à CNN :

« Je vais le poursuivre en justice. Il semble que cette administration ne comprenne que les poursuites judiciaires. Je trouve dommage que seulement quatre pour cent des terres américaines soient  des parcs nationaux . Le Costa Rica en a 10 pour cent … Nous en avons besoin de plus, pas de moins. Ce gouvernement est mauvais et je ne vais pas m’asseoir et laisser le mal gagner. »

Sa déclaration reflète la même que celle trouvée sur le site Web de Patagonia, qui se lit comme suit :

« Le président a volé votre terre. Dans une action illégale, le président vient de réduire la taille des monuments nationaux Bear Ears et Grand Staircase-Escalante. C’est la plus grande élimination de terres protégées dans l’histoire américaine. »

Credit: Jean-Marc Giboux

Trump vise à réduire Oears Oars de 1,35 million d’acres à seulement 220 000 acres. Il souhaite également couper Grand Staircase-Escalante (près de 2 millions d’acres) en deux. Les terres sacrées des Amérindiens et les sites archéologiques sont dispersés dans les territoires, ce qui explique pourquoi les anciens présidents Barack Obama et Bill Clinton ont passé la législature pendant leurs mandats pour protéger les sites. Le président américain aimerait les rendre accessibles à l’exploitation minière.

Voir aussi : Trump a autoriser le massacre des ours et loups, ainsi que leurs bébés en Alaska.

Sur son site Internet , Patagonia souligne qu’il y a eu plus de 2,7 millions de commentaires publics en 60 jours. En outre, plus de 98% ont soutenu le maintien ou même l’expansion des monuments nationaux, ne les réduisant pas pour que les compagnies pétrolières puissent en tirer profit.

Pour éduquer les consommateurs sur l’importance de la préservation de l’environnement, la société a également inclus une statistique déchirante de 2017 de la Wilderness Society. Elle déclare:  «90% des terres publiques américaines sont ouvertes à la location et au développement de pétrole et de gaz; seulement 10 pour cent sont protégées pour les loisirs, la  conservation et la faune. »

Credit: Patagonia

Patagonia n’est pas la seule entreprise engagée dans la protection de l’environnement. REI et North Face ont également ajusté leur page d’accueil pour montrer leur opposition à la proclamation de l’administration. Forbes rapporte que la page d’accueil de North Face comporte un lien vers une page Kickstarter pour recueillir 100 000 $ pour le Centre d’éducation Bears Ears. La campagne a déjà dépassé les 100 000 $.

Si vous voulez prendre des mesures,visitez la page de Patagonia « Take Action » qui permet aux utilisateurs de tweeter l’administration et leur dire qu’ils ne peuvent pas prendre des terres indigènes. La marque a également répertorié 15 organisations luttant pour les terres publiques que vous pouvez soutenir.

h/t Forbes, Inhabitat, CNN

Article connexe : Famille Trump: voici les fils qui sont des chasseurs d’animaux protégés

Notez cet article