À la personne qui se sent suicidaire mais qui ne veut pas mourir

Le 28 Mars 2018. Image crédit : Pixabay

À la personne qui se sent suicidaire mais qui ne veut pas mourir

Les pensées suicidaires ne sont pas noires et blanches.

Tout le monde suppose que si vous avez des pensées suicidaires, cela signifie que vous voulez mourir.

Les pensées suicidaires sont pensées en terme de tout noir ou tout blanc. Soit vous avez des pensées suicidaires et vous voulez mourir, soit vous n’avez pas de pensées suicidaires et vous voulez vivre. Ce que la plupart des gens ne comprennent pas, c’est qu’il y en a qui sont coincés dans la zone grise de ces deux affirmations, pour ma part je suis l’un d’entre eux.

J’ai des pensées suicidaires depuis que je suis gamin.

Mon premier souvenir a été quand je suis rentré après l’école un jour et j’ai eu des ennuis; Pendant que j’étais assis dans la salle à manger, je pensais: «Je me demande ce que ce serait que de prendre un couteau dans la cuisine et de l’enfoncer dans mon estomac.» Je ne voulais pas mourir, ni même me blesser d’ailleurs. Mais ces pensées n’ont pas cessé depuis.

J’ai pensé à aller dans la salle de bain et à prendre toutes les pilules que je pouvais trouver. À m’endormir et à ne jamais me réveiller. J’ai pensé à me blesser pour enlever ma douleur, il y a quelques jours. J’ai pensé à conduire ma voiture directement dans un arbre. Mais je ne l’ai pas fait. Pourquoi? Parce que même si cette envie était forte, je ne voulais pas mourir. Je ne le fais jamais, je ne veux pas que ma vie se termine.

Je ne pense pas avoir jamais parlé de ces sentiments à quelqu’un. Je ne veux pas que les autres s’inquiètent parce que la première chose que quelqu’un pense quand vous leur dites que vous avez des pensées de vous blesser ou de vous tuer est que vous allez absolument le faire et ils commencent à paniquer. Oui, j’ai des pensées suicidaires, mais je ne veux pas mourir.

C’est un sentiment confus et, un sentiment effrayant.

Lorsque la dépression prend le dessus, vous avez l’impression de ne pas avoir le contrôle. C’est comme si vous étiez en train de vous noyer.

Tous les mauvais souvenirs, toutes les choses qui vous blessent, toutes les mauvaises choses que vous avez jamais faites reviennent en vous attrapant par la cheville et vous entraînant sous l’eau juste au moment où vous commencez à atteindre la surface. C’est étouffant de ne pas pouvoir faire quoi que ce soit à ce sujet.

Le plus dur est que vous ne savez jamais quand ces pensées vont venir. Certains jours, vous êtes tellement heureux et vous n’arrivez pas à croire à quel point votre vie est belle, et le jour d’après, vous vous retrouvez seul dans une pièce sombre incapable de voir à cause des larmes qui montent dans vos yeux et vous pensez : Mieux vaut mourir. Vous vous sentez seul, vous vous sentez comme si vous étiez un fardeau pour tout le monde autour de vous, vous vous sentez comme si le monde serait mieux sans vous. J’aurais aimé pouvoir y mettre un terme, mais je ne peux pas, peu importe combien j’essaye.

Ces sentiments viennent par vagues.

On dirait que vous nagez et que le soleil brille et que vous passez un bon moment, jusqu’à ce qu’une vague arrive et vous aspire dans l’obscurité de l’eau. Peu importe à quel point vous essayez d’atteindre la surface à nouveau, une nouvelle vague arrive et vous frappe de nouveau, encore et encore.

Et puis ça s’arrête.

Mais vous ne savez jamais quand la prochaine vague va venir. Vous ne savez jamais quand vous allez être aspiré.

Je me suis toujours demandé si j’étais le seul comme ça.

Cela n’avait aucun sens pour moi, comment ai-je autant pensé au suicide sans vouloir mourir? Mais je le pensais noir ou blanc, je pensais que je n’avais pas le droit d’avoir ces sentiments puisque je n’allais pas agir. Mais ensuite j’ai lu des articles comme celui-ci et j’ai réalisé que je ne suis pas le seul. Les pensées suicidaires ne sont pas noires et blanches, et mes sentiments sont vrais.

Pour tous ceux qui se sentent ainsi, vous n’êtes pas seuls.

Je pensais que j’étais le seul à ressentir cela et je ne comprenais pas comment je pouvais ressentir cela. Mais s’il vous plaît, je vous implore de parler à quelqu’un, à n’importe qui, de ce que vous ressentez ; que ce soit un membre de la famille, un proche, un ami, un thérapeute.

Ma plus grande erreur pendant toutes ces années a été de ne jamais dire à qui que ce soit, je craignais d’être jugé parce qu’il «pourrait être suicidaire mais ne veut pas mourir», ou qu’ils paniquent et tentent de me faire interner dans un hôpital. La rédaction de cet article a été le plus grand sentiment de soulagement que j’ai ressenti depuis longtemps, en parler, ça aide. Je sais que c’est effrayant de dire aux gens ce que vous ressentez, mais vous n’êtes pas seuls et vous n’avez pas à vivre seuls.

Les pensées suicidaires ne sont pas ou tout  noir ou tout blanc, vos sentiments sont vrais, et il y a des gens ici pour vous, vous n’êtes pas seuls.

Si vous songez à vous faire du mal, appelez pour discuter en direct avec quelqu’un. 

Les dispositifs d’écoute

Tous ces services d’écoute sont anonymes :

- SOS Amitié : 
Service d’écoute destiné à accueillir la parole de celles et ceux qui, à un moment de leur vie, traversent une période difficile.
Permanence d’écoute téléphonique 24h/24, 7j/7.
Permanence d’écoute par tchat tous les soirs de 19 h à 23 h ou par mail (réponse sous 48h maximum).
Tél. : 01 42 96 26 26 (Ile-de-France).
Retrouvez les numéros régionaux d’appel sur le site de l’association.
Site Internet : www.sos-amitie.org.

- Suicide Ecoute : 
Ecoute des personnes confrontées au suicide.
Permanence d’écoute téléphonique 24h/24, 7j/7.
Tél. : 01 45 39 40 00
Site Internet : www.suicide-ecoute.fr.

- SOS Suicide Phénix : 
Accueil et écoute de toute personne confrontée à la problématique du suicide.
Permanence d’écoute téléphonique 7j/7.
Permanence d’écoute par messagerie accessible depuis le site internet de l’association.
Ligne nationale : 0 825 12 03 64 (de 16 h à 23 h).
Ligne Ile-de-France : 01 40 44 46 45 (de 12h à minuit).
Site Internet : www.sos-suicide-phenix.org.

- Fil Santé Jeunes : 
Ecoute, information et orientation des jeunes dans les domaines de la santé physique, psychologique et sociale.
Ligne d’écoute téléphonique anonyme et gratuite 7j/7, de 8h à minuit.
Tél : 32 24 ou 01 44 93 30 74 (depuis un portable)
Site Internet : www.filsantejeunes.com.

- Phare Enfants – Parents : 
Espace d’accueil et d’écoute (gratuit) pour les parents et les enfants en souffrance ; soutien aux parents endeuillés par un suicide.
Ligne d’écoute : 01 43 46 00 62 (du lundi au vendredi de 10h à 17h).
Service d’écoute par messagerie à l’adresse : cavaoupas@phare.org
Site Internet : www.phare.org.

- Association Vivre Son Deuil :
Soutien aux personnes endeuillées, notamment par suicide, par une écoute téléphonique, des entretiens individuels et familiaux et des groupes de parole.
Retrouvez les coordonnées des associations régionales sur le site de l’association.
Tél : 01 42 38 08 08
Mail : vivresondeuil.idf@free.fr
Site Internet : vivresondeuil.asso.fr.

- Les associations « La porte ouverte » :
Offrent un lieu d’écoute et de parole et proposent des entretiens en face à face, anonymes et gratuits avec des bénévoles.
Les coordonnées des lieux d’accueil à Besançon, Bordeaux, Lyon, Paris, Rouen et Toulouse sont disponibles sur le site de l’association.
Tél : 01 48 78 02 35.
Mail : contact@la-porte-ouverte.fr.
Site Internet : [http://www.la-porte-ouverte.fr/].

Source : theodysseyonline.com/

4 commentaires à propos de “À la personne qui se sent suicidaire mais qui ne veut pas mourir

  1. A tous les êtres qui veulent se suicider , je vous implore de prier le Seigneur . Oui le Seigneur change la vie , soyez conscient de cela . Avec le Seigneur tous vos soucis disparaîtrons et vous pourrez rire comme des cons peu importe la situation . Alors souriez à la vie et souriez au Seigneur

  2. Non vous n’êtes pas seul face à ça ! difficile a gérer on a besoin d’aide mais on ne trouve pas toujours les bonnes personnes et on passe a l’acte ..C’est triste

  3. Merci de mettre enfin des mots sur tout ce qui se passe dans ma tête… Je ne l’avais pas remarque mais j’ai des pensées exactement comme les vôtres depuis le lycée… J’avais tellement pas envie d’être comme ca que j’ai refuse la réalité mais elle ma rattrape aujourd’hui. Maintenant je sais qu’il faut que j’en parle. Merci encore…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*