Phoques décapités

Depuis maintenant plus de deux mois, les gendarmes de Concarneau, dans le Finistère, mènent une enquête après avoir trouvé deux phoques qui étaient décapités.

Par Frédérique Dumont. Le 29/04/2019

L’ONG Sea Sheperd s’est saisie du dossier et partagé sur son compte Twitter qu’elle avait décidé d’offrir la somme de 10 000€ « pour toute information qui permettra aux gendarmes d’identifier le ou les coupables ».

Les gendarmes ont ouvert l’enquête vers le 15 février, après avoir trouvé la tête d’un phoque qui était accrochée à un cordage au bout de la digue du port. Il s’agit avec certitude d’un acte de barbarie, car la tête était accrochée de façon à ce qu’on ne puisse pas la rater. Et trois semaines après, une femme qui se promenait à hauteur de l’anse du Cabellou a fait la macabre découverte d’un phoque en état de putréfaction.

Le 18 mars dernier, un autre phoque décapité a été trouvé dans une commune voisine de Concarneau, à Trégunc. Selon Gautier Paris, chargé de l’enquête, on peut affirmer avec certitude que ces deux animaux ont été tués de manière volontaire et que c’est un objet tranchant a servi à leur décapitation.

2.5
02