jaguar
Un jaguar sauvage s’approche d’un piège photographique dans la réserve naturelle des Nouragues en Guyane française. (Photo: © Emmanuel Rondeau / WWF France)

Les jaguars sont la troisième espèce de félins sur la planète, plus petite que les lions et les tigres, et la plus grande des Amériques. Ils sont incroyablement sournois malgré leur taille et excellents pour se fondre dans le décor.

Pourtant, ils sont particulièrement fantomatiques aujourd’hui, et pas seulement à cause de leur furtivité naturelle. Les jaguars n’existent plus que par parcimonie de leurs anciens lieux d’habitation. Ils ont été décimés dans de nombreux endroits par des générations de perte d’habitat et de chasse. Et bien que des pièges photographiques nous aient donné un aperçu de ces chats insaisissables ces dernières années – y compris quelques clichés de haute qualité, comme ceux des photographes Steve Winter , Nick Hawkins et Sebastian Kennerknecht – il est relativement rare de photographier des jaguars sauvages dans le détail.

Dans l’espoir de capturer de nouvelles images haute résolution de jaguars dans leur élément, le WWF France a chargé le photographe et vidéographe Emmanuel Rondeau d’une expédition en Guyane française. Cette quête, documentée dans la nouvelle série Web de la WWF  » Mission Jaguar: Guyane « , a conduit Rondeau à la réserve naturelle des Nouragues, qui protège 105 800 hectares de forêts tropicales du nord-est de l’Amérique du Sud. Vous trouverez ci-dessous quelques-unes des images qu’il a capturées ici, avec la permission du WWF France.

Bienvenue dans la jungle

La réserve naturelle des Nouragues borde le Bouclier des Guyanes, une formation géologique et un point chaud de la biodiversité situé sur la côte nord-est de l’Amérique du Sud. (Photo: © Emmanuel Rondeau / WWF France)

La réserve naturelle des Nouragues se situe au bord du Bouclier des Guyanes, une formation géologique vieille d’environ 2 milliards d’années où jusqu’à 80% de la biodiversité indigène est inconnue de la science. Elle se trouve également à proximité de l’Amazonie, la plus grande forêt tropicale protégée du monde et encore l’une de ses plus mystérieuses. Les scientifiques continuent d’y trouver des espèces fauniques jusque-là inconnues, telles que les 381 espèces découvertes lors des prospections menées en 2014 et 2015, notamment 216 plantes, 93 poissons, 32 amphibiens, 20 mammifères, 19 reptiles et un oiseau.

La réserve se situe à la tête de deux bassins versants, formés par les rivières Approuague et Comté, et abrite une grande variété d’habitats riverains. (Photo: © Emmanuel Rondeau / WWF France)

Fondée en 1995, Nouragues s’étire sur une partie de la Guyane française entre la rivière Approuague et la Haute-Comté. Environ 99% de la végétation du parc est constituée d’une forêt tropicale humide dense, mais elle soutient également d’autres écosystèmes comme les forêts riveraines, les forêts de lianes et des formations épaisses d’herbes ressemblant à du bambou.

Le chat tacheté

La caméra haute résolution de Rondeau a capturé plusieurs images saisissantes alors que le jaguar se glissait prudemment dans la forêt. (Photo: © Emmanuel Rondeau / WWF France)

Les jaguars sont le principal prédateur du bassin amazonien, où ils jouent un rôle écologique important en contrôlant les populations de nombreuses autres espèces dans leur habitat. Ils se nourrissent de grands mammifères terrestres comme les cerfs, les pécaris et les tapirs, mais ils défient également le stéréotype félin selon lequel il faut éviter l’eau. Les jaguars sont de bons nageurs et rôdent dans les rivières pour les poissons, les tortues et les caïmans.

Les jaguars sont le principal prédateur en Amazonie et la plus grande espèce de félin d’Amérique. Ils sont le troisième plus grand félin sur Terre, derrière les lions et les tigres. (Photo: © Emmanuel Rondeau / WWF France)

La population du jaguar a été réduite de moitié au cours des 100 dernières années, selon le WWF, qui cite principalement la déforestation et l’agriculture comme responsables. Les populations de Jaguars ont également diminué, disparaissant entièrement de certains pays. Ce déclin se poursuit aujourd’hui, en raison de la perte continue d’habitat ainsi que de l’épuisement des proies, du conflit avec les humains entre autres.

On estime à 64 000 le nombre de jaguars présents dans la nature, répartis en 34 sous-populations, dont 25 sont menacées et huit menacées de disparition. (Photo: © Emmanuel Rondeau / WWF France)

En raison de la demande pour les dents, les griffes et autres parties du corps de jaguar dans certains pays asiatiques, le braconnage constitue désormais une menace croissante pour les félins déjà pris d’assaut. Selon un rapport publié en 2018 , un réseau commercial de parties de jaguar entre l’Amérique centrale et l’Asie est en train de naître et le WWF avertit que cette augmentation de la demande peut même stimuler le braconnage dans certains endroits comme l’Amazonie.

Selon le WWF, les Jaguars ont perdu environ la moitié de leur population au cours des 100 dernières années, ce qui a entraîné une réduction, voire une disparition de la population dans certains pays. (Photo: © Emmanuel Rondeau / WWF France)

Les jaguars sont répertoriés comme quasi menacés par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), qui classe également la population de l’espèce en diminution. Pourtant, malgré leur situation difficile dans l’ensemble, ces félins résilients ont saisi quelques opportunités récentes de récupération. Au Mexique, par exemple, une étude de 2018 a révélé que les populations de jaguars sauvages avaient augmenté de 20% au cours des huit dernières années. Cette augmentation est en grande partie imputable à un programme de conservation lancé en 2005.

En plus de la perte d’habitat, les jaguars sont de plus en plus menacés par le braconnage afin de répondre à la demande chinoise de dents, de griffes et d’autres parties du jaguar. (Photo: © Emmanuel Rondeau / WWF France)

Pour en savoir plus sur les jaguars et la lutte pour les sauver, consultez le profil des espèces du WWF et sa nouvelle série de vidéos de la Guyane française.