Des photos de sites olympiques abandonnés révèlent pourquoi les jeux sont parfois un gaspillage tragique d’argent

sites olympiques

Des photos de sites olympiques abandonnés révèlent pourquoi les jeux sont parfois un gaspillage tragique d’argent

Les Jeux Olympiques sont en plein essor, mais ce que peu de gens savent dans le monde c’est que la majorité des citoyens dans le pays verdoyant ne peuvent même pas se permettre d’assister à l’événement, qui coûte aux contribuables 5 milliards d’euros. 

En effet, le brésilien moyen gagne moins de 468 euros par mois, et ne peut donc pas dépenser 27 euros pour un billet. Effectivement, beaucoup ont été vus regardant les Jeux des toits des bidonvilles , et les photos prises par des artistes montrent une image précise de ce que le consumérisme aveugle a contribué à créer dans ce monde.

Si vous avez besoin de preuves plus visuelles pour comprendre ce que représente le gaspillage des Jeux Olympiques – et ce qu’il a été – dans les années passées, les photos suivantes représentent assez bien comment l’argent investi dans la tradition pourrait sans doute être mieux dépensé.

Bien que les Jeux Olympiques ont lieu tous les quatre ans dans divers endroits à travers le monde depuis 1896, de nombreux sites ont été abandonnés et / ou oubliés par le public. De Pékin à Berlin, d’Athènes à Atlanta, il y a un certain nombre d’espaces qui auraient pu être réutilisés pour accueillir de nouveaux Jeux.

Les Jeux Olympiques d’hiver de Sotchi 2014 avaient coûté 36 milliards d’euros à la Russie, soit, plus cher que tous les Jeux Olympiques d’hiver réunis depuis leur création.

Rio n’a consacré « que » 10 milliards à ses Jeux. Mais les chantiers ont tout de même eu un coût humain élevé. Car le sort réservés aux sites Olympiques est trop souvent réduit à l’abandon pur et simple des infrastructures, et trop peu de pays ont réussi la reconversion de ces lieux. Dans cette liste pas très joyeuse, voici un petit aperçu du gâchis de ceux qui n’ont pas réussi à relever le défi.

Des photos de sites olympiques abandonnés :

Sarajevo 1984 Jeux olympiques d’hiver

Crédit: Dado Ruvic

Crédit: Dado Ruvic

Village olympique, Athènes 2004 Jeux olympiques d’été


Crédit: Thanassis Stavrakis / AP

Italie 1956 Jeux olympiques d’hiver


Fabio Gregoroni

Piscine des Jeux olympiques d’été de Berlin en 1936

Crédit: Peter Bromley

Saut à Ski , Grenoble, France, Jeux Olympiques d’hiver en 1968

Crédit: Maxime B

Complexe sportif de Sarajevo, Jeux olympiques d’hiver de 1984

Canoë-Kayak, Athènes 2004 Jeux olympiques d’été

Crédit: Ioanna Sakellaraki

Crédit: Milos Bicansk

Beach Volley, Pékin, Jeux Olympiques d’été de 2008

ATHÈNES 2004

Le stade de softball d’Helliniko

Source photo : limiteless magazine

Piscine olympique

Greece Olympics Athens Decay
Source photo : io9

Ruines

Greece Olympics Athens Decay
Source photo : io9

le complexe Sportif

complexe sportif d'Athènes 2004_resultat
Source photo : limiteless magazine

PÉKIN 2008

Le terrain de Beach volley

Beijing-2008-Beach-Volley-Ball-Stadium_resultat
Source photo : limiteless magazine

Le circuit de kayak

Source photo : limiteless magazine

HELSINKI 1952

piscine olympique

Source photo : limiteless magazine
Source photo : limiteless magazine

MUNICH 1972

La station de train du stade olympique

Source photo : limiteless magazine
Source photo : limiteless magazine

SARAJEVO 1984

Tremplin de saut à ski

Source photo : limiteless magazine
Source photo : theglobeandmail

Circuit de bobsleigh


Crédits photo (creative commons) : Martijn Munneke
Crédits photo (creative commons) : Martijn Munneke
Crédits photo (creative commons) : Martijn Munneke

Un podium

Un Hotel

BERLIN 1936

Village olympique

Source photo : distractify

Piscine olympique

sites olympiques

Source Des photos de sites olympiques abandonnés photo : distractify

15 commentaires à propos de “Des photos de sites olympiques abandonnés révèlent pourquoi les jeux sont parfois un gaspillage tragique d’argent”

  1. La connerie humaine n’aura jamais de limite! voila d’ou vient les problèmes économique,ainsi tout le reste,dans l’ingérence des incapables qui foutent le monde en ruine!je ne parle pas que pour ça !mais bon que peut-on faire surtout quand il s’agit de nos impôts!

  2. Logiquement, ce n’est pas aux contribuables de financer ces jeux, il faut qu’ils trouvent d’autres sources de financement. « Chaques jeux olympiques finance les jeux suivants »…
    La faisabilité ???

  3. Ce serait peut etre aussi interessant de voir tous les sites qui ont été reconvertis en quelque chose de bien….
    Comme toujours quelques photos qui cachent certainement une tout autre réalité.
    Meme si je ne suis pas d’accord avec les sommes colossales engendrées par les JO, il y a pourtant plus de bon que de mauvais dans ces evenements…

    • Bonsoir, il serait peut être bon pour toi de faire une liste (bons, mauvais) car je note plus de mauvais que de bons désolé

    • J’ai effectué quelques recherches (vous pourrez aller vérifier de vous même), rares sont les sites qui été « reconvertis en quelque chose de bien ». La réalité est la suivante : « De nombreuses installations sportives sont construites pendant les grandes compétitions mondiales, mais se retrouvent rapidement à l’abandon. À quelques exceptions près ! Un exemple à Oslo, Norvège, avec la piste de ski olympique de Holmenkollen. » Il faut arrêter de se voiler la face…

      Les JO, en plus de prôner la compétitivité, le patriotisme ou indirectement les inégalités, c’est l’application même de la maxime « panem and circenses » tout en gaspillant des sommes publics colossales.

      • « Les JO, en plus de prôner la compétitivité, le patriotisme ou indirectement les inégalités, »
        En voilà de belles conneries !
        La compétitivité c’est ce qui est à l’origine du progrès, c’est la vie, c’est la nature.
        « Le patriotisme, c’est l’amour de son pays, le nationalisme c’est la haine des autres » Charles De Gaulle… ou d’autres, c’est selon.
        Les inégalités, c’est aussi la vie et la nature qui les fabriquent, depuis toujours. Les montrer ne revient pas à les prôner.

  4. Je trouve que ces sites peuvent être « recyclés », reconvertis ! Je suis sûre que, dans chacun de ces pays, des gens ont des idées et sont intéressés pour en faire autre chose ! L’Etat met alors à disposition le site en question et trouve un arrangement avec les personnes intéressées (octroyer des subsides…)
    Au lieu de se lamenter sur ce qui est passé, voir le potentiel derrière la grisaille !

  5. En Bosnie c’est normal qu’ils ont pas les moyens de refaire autres choses, des besoins plus urgent sont nécessaire dans ce pays. Laissez la fierté à ce peuple d’avoir organiser les JO, je suis sûr que ces ruines sont de tellement bon souvenir pour ces gens. Il laisse de bien meilleur souvenir que la guerre et coûte également beaucoup moins cher.

  6. Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi ils ne les réutilisent pas pour entrainer leurs équipes nationales. On dépenses des milliards pour des jeux qui durent 2 mois, et à côté, il y a des millions de gens qui n’arrivent pas à s’en sortir, même en travaillant…….. Cherchez l’erreur.

  7. L’apologie de la compétition et du gaspillage dans toute sa splendeur !! La célébration du capitalisme exige tous les sacrifices . J’ai lu un article de presse où une athlète mariée témoignait que le village olympique était le rendez-vous de véritables orgies entre «sportif». Et qui paie tout ça ? Celui qui n’a pas assez de fric pour terminer la fin du mois…ça me dégoute….

  8. Par définition, le spectacle quel qu il soit est éphémère. Il trouve sa justification dans la culture dont il est le messager à un moment de l évolution humaine et dans le souvenir qu il laisse. Oui il y a des solutions pour ne pas gâcher les installations et la volonté politique n est pas toujours au RV pour éviter que les citoyens règlent la facture. Mais qui peut prétendre égaler en émotions en témoin de la motricité humaine ce que produisent les grandes compétitions sportives comme les JO ?
    Ou il y a des abus mais la réflexion mérite plus d être orientée vers une réduction du gigantisme que vers la suppression pure et simple. Il faut réduire le cadre pas le vouer aux gémonies.
    Le débat reste ouvert…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*