Porter sa honte au grand jour

Le 4 Juin 2018. Image crédit : Pixabay

Porter sa honte au grand jour

Par Jackie B. Hamilton

Nous nous sommes laissés aller à une faiblesse ou avons commis ce que nous savons inacceptable selon la notion que nous avons du bien et du mal… S’installe alors un profond malaise, une gêne intense, un sentiment de rejet face à notre

acte et, évidemment, face à nous-mêmes. Nous nous sentons humiliés.

Bien que les raisons d’avoir honte soient multiples, de perdre le contrôle devant une situation ou une personne devant qui il était important de faire preuve d’aplomb est, pour la plupart d’entre nous, l’humiliation ultime. 

À vrai dire, c’est notre sensibilité qui nous fait honte. Elle nous donne l’impression de fournir des armes à nos ennemis.  Nous avons le sentiment de perdre la face, d’être diminués.  

Combien d’entre nous, enfants, se sont fait dire d’arrêter de brailler? Comme si le fait d’extérioriser ses émotions était anormal et malsain!  

En fait, la honte, c’est d’avoir fait quelque chose que nous craignons qui sera jugé par les autres et nous fera perdre le respect, l’admiration et l’amour qu’ils nous portent.  Plus l’estime que nous avons envers nous-mêmes est faible, plus nous serons enclins à avoir honte. Honte pour tout et pour rien… Honte d’exister même.

LES SOLUTIONS

Mais comment se sortir de la honte? Est-ce quelque chose de réalisable? 

À vrai dire, il n’y a pas dix milles façons d’y arriver. Il faut d’abord être capables de la regarder en pleine face en se demandant si elle est justifiée. 

Si ce que nous croyons honteux avait été fait par quelqu’un d’autre, qu’en penserions-nous? Est-ce que nous nous dirions que ce n’est pas si grave? Alors, nous avons notre réponse. Et si nous en arrivons à la conclusion que c’est inacceptable, nous devons reconnaître que nous sommes humains et qu’il s’agit là d’une erreur de parcours. 

L’important, c’est d’en retenir la leçon et de poursuivre notre route. Nous devons nous pardonner (reconnaître et accepter) et oublier cette situation qui a déjà causé assez de tort.

Parce que ce qui nous fait honte est amplifié par le stress à vouloir garder cela secret, d’en parler ouvertement est souvent une solution. 

Il faut se soustraire de la domination qu’a la honte sur nous en la portant au grand jour : Tirer les volets pour faire fuir les fantômes. 

Si nous arrivons à dire ce qui nous rend si mal à l’aise, nous risquons peut-être de voir cet embarras se changer en sentiment d’acceptation. Qui sait si les personnes avec qui nous oserons partager ledit sujet tabou n’éprouveront, tout

simplement, pas de la compassion?

Qui sait si ces mêmes personnes ne se sentiront pas portées à nous faire aussi quelques confidences pour nous prouver que nous ne sommes pas les seuls à avoir nos petits secrets?

Si nous choisissons de garder notre honte pour nous, nous serons enterrés avec elle et, le plus triste, c’est qu’elle aura exercé son emprise jusqu’à la fin.  Est-ce vraiment ce que nous voulons?

Pour vous aider dans votre cheminement vers une vie plus harmonieuse, procurez-vous les carnets de la Collection bouée de secours (version numérique en promotion pour un temps limité) en visitant jackiebhamilton.com et aimez la page Facebook

Jackie B. Hamilton est auteure et blogueuse en éveil de conscience. On retrouve, dans sa bibliographie, L’enfant invisible (se donner le droit d’exister)Qui sommes-nous sans nos blessures (Comprendre et gérer intelligemment ses émotions)La philosophie du let it be (Parce que le bonheur n’a pas à être compliqué)Du moi actuel au moi rêvé (Devenir ce que l’on désire être) et le Carnet de route pour manifester l’inattendu. Visitez jackiebhamilton.com. Suivez-la sur FacebookTwitterInstagram et Pinteres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*