Le 18 Avril 2018. Image crédit : Pxabay

Pourquoi les personnes INFJ éloignent les gens en leur « claquant la porte »

Les INFJ représentent environ un pour cent de la population , cela signifie : introverti, intuitif, sentiment et jugement.
Sur tous les traits de l’INFJ, le « claquement de porte » est peut-être le pire. La raison n’est pas due à la porte hypothétique réelle qui claque, mais à cause de ce qui se passe jusqu’à ce qu’elle soit fermée de manière définitive.

Quand ces personnes ont une relation avec quelqu’un, elles donnent tout, donc si quelqu’un profite du fait qu’elles s’investissent émotionnellement, ou qu’elles sont maltraitées sans relâche, les INFJ finissent par décider que ça suffit, et finiront par rompre tous les liens. Cela peut inclure le blocage des numéros de téléphone, des liens vers les médias sociaux et, dans les cas extrêmes, le déménagement.

Ce sont des personnes tolérantes et elles sont connues pour laisser les gens les maltraiter.

Ce sont des âmes compatissantes, empathiques, qui pardonnent, et elles essaient de donner aux gens le bénéfice du doute et sont prêtes à leur offrir une seconde chance dans l’espoir de voir la personne changer.

Certains INFJ espèrent qu’en claquant la porte, l’autre personne se rendra compte de ce qu’elle a perdu et que cela la poussera à faire un effort gros effort sincère pour se racheter et tenter de régler les problèmes. Les INFJ ne partent pas sur une note négative, donc à bien des égards, le claquement de porte peut être une dernière chance pour que l’autre personne agisse. Même si la relation ne peut pas être entièrement récupérée, au moins il n’y aura pas de rancoeur.

Voir aussi : 11 signes qui indiquent que vous faites partie des 1,5% des personnes avec la personnalité INFJ

À partir du moment où la porte est claquée, les INFJ veulent que l’autre personne reçoive le message qu’ils ont reçu à ce stade, afin qu’elle n’essaie pas de revenir en pensant que tout va bien.

Cela permet à l’INFJ d’avoir toutes les informations dont il a besoin sur l’état de la relation, de l’amitié ou de la dynamique familiale. Si le silence suit, l’INFJ continuera à marcher sans regarder en arrière.

Les INFJ en arrivent à ce stade parce qu’ils pleurent la perte avant de perdre réellement la relation avec la personne. Cela leur facilite beaucoup la tâche d’accepter que la relation qu’ils croyaient avoir était basée sur une illusion.

Les INFJ sont des introvertis, ce qui signifie qu’ils traitent en interne une grande partie de ce qui se passe autour d’eux.

Par conséquent, s’ils ne se sentent pas en sécurité avec quelqu’un, ils peuvent ne pas exprimer ouvertement ce qu’ils pensent ou ressentent.

Au lieu de cela, les INFJ verront les choses à leur manière, à leur propre rythme et prendront des décisions qui peuvent paraître soudaines et choquer ceux qui les entourent. Cependant, au niveau interne, les décisions sont loin d’être soudaines et sont généralement le résultat de jours, de semaines ou d’années de réflexion.

Avant que la porte ne claque, les INFJ envoient généralement de nombreux avertissements pour que les personnes concernées sachent que leur comportement n’est pas acceptable. Un INFJ claque la porte une fois qu’il a pris ses distances après avoir été blessé à plusieurs reprises et sans relâche par quelqu’un, et très probablement lorsqu’il ne sent pas que l’autre personne est prête à faire des efforts pour changer.

Ils ne sont pas du genre à faire des demandes aux gens et à leur dire comment ils veulent être traités, ou comment ils devraient ou ne devraient pas se comporter, surtout quand il s’agit de relations amoureuses. Ils espèrent que si quelqu’un se soucie profondément d’eux, leurs actions et leurs paroles refléteront ce qu’ils ressentent.

Lire également : Ce test de personnalité révélera beaucoup de choses sur vous en 4 questions

Mais étant donné que les INFJ sont très intuitifs, ils oublient parfois que tout le monde n’a pas cette capacité. Ils peuvent s’attendre à ce que les gens autour d’eux lisent dans l’esprit et analysent les situations aussi intensément qu’eux, et quand ils ne le font pas, au lieu d’offrir des indices, ils pourraient fermer le contact. Il faudrait que les INFJ communiquent aussi ouvertement que possible et qu’ils expliquent comment et pourquoi ils ressentent cela avant de se retirer.

Ils ne devraient pas non plus attendre d’arriver au stade où ils se sentent épuisés, utilisés et maltraités. Bien que le claquement de porte soit fait comme un mécanisme d’auto-protection, les INFJ peuvent essayer de discerner s’ils consacrent trop de temps et d’énergie à ceux qui ne tiennent pas la relation dans le même respect. Se retirer des relations qui ne sont pas mutuellement respectueuses empêche les INFJ de se sentir blessés et déçus lorsque les gens ne les traitent pas équitablement, ou ne leur montrent pas de compassion.

Parfois, le claquement de porte ne se produit que dans l’esprit et le cœur de l’INFJ, et il continue à rester en contact avec la personne. Par contre, il y a un changement significatif dans la relation qui a eu lieu à ce stade, et l’INFJ n’investira plus le même temps, l’attention et l’énergie dans une relation, et le contact sera limité à la communication fonctionnelle.

Quoi qu’il en soit, il est rare qu’un INFJ ait entièrement confiance en quelqu’un à qui il a claqué la porte une fois de plus, donc la relation ne sera probablement plus jamais la même qu’autrefois.

Ceux qui sont dans une dynamique avec un INFJ peuvent déterminer à quel point le claquement de porte est sérieux en observant si le claquement a été fait dans la précipitation et la fureur ou calmement et de façon rationnelle.

Les INFJ sont beaucoup plus susceptibles de claquer une porte rapidement, et pour de bon, quand quelqu’un a blessé une personne qu’ils aiment.

Pourquoi les personnes INFJ éloignent les gens en leur « claquant la porte »
2 (40%) 3 vote[s]