Pourquoi je ne veux plus être gay

être gayImage crédit : source

Pourquoi je ne veux plus être gay

Ce témoignage ne reflétait que l’opinion de son auteur.

Je ne veux plus être gay. Je sais qu’au premier abord, cette déclaration empeste le déni, l’homosexualité et l’homophobie, généralement associés à l’acceptation et à l’intégration de l’homosexualité, mais la vérité est que je ne veux plus être gay. Cela a dépassé son utilité. J’ai expérimenté tous les aspects de la vie et je peux affirmer en toute sécurité que ça ne parle plus à la personne que je suis ou que je veux devenir. Je ne me suis pas toujours senti comme ça.

Au début, je suis venu dans cette communauté à la recherche d’amour, d’intimité et de fraternité. En retour, j’ai reçu de l’ombre, de l’infidélité, de la solitude et de la désunion. Le dégoût de cette communauté vous oblige à rencontrer une série d’hommes brisés qui sont autodestructeurs, blessants, cruels et vindicatifs les uns envers les autres. J’ai lutté pour adapter mon code moral pour tenir compte des comportements concomitants avec le mode de vie, mais il semblerait que ce mode de vie me détourne trop de tout ce que j’aime et de mes valeurs.

Peu importe combien de fois j’essaie d’éliminer ma perception de ses croyances solides et de ses biais faussés, les mêmes stéréotypes classiques d’hommes homosexuels continuent à montrer toute leur mocheté. La superficialité, les relations instables, la haine de soi, le syndrome de Peter-Pan, les liens fermés, l’âge, l’ombre, la solitude, la préoccupation de l’intimité, les préjugés, le dégoût de l’intimité semblent tous sortir de terre, je pensais qu’ils étaient enterrés. Les hommes gays semblent avoir du mal à transcender les stéréotypes et les clichés reliés à la vie et cela devient décourageant.

Il y a sept ans que j’ai décidé de vivre ma vie en tant qu’homme ouvertement gay et ça n’a pas été un chemin facile.Il y a eu beaucoup de douleur et de misère que j’ai d’abord essayé de masquer avec l’alcool, les drogues, les relations sans lendemain et les fêtes. Au début, c’était difficile d’admettre que j’aimais d’autres hommes. Mais je l’ai fait et ce fut une expérience très libératrice. Cela m’a donné l’opportunité d’affirmer mon identité avec laquelle je luttais depuis des années.

Cela m’a donné une chance d’être mon propre activiste et de me lever face à l’opposition de la famille, des amis et de la société dans son ensemble. J’avais ma fierté gaie et j’ai senti que j’étais séparé de quelque chose de plus grand que moi, un mouvement d’hommes qui aimaient les autres hommes et qui n’avaient pas peur de le montrer. Notre amour était censé être un acte révolutionnaire. Mais la vérité est que nous ne nous aimions pas, nous étions simplement enchantés à l’idée d’appartenir et d’aller contre-courant. Nous aimions la liberté et le tabou de la révolte contre les mœurs sociétales.

Personnellement, je crois que l’amour est un sacrifice et que de nombreux hommes gays ne sont pas disposés à se sacrifier pour leurs frères de nos jours. Initialement, cet esprit d’auto-sacrifice a été marqué lors de la crise du sida au début des années 80 et 90, pendant que les ressources étaient rares et que les gens avaient peur.

Mais maintenant, il semble y avoir une préoccupation pour la séduction du risque, car les hommes gays jouent avec des allumettes, dans l’espoir d’enflammer des liens significatifs dans leur auto-découverte sans fin. Le grand prix de l’intimité est souvent confisqué pour la satisfaction immédiate d’une rencontre décontractée sur craigslist ou une connexion géo-sociale sur Grindr. Les voitures sont devenues les nouvelles chambres et les rapports intimes ne sont pas suivis de conversations sur l’oreiller.

La vie commence à ressembler de près à une mort lente à feu doux et elle n’est plus aussi attrayante qu’autrefois. C’est une vie qui a grand besoin de rénovations.

Les hommes avaient l’habitude d’être des hommes et vous approchaient avec un minimum de courage chevaleresque. Maintenant, ils se cachent derrière des masques électroniques ou se positionnent à proximité immédiate de vous dans les clubs en espérant que vous établissiez le contact que pour rejeter arrogamment vos avances dans une tentative de projeter leur propre gêne.

J’ai remarqué que beaucoup d’hommes gays semblent vouloir seulement un défi et vivre pour l’insaisissable. Ils veulent des hommes qui ne les veulent pas, des hommes qui ressemblent à la distance émotionnelle ou à l’absence de leur père.

Je suis trop jeune pour désirer les bons vieux jours, mais cette vie vous fait rater ce que ce que signifie être gay. La courtoisie a été éliminée et remplacée par un diable immoral qui chaperonne votre destruction tous les jours. Ça n’en vaut plus la peine. Et même si je reconnais mon attirance pour les hommes, je ne souhaite plus m’associer à une vie qui vit en dehors de la moralité et de la bonté.

La vie gay est comme l’amour d’un mauvais garçon dont l’attention et l’amour vous convoitent d’abord, mais finissent par vous dépasser. C’est juste que cela ne me correspond plus.

Source : thoughtcatalog.com

8 commentaires à propos de “Pourquoi je ne veux plus être gay

  1. Comment peut-on diffuser ce genre d’articles ? Je trouve ça honteux ! Comme si l’infidélité, le paraître, le narcissisme, … n’existaient que dans les relation homosexuelles. Une telle prise de position me déçoit de la part de ce site ! C’est une catégorisation automatique de tous les hommes gay. C’est stupide !

  2. Bon sujet,
    Je suis entièrement d’accord.
    Depuis quelque temps je commence à réaliser aussi que la vie gay ou l’être gay de nos jours ne mène à rien de bon.

    Je peux consevoir qu’il y a des belles histoires avec des sentiments sincères et de rapports sains entre deux hommes existent.

    Mais cela ne relève pas du vécu, pour moi.

    Je rejoins l’auteur qui a été très competent dans son analyse.

    Étant sportif, artiste dans l’âme, avec un bon poste et de famille correcte j’imaginais que je ne pouvais que rencontrer des gars bien. Et que ce n’était qu’une question de temps.

    Pourtant mes pires fréquentations ont été celles liées au monde homosexuel.

    Et je m’y suis perdu pendant longtemps.

    J’avais en effet perdu le sens de la moral, des limites dans la sexualité, vulgarités entre amis, modes extravagantes, et tout en courant derrière une illusion:

    Celle d’un prince ou d’un chevalier ou tout simplement d’un ami / amant avec qui vivre une vraie histoire.

    Cela m’a éloigné de ma famille car ils voyaient mon vide sentimentale, mon manque de repères.
    C’est que finalement… on a personne avec qui vraiment parler qui puisse nous orienter.

    Je peux dire qu’en effet les hommes gays sont des hommes vides, perdus, traumatisés, ou en rebelion dans les meilleures de cas.
    Mais en générale pas très équilibrés et égoïstes.
    En Amérique en Europe, petite ville ou grande capitale, milieu sportif, artistique, familiale etc
    les hommes m’ont beaucoup blaissé, dessus et surpris.

    Aujourd’hui je fais marche arrirere, je reviens aux choses basiques, sincères, dès rapport simples et sains.
    Je redeviens qui j’étais, qui on est tous avant de rentrer dans cette machine folle.

    Je vois autour de moi mes frères, cousins, amis, mariés, devenus parents, avec leur parents heureux d’être grands-parents. Ils ont fait leur famille, ils ont tout simplement mûris et avancé.
    Et moi j’ai l’impression de revenir d’un long voyage où je m’étais perdu, ou jai perdu des précieuses années.

    En plus, pas sans risques !
    car par amour ou passions j’ai pris des risques, je me suis retrouvé à faire des annalyses de peur de contracter des maladies, ou à retrouver des gadgets sexuels de la personne avec qui je vivais en couple, ou à constater que rare étaient les rapports sans poppers, ou encore constater que la personne à qui j’avais tant donné me trompait une semaine après l’avoir pardonné de voir ses profils de rencontre sur internet… et sans parler de ceux qui ont tout simplement disparu comme s’ils avaient jamais existé.

    Triste tout ça….
    et surtout, je réalise que je ne suis pas ça, mes amis ne sont pas ça, ni ma famille ni d’où je viens, rien me prédestiné à ça…
    Ou bien alors je ne suis tombé que sur des mauvais garçons… ? Trop facile !
    Je vois l’illusion qui est celle du « couple gay » et de « l’amour homosexuel »

    Je ne parle pas des lesbiennes, car je parle de mon vécu et de ce que je vois autour de moi.

    Jai alors décidé de ne plus être gay.

    • Ce que l’auteur a écris dans son article est correct à 100% et n’importe quelle personne « morale » et « responsable » dira la même chose, il ne parle pas d’homophobie, de désillusion ou de quoi que ce soit, il dit que ce qui a de plus vrai, et si c’est blessant bah c’est juste la vérité qu’on le veuille ou pas ! on est en 2017 et ce genre d’histoire , réseaux sociaux gay … sont de plus en plus courant et poussent à faire des actes stupides si rapidement ! ouvrez les yeux c’est une réalité qu’on vit tous les jours ! il a décidé de ne plus être gay et il a raison, c’est une décision, certains diront qu’il est né comme ça, d’autres diront le contraire mais même si il est né comme ça il a le droit d’en décider autrement, lui ou quelqu’un d’autre avec la même optique ! je te souhaite juste de trouver l’amour de ta vie amour avec « E » 😉 et d’avoir une aussi belle petite famille avec des enfants qui t’offriront un réel amour ! merci de nous offrir cette belle prise de conscience et excellente continuation à toi et à tous ceux qui partagent le même avis !

      • Oh là là… C’est sûr que les homophobes doivent être content de l’article, TRÈS content même… En plus de ça, forcé d’être Hétéro et FORCÉ d’avoir des enfants… Pathétique. Et le coup des réseaux sociaux : parce que vous croyez que ça n’arrive PAS aux hétéros? Ça arrive d’ailleurs plus souvent car il y a plus d’hétéros que d’homos… Alors vrai à 100 %… Avez vous des preuves ? Autre qu’un ou deux témoignage ? Car un témoignage ne représente qu’un cas, pas tout ce qui se passe dans le pays. Avez vous des chiffres? Des études là dessus ? Non? Donc aucune preuves…

        Je pense que cet homme là aurait dû aller voir un psychologue ou psychothérapeute ou encore sociologue, ne serait ce que pour lui expliquer pourquoi certains agissent de cette façon… ou pour lui même.
        Car s’il y a autant de mal c’est parce que la société est mal foutue et que les personnes citées dans le texte vont mal… Car on peut être heureux en étant homosexuel.le.s. Et oui c’est POSSIBLE ! Vous en connaissez ? Moi oui. Ils se sont mariés il y a peu.

        Ça me fait penser aux autochtones d’Amérique. La plupart vivent dans des réserves, et à cause de nombreux facteurs (comme la colonisation et la maltraitance fait à ce peuple) beaucoup d’entre eux sont pauvre, alcoolique, drogués et se suicident… Ils ont le taux de mortalité le plus élevé au États-unis (et au Canada aussi je crois ). Et bien, beaucoup d’entre eux ont honte d’être des autochtones et aimeraient être des Européens (entre autre). Mais voilà, ce n’est pas eux le problème. Le problème c’est le système. C’est le SYSTÈME qu’il faux changer; pas à eux d’être conforme aux règles. Ben pour l’homosexualité c’est pareil. Et c’est pas parce que tu es gay que tu (je ne m’adresse pas à la personne qui a écrit le texte ) représente tout les gays et que tu as forcément raison.
        Des hétérosexuel.le.s malheureu.se.x, j’en vois. Des homosexuel.le.s heureu.se.x j’en vois aussi. En plus, il me semble que vous avez dit en gros « être gay pour ne pas être conforme aux règles » = ce qui signifie peut-être que vous n’êtes pas vraiment gay? Vous seul savez. Vous devriez peut-être aller dans les associations qui aident les gens non heteros, vous pouriez rencontrer des gens intéressant et découvrir des chose bien. Ou regarder des vidéos sur YouTube de personnes qui parlent de leurs homosexualité.
        PS: J’ai remarqué que certaines personnes sont « des aimants à mal être » . Qu’elles n’attirent que: « les cas »… Peut-être faites vous partie de ces gens…

  3. je suis tres content de cet article car enfin je me sent pas seul bref je nai plus de libido ni de sexualité depuis plus de 2 ans hypocondriaque il me font peur et jaime pas leur vices genre tu aval ? et quand tu dis non il te parfait c t pour te tester bref jarrete ce monde d enculé avant de faire comme hytler des tous lez brulés dans une boite parcontre du coup mes sentiments sont détruits

  4. amusant comme on essaye ( certains) de recrér la vie gay façon etero…
    un homme gay est un homme chasseur en principe ..le gibier est là ,pour le plaisir de la chasse . ( pareil pour eterò) mais il y a aussi les hommes midinettes qui aiment trouver un prince charmant une âme soeur ( chez les non gay aussi )
    il y a les bête de sex et les Violettes amoureuses et fremissantes .. c’est une vie comme celle des eterò , un vie qui faut assumer ..connaitre ses priorités .. mais pas errer sans cap .. entre une rive et l’autre et chaque x regader l’autre rive comme la terre promise ..
    le sex selon comme Dieu et la nature nous ont fait ..le vivre selon sa faim .. pas le standardiser ,libeller comme bien, mauvais ,trop ,pas assez ou raisonable .. on n’est pas tous pareil.. tout est relatif .. c’est la seule verité !

  5. Je suis pourtant 100% hétéro mais je trouve cet article débile, si on pouvait totalement contrôler ses désirs ils ne s’appelleraient plus désirs mais volontés, c’est comme si je décrétais : je ne veux plus être hétéro, désormais les filles ne m’attirent plus et ce à partir d’aujourd’hui 8h00…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*