médicaments que nous devrions éviter

La revue « Prescrire » révèle une liste de médicaments que nous devrions éviter

Récemment, la revue Prescrire a révélé une nouvelle liste comptant une centaine de médicaments considérés comme plus dangereux qu’utiles. On recommande donc aux patients de les éviter, à cause des risques sanitaires « disproportionnés ».

Par Antoine Mercier. Le 23/02/2019

Cette nouvelle liste, comprenant 93 médicaments (dont 82 vendus en France) que nous ne devrions pas prendre.

Elle a été faite selon des analyses publiées dans la revue pendant neuf ans, de 2010 à 2018. Les différents traitements critiqués concernent- cancer, diabète, arthrose, allergies, maladie de peau, Alzheimer, toux, arrêt du tabac, entre autres choses. La liste est vaste, et inclut des maux graves ou bénins.

Les médicaments qui sont pointés du doigt sont nouveaux ou anciens et dépassés, voire aussi efficaces qu’un placebo.

On retrouve dans la liste le Décontractyl (en comprimés ou en baume), que l’on prend pour soulager les douleurs des contractures musculaires. Les effets indésirables comprennent surtout des réactions allergiques importantes, somnolences, dépendances et abus, nausées, vomissements. Cela est dû à son principe actif, la méphénésine. La pommade expose à des atteintes cutanées graves.

Le Toplexil et les génériques dont Humex toux sèche, sont des antitussifs à base d’oxomémazine qui ont des propriétés neuroleptiques. Ils exposent aussi les patients à des «effets indésirables disproportionnés».

Cette année, on retrouve aussi sur la liste des médicaments à éviter la pommade pour fissures anales Rectogesic, qui n’a pas plus d’effet qu’un placebo. En revanche, elle peut provoquer des maux de tête fréquents. La cimétidine est également sur la liste (Cimétidine Mylan et autres), pour les brûlures d’estomac et les renvois acides. La cimétidine expose les patients à des interactions indésirables avec beaucoup de médicaments contrairement à d’autres produits de la même famille des anti-H2 (« antihistaminiques H2 »).

Trois médicaments ont été retirés de la liste des médicaments à éviter

Trois médicaments de la liste de 2018 ont été retirés, dont un antibiotique qui n’est plus dans le marché mondial (Ketek), et deux autres car de nouvelles données sont en cours d’analyse par Prescrire : Uptravi pour une maladie rare et grave et l’anticancéreux olaparib/Lynparza.

Des risques de troubles cardiovasculaires importants pour les sprays décongestionnants

« Prescrire » rappelle que certains médicaments contre le rhume comme les vasoconstricteurs décongestionnants par voie orale ou par voie nasale (l’éphédrine, la naphazoline, l’oxymétazoline, la phényléphrine, la pseudoéphédrine qui est présente dans une dizaine de médicaments et le tuaminoheptane) peuvent provoquer des troubles cardiovasculaires graves voire mortels (AVC, poussées d’hypertension, troubles du rythme cardiaque).

À la fin de l’année 2017, les autorités sanitaires ont interdit la publicité pour ces vasoconstricteurs. Bruno Toussaint, directeur éditorial de Prescrire indique « C’est un petit pas qui montre que les autorités reconnaissent que ces produits posent problème, mais sans les retirer du marché » . Sur la liste des nouveaux médicaments à éviter, on retrouve également l’Ocaliva qui est prescrit pour une maladie rare. Vous pouvez accédez librement à la liste dans le numéro de février sur le site de la revue.

Voir liste 90 médicaments plus «dangereux qu’utiles» et à «écarter des soins» de la revue «Prescrire» :www.prescrire.org/fr/3/31/53765/0/NewsDetails.aspx

Source : www.20minutes.fr/