aisselles

Comment prévenir le cancer du sein grâce à une détoxification des aisselles

C’est assez fou quand vous pensez que, si vous êtes un homme, vous avez une chance de développer un cancer dans votre vie de 50 pour cent, et si vous êtes une femme, vous avez environ 33 pour cent de risque.

Ces taux sont extrêmement élevés et l’augmentation devrait se poursuivre, car nous passons trop de temps à essayer de trouver un remède et nous ne parlons pas suffisamment de la cause. Nous devons commencer à discuter des raisons pour lesquelles les taux de cancer continuent d’augmenter de façon exponentielle et quels changements de mode de vie , nous pouvons faire pour lutter contre cette maladie. ( La source )

Le cancer est causé par des agents cancérigènes physiques, chimiques cancérogènes et cancérogènes biologiques, tout ce qui nous entoure sur une base quotidienne. Ces « transformateurs de cellules, » sous forme de nourriture, les cosmétiques, les produits de soins de santé, et plus, sont devenus «normaux» pour nous. Il est temps de commencer à nous interroger sur l’environnement avec lequel nous choisissons de nous entourer si nous voulons aller au fond des raisons pour lesquelles la maladie est aussi excessive et incontrôlable.

Un excellent exemple (parmi tant d’autres) sont les cosmétiques et les autres produits que nous choisissons de mettre sur notre peau, comme le déodorant. En 2007 , une étude a été publiée dans le Journal of Inorganic Biochemistry dans laquelle les chercheurs ont testé des échantillons mammaires à partir de 17 patientes avec un cancer du sein qui avaient subi une mastectomie.

Les femmes qui ont utilisé les anti-sudorifiques avaient des dépôts d’aluminium dans le tissu externe du sein. L’étude a fait remarquer que les concentrations d’aluminium étaient plus élevées dans le tissu le plus proche de l’aisselle qu’au milieu du sein. ( La source)

C’est alarmant, car l’incidence la plus élevée de tumeurs dans le quadrant supérieur externe du sein semble soutenir la thèse selon laquelle les anti-sudorifiques contenant de l’aluminium contribuent au cancer du sein, même si l’identification d’un mécanisme de cancer du sein induit par anti-sudorifique-reste insaisissable .

Cela étant dit, l’aluminium est un neurotoxique démontré expérimentalement qui a été lié à toutes sortes de maladies (comme la maladie d’Alzheimer, pour en nommer un). Il existe de nombreuses études qui ont examiné le potentiel de l’aluminium pour induire des effets toxiques, ce qui est clairement établi dans la littérature médicale, et l’a été pendant une longue période:

L’ Aluminum n’était pas bio-disponible dans le biote du monde jusqu’à ce que la révolution industrielle arrive , et ainsi, il a pris sa place comme quelque chose de normal. Et nous sommes de plus en plus entourés par cet aluminium … il [est] dans notre alimentation, il est présent dans notre eau, dans l’air, dans nos médicaments … donc nous avons de plus en plus ce composé qui ne fait pas partie d’un processus biochimique normal, et maintenant il commence a faire des ravages. L’aluminium provoque toutes sortes de réactions biochimiques inhabituelles dans le corps, y compris le cerveau. – Dr. Chris Shaw, neuroscientifique et professeur à l’Université de la Colombie – Britannique ( la source )

Une autre étude qui a été publiée dans le Journal of Inorganic Biochemistry en 2013 a découvert des niveaux élevés d’aluminium dans des fluides aspirés de manière non invasive dans les mamelons de 19 patientes atteintes d’un cancer du sein. Ces patientes ont été comparées à 16 sujets témoins en bonne santé:

En plus des nouvelles preuves, nos résultats confirment l’implication possible d’ions aluminium dans l’ oxydation et les perturbations de l’ état inflammatoire du micro environnement du cancer du sein, suggérant une accumulation d’aluminium dans le micro environnement du sein en tant que facteur de risque possible pour les cellules d’oxydation / inflammatoires phénotypiques du sein.  ( La source )

L’étude a également constaté que la teneur en aluminium et les niveaux de carbonyle a montré une corrélation linéaire positive significative. Des études ont confirmé que les taux plasmatiques de carbonyles protéiques peuvent augmenter le risque de cancer du sein. ( La source )

Il est également important de mentionner que les sels d’aluminium utilisés comme anti-sudorifiques ont été incriminés comme contribuant à l’ incidence du cancer du sein dans les sociétés occidentales ( source). Une autre étude préalable a décrit comment l’ aluminium n’est pas une composante physiologique du sein, et pourtant il a été mesuré dans le tissu mammaire humain, ainsi que dans les fluides à kyste du sein à des niveaux supérieurs à ceux trouvés dans le sang ou le lait. ( La source )

En ce qui concerne les produits cosmétiques traditionnels et les produits de soins de santé, nous pourrions parler des milliers d’ingrédients utilisés qui ne subissent aucun contrôle ou réglementation de la part des autorités sanitaires.

Si ces produits chimiques, dont beaucoup ont été répertoriés comme dangereux et toxiques, sont considérés comme sûrs par les sociétés qui les fabriquent, alors c’est suffisant pour les faire approuver. Tout ce qu’une entreprise doit faire est de se porter garante pour elle-même et ses produits seront mis sur les étales. Peu de gens savent comment fonctionne l’industrie des cosmétiques moderne.

Il ne faut pas beaucoup de temps pour que ce que nous mettons sur notre peau entre dans notre circulation sanguine.

Par exemple, la Faculté de pharmacie de l’Université du Manitoba, au Canada, a mené une étude pour quantifier le nombre d’agents de protection solaire qui pénètrent dans la peau après son application. Les résultats ont montré une pénétration significative de tous les agents de protection solaire dans la peau. Nous parlons de plusieurs produits chimiques entrant dans plusieurs tissus dans le corps. ( La source )

Voici une vidéo en anglais sur l’ aluminium, elle vient du Dr. Christopher Exley , professeur à l’ Université de Keele et professeur honoraire à UHI Millennium Institute.Elle est connue comme l’ une des plus grandes expertes du monde sur la toxicité de l’ aluminium.

Vous pouvez afficher les sous-titres choisir en français. Appuyez sur lecture puis allez dans options sous-titres « oui » , puis traduire automatiquement puis en français

Ci – dessus, il ne s’agit que d’une partie de l’ information qui existe sur la toxicité de l’ aluminium. Même l’institut national du cancer du gouvernement a relié le cancer avec certains ingrédients dans les anti-sudorifiques ou désodorisants. En dépit de ce fait, ils prétendent que leurs propres chercheurs ne sont au courant d’aucune preuve liant ces produits au cancer du sein, ce qui est inquiétant. ( La source )

Encore une fois, ces produits contiennent des parabens (ils augmentent le risque de cancer du sein en imitant l’ oestrogène ), le propylène glycol, TEA, DEA, et les couleurs DC & C, parmi beaucoup d’ autres produits chimiques toxiques. On comprend pourquoi les scientifiques découvrent des liens vers le cancer du sein.

De nombreux anti-sudorifiques contiennent également du triclosan, qui a récemment fait l’objet d’une étude publiée dans la revue Chemical Research in Toxicology qui a constaté que ce produit chimique favorise la croissance des cellules cancéreuses. Donc, il n’y a pas que l’aluminium dans les anti-sudorifiques qui doivent nous inquiéter. ( La source )

Le Triclosan peut également passer à travers la peau et interférer avec la fonction hormonale (perturbation endocrinienne).

Malheureusement, ça ne s’arrête pas là ; une étude publiée dans la revue Environmental Health Perspectives de 2008 montre que des scientifiques ont détecté le triclosan dans l’urine de près de 75 pour cent des personnes testées (2.517 personnes de six ans ou plus). ( La source )

Comment prévenir le cancer du sein grâce à une détoxification des aisselles

  • Transpiration

La transpiration a de nombreux avantages pour la santé. L’un d’eux est que la transpiration est l’un des meilleurs moyens pour expulser les toxines de votre corps. Cela prend en charge la fonction immunitaire appropriée et aide à prévenir les maladies qui pourraient être liées à une surcharge toxique.

  • Boire de l’eau minérale

Dans la vidéo ci-dessus, le Dr Exley mentionne deux types d’eau minérale pour aider à la désintoxication de l’aluminium. Elle mentionne Volvic, Trader Joe et Spritzer, qui est plus difficile à trouver. Le point fort principal est la teneur en silice de l’eau minérale.

  • Solutions de rechange

Faire des recherches sur des solutions de rechange. Trouver les anti-transpirants qui ne contiennent pas d’aluminium et d’autres produits chimiques nocifs. Vous pouvez également rechercher des recettes de désodorisants faits maison sur le web et faire votre propre déodorant ; l’utilisation la plus courante est le bicarbonate de soude et l’huile de noix de coco.  Voit une recette ici : Recette d’un déodorant non toxique qui assure une fraîcheur durable

Les solutions sont infinies du moins à partir de mon expérience personnelle, et elles fonctionnent mieux que certains produits qui contiennent des produits chimiques.

  • Solutions / Ingrédients

L’utilisation de déodorants industriels (contenant des sels d’aluminium) menace de bloquer les pores des aisselles qui permettent à la transpiration de sortir de la peau pour rafraîchir l’organisme. Le système lymphatique va être bloqué à son tour, provoquant ainsi la création de ganglions. Il existe cependant des astuces naturelles qui vous permettront de détoxifier vos aisselles, à commencer par ce masque à appliquer une fois par semaine :

Ingrédients :

• 1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre de pomme biologique
• 1 goutte d’huile essentielle de romarin
• 1 cuillère à soupe d’argile bentonite
• 2 gouttes d’huile essentielle de coriandre

Préparation :
Commencez par mélanger le vinaigre de cidre de pomme avec l’argile, ajoutez ensuite les huiles essentielles de romarin et de coriandre. Remuez délicatement afin d’obtenir un mélange crémeux.

Utilisation :
Appliquez la mixture obtenue sous les aisselles et laissez agir pendant environ 20 minutes, puis rincez avec de l’eau tiède. Il est très important de s’hydrater en buvant beaucoup d’eau pour que le remède soit efficace.

Remarque :
Si vous ressentez une douleur ou des picotements, cessez immédiatement le traitement.

Conclusion :

La meilleure façon de prévenir la surcharge toxique est tout simplement d’être plus vigilant sur les produits que vous achetez et ce qu’ils contiennent.

Toutes les sources sont mises en évidence tout au long de l’article.

Source : www.collective-evolution.com

Notez cet article