Pourquoi j’ai dû quitter la personne que j’aime toujours

personne que j'aime toujours

Le 7 Février 2018. Image crédit : Pixabay

Pourquoi j’ai dû quitter la personne que j’aime toujours

Quand il s’agit de ruptures, tout le monde semble se concentrer sur la personne qui est laissée pour compte et sur la douleur émotionnelle de cette personne. Les gens ont tendance à juger celui qui est parti, pensant que s’éloigner est la chose la plus facile à faire.

Mais ça ne l’est pas. Parfois, c’est la chose la plus difficile que vous aurez à faire.

Il y a des moments où vous ne voulez pas partir, mais c’est en fait le seul choix que vous avez. Parfois, vous aimez toujours la personne que vous laissez derrière vous, mais vous devez simplement décider qu’il est temps de commencer à vous aimer davantage.

Il arrive un moment où vous devez choisir entre votre santé mentale et votre relation – entre vous et l’autre. Et ce n’est pas égoïste de se choisir. Votre coeur peut vous dire le contraire, mais votre raison sait que c’est la seule chose à faire.

Ce n’est pas lâche non plus. Il y a des moments où vous avez besoin de plus de courage pour partir que de rester. Vous êtes pleinement conscient des conséquences – vous savez que vous serez dévasté une fois que vous aurez quitté cette personne, mais vous le ferez quand même. Vous savez que vous avez pris la bonne décision, pour votre propre bien.

Oui, vous aurez le cœur brisé quand vous partirez. Mais, vous savez que vous serez brisé à plus d’un titre si vous restez. Donc, vous décidez de vous choisir, pour la première fois. Vous décidez de tourner le dos à la seule personne que vous pourriez aimer.

Ne pensez jamais que ça fait moins mal parce que c’est vous qui avez mis fin aux choses. Le chagrin est toujours un chagrin, peu importe lequel de vous a pris la décision.

Je parle en connaissance de cause. J’ai laissé la personne que j’aimais et que j’aimerai probablement pour toujours. Et c’était l’un des choix les plus difficiles que j’avais à faire.

Nous avons tous cette personne qui sera toujours notre faiblesse. Mais, malheureusement, c’est généralement la mauvaise personne pour nous. J’ai eu une relation très toxique. Quand je regarde les choses du point de vue d’aujourd’hui, je ne peux pas dire que cette personne était la seule à être toxique. Je pense que nous étions toxiques et mauvais l’un pour l’autre.

Parfois, deux personnes partagent un amour et une passion forts l’un pour l’autre, mais elles ne sont tout simplement pas compatibles. Vous pouvez dire que ce sont des choses sur lesquelles vous pouvez travailler, mais si vous avez tous les deux un tempérament fort et si vous êtes tous les deux têtus, les choses ne fonctionneront jamais comme elles le devraient. Oui, vous pouvez essayer de tout compromettre et ce sera une bonne solution pour un moment. Mais, tôt ou tard, vos différences referont surface.

J’ai aimé quelqu’un qui était mauvais pour moi. Et cette personne m’a aimé, même si j’étais mauvais pour lui. Peut-être que nous étions masochistes et que c’était la raison pour laquelle nous nous aimions beaucoup ou peut-être que nous nous serions aimés encore plus si nous avions été compatibles l’un pour l’autre, je ne le saurai jamais.  Mais je savais depuis le début que notre relation était vouée à l’échec. Au début, je ne pensais pas à quelque chose de sérieux et j’ai laissé mes passions me guider.

J’ai essayé de combattre ces sentiments. J’ai essayé de partir le moment où j’ai réalisé que je perdais le contrôle de moi-même. C’était la première fois de ma vie que ma raison ne pouvait pas dominer mon cœur. Peut-être que c’est pour ça que c’était si bon.

Cette relation m’a fait traverser une montagne russe émotionnelle. À certains moments, j’avais l’impression d’être au sommet du monde et le lendemain, j’étais dans un trou noir. Cette personne a eu ce genre d’impact sur moi et il n’y avait rien que je puisse faire à ce sujet.

Au lieu de me sentir détendu et heureux dans une relation, j’ai commencé à me sentir plus stressé et dépassé que jamais.

Nous avons tous deux essayé de rompre plus souvent que je ne pouvais compter. Mais quelque chose continuait à nous ramener l’un vers l’autre. Je pensais que les rares moments de paix que j’avais avec valaient tout ce que je traversais de négatif. Et je pensais que cette personne allait changer. En fait, je pensais que nous allions tous les deux changer. Mais les choses devenaient de plus en plus mauvaises.

Le moment où j’ai réalisé que tout cela affectait ma santé physique et mentale plus qu’il ne le fallait, j’ai su que je devais partir. Donc je l’ai fait. Et c’est l’une des choses les plus difficiles que j’ai dû faire dans ma vie. Mais je savais que ça devait être fait.

Au début, j’étais rongé par la culpabilité. Je pensais pouvoir faire quelque chose de plus. Je pensais que les choses se passeraient différemment si j’étais différent. Je me considérais comme égoïste, ne pensant qu’à mon propre bien. Je pensais que je partais au moment où cette personne avait le plus besoin de moi.

Après la période de culpabilité, j’ai commencé à pleurer. Mon cœur était brisé et j’en étais le responsable. Mon esprit menait une bataille contre mon cœur tous les jours. Et il a presque perdu.

Mais, j’ai continué. Mais je ne sais pas comment j’ai réussi à le faire. Au fond, je savais qu’il serait insensé pour moi de revenir vers cette personne. Je sais que nous aurions été heureux pour une courte période de temps, et avant même de le réaliser, nous aurions été pris au piège dans ce cercle interminable de disputes et de réconciliations. Et ce n’est pas une base pour une relation saine et pour une vie saine.

Bien sûr, quand vous êtes dans cette phase, tout ce qui est négatif et toutes les choses qui vous ont amené à partir semblent petites et hors de propos. Vous ne pensez qu’aux beaux souvenirs et à tous les moments où vous avez été heureux.

Mais, alors la réalité vous frappe. Vous savez que vous devez le faire si vous voulez survivre. Vous savez que vous n’avez pas d’avenir et que vous ne pouvez pas vivre dans l’instant.

Et vous vivez jour après jour. Et chaque jour, ça devient un peu plus facile.

Je n’ai jamais vraiment cessé d’aimer cette personne et je ne sais pas si ce sera différent un jour.

Mais j’ai appris à vivre sans elle. Et je sais que j’ai pris la bonne décision quand je suis parti. Je sais que j’ai eu le courage de prendre une décision qui a changé ma vie et qui m’a sauvé.

17 commentaires à propos de “Pourquoi j’ai dû quitter la personne que j’aime toujours”

  1. Article très intéressant ! En effet c’est souvent la personne qui « part » qui a le mauvais rôle mais il ne faut pas juger. Lorsque la relation devient toxique, il faut prendre une décision pour ne pas envenimer la situation.

  2. Partir est une solution en effet.
    Mais je reste convaincu que les 2 ont des blessures d’enfance a guérir avant toute relation. Ces mêmes blessures qui créent les masques responsables de nos comportements.
    Seul un travail sur soi permet d’écouter son coeur plutôt que sa raison.

    Sans ça les schémas ne feront que se reproduire à plus ou moins long terme jusqu’à notre mort.

    • Je partage cette opinion à 100%.Bien souvent nous interagissons avec une personne qui a les mêmes blessures d’enfance que nous car cela fait effet miroir.Au début, les choses sont simples car nous n’avons pas conscience de ce qui se trame en profondeur mais avec le temps,les défis et epreuves imposés par la vie,tout ce qui a été nié et refoulé remonte à la surface.Entrer en introspection devient indispensable et ce travail ne peut se faire que seul.La rupture est atrocement douloureuse vécue comme un tsunami, une amputation d’une partie de son être mais il n’y pas d’autre alternative.nous nous sommes séparés mon compagnon et moi même il y a 5 ans car nous avions besoin de nous reconstruire chacun de notre côté. Ce fut une souffrance incommensurable mais inévitable. Malgré cela,j’ai aime cette personne de maniere inconditionnelle et j’ai conscience qu’il est et restera dans mon coeur a tout jamais.

      • J’ai exactement la même histoire que toi. Il me reste deux enfants magnifiques et un gros travail personnel avec la psychologue qui avait suivi notre couple durant plus d’un an. Ca va mieux, même s’il me manque toujours.

      • Tu as si bien expliquer et en détail ce que j’ai aussi vécu et ressenti!! J’ai juste pas de mots…. on dirais ce moi qui a écrit ton texte!!

    • C’est toute à fait cela mon ami(e)
      Aujourd’hui, avec plus de recul et plusieurs mois de séparation, j’arrive à cette même conclusion!!
      Je suis responsable que de moi même!! Et je ne veux repeter ses schémas! Donc mon travail sur moi même est entamer!
      Mais comment oublié cette amour?? Des fois je me dis que je l’oublierai jamais…

  3. Si on parle simplement de relation entre 2 personnes, ok, et avoir la chance de s’en rendre compte avant d’engager des responsabilités communes est la meilleure des choses. Si l’on rajoute des enfants au milieu de ces façons de penser et d’agir, bof bof…

  4. Je viens de vivre une situation similaire. Il est parti ! Il ne voulait surement qu’une simple relation (marie et avec des enfants). Il n’a pas mesure la portée des sentiments que je pouvais avoir et lui non plus. Nous sommes tomber amoureux très vite et nous sommes rentrés tous les 2 dans une relation très forte, très intense. On ne pouvais plus se passer l’un de l’autre. Mais il avait une famille, et pour sauver sa vue de famille il est sorti de ma vie aussi vite qu’il y est rentre… C’est dur ! Car je sors de 35 ans de mariage avec un homme très toxique ! Je croyais avoir trouve le bonheur. Oui je lai trouve mais il fut court et je suis encore plus blessée en amour qu’avant… Et j’en ai besoin en plus maintenant.

  5. Grâce à l homme que j’ai dû quitter alors que c ést le seul homme où je suis tombée folle d amour, j ai compris grâce à cette relation toxique que j avais le syndrome de l infirmière ( cf contenu sur internet).
    Je souffre de son absence mais même si c’est dur je crois que le destin ne nous a pas fait nous rencontrer par hasard… je l ai aidé en parti de son passé douloureux…et moi il m’a permis de découvrir ce syndrome….
    Maintenant je dois me retrouver….j espère qu’il se retrouvera aussi car nous étions fusionnel….. même si suite à cette rupture chacun à réagi l’un envers l’autre avec des*maux* difficile à lire où entendre….
    Il faut savoir soit disant pardonner alors je lui pardonne toutes les souffrances morales qu’il m a fait subir….et où la raison pour ma survie à dû prendre le dessus sur mon cœur…
    J espère qu’il me pardonnera un jour de l avoir laissé….
    Je préfère être seule définitivement à ce jour, me consacrer à mon enfant et faire mon chemin de vie…..

  6. J’ai exactement la même histoire que toi. Il me reste deux enfants magnifiques et un gros travail personnel avec la psychologue qui avait suivi notre couple durant plus d’un an. Ca va mieux, même s’il me manque toujours.

  7. merci de mettre des mots sur des maux
    merci de donner par vos écrits une note d’espoir, il semble à vous lire possible de sortir de ce chagrin immense…

  8. Je suis le « laissé » et je comprends ce que vous dites, ne le partage pas sans pour autant le condamner. Un « laissé » pas encore vraiment guéri après huit ans pourtant, mais en voie de guérison. Une guérison conjuratoire, fataliste, qui m’éloigne peu à peu du besoin même d’interaction sociale, largement entendu et pas seulement sentimental. Un homme gagné en fait par une sorte d’amertume contre laquelle pourtant il lutte encore. L’amour est une victoire, donc un combat. La plupart, l’immense majorité d’entre nous n’en désire que le fruit sans consentir vraiment à en payer le prix, fait de bien des blessures tout au long d’une vie. L’amour n’existe ainsi que pour les quelques et finalement rares privilégiés qui savent se l’offrir en payant ce prix-là; la rencontre de deux personnes prêtes à le faire étant elle-même très rare dans une société de plus en plus axée sur un individualisme forcené, toute entière articulée autour du culte de l’égo.
    Pour tous les autres, l’amour n’existe pas : il est tué en permanence par l’amour qu’ils ont en vérité d’eux-mêmes, et non de la personne qu’ils prétendent, ou croient aimer. Un amour vain et dérisoire, qui les condamne en fait ainsi à ne jamais trouver, ne jamais rencontrer qu’eux-mêmes…

  9. Ce texte ressemble tellement à ce que j’ai vécu. Je suis le laissé,Celui qu’on a laissé au moment où j’avais plus besoin celui qu’on a laissé au moment. Je dois avouer que oui notre relation était toxique. En tant que dépendant affectif je serais resté avec elle pour n’importe quel prix. J’ai perdu toute confiance et estime de moi-même j’ai eu un amour exigeant voir tyrannique ( abandonnique ) et à la dû choisir entre son cœur et sa raison évidemment c’est sa raison qu’il a emporté . Et je ne sais pas si je retrouverai quelqu’un Comme elle ,Elle me manque terriblement si je pouvais faire un retour en arrièreMais ce n’est pas possible. Et je sais que sa décision a été difficile à prendre car je sais qu’elle m’a aimé de Manière inconditionnelle. Comme le dit l’article peut-être que nous étions masochistes. Je reconnais tellement dans cette histoire la souffrance qu’elle a dû endurer. Je l’oublierai jamais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*