reconnaître un pervers

20 caractéristiques pour reconnaître un pervers narcissique et s’en protéger

Toutes ces traits sont celles d’une personne perverse narcissique.

Si vous sortez d’une relation avec un PN, vous avez une longue route devant vous pour retrouver votre estime, votre confiance en vous et en la vie ainsi que pour recoller les morceaux de votre cœur qui a été piétiné par ce sinistre individu. Le plus triste dans tout ça est qu’il ne se rend même pas compte de la tristesse occasionnée. Le pervers narcissique voit sa victime comme un objet dénué de sentiments. Il n’a ni remords, ni empathie, il ne ressent rien pour cette personne qu’il a ruinée dans tous les sens du terme.

Voici 20 caractéristiques pour reconnaître un pervers narcissique et s’en protéger

1. Il se présente comme « l’âme sœur » : tel un chevalier sur son cheval blanc, le pervers narcissique semble correspondre en tout point à l’idéal de sa victime. Il partage les mêmes valeurs, les mêmes objectifs de vie, la même philosophie, les mêmes goûts. Il est admiratif de tout ce que sa cible fait, il aime son intelligence, sa vivacité d’esprit, son ambition, son honnêteté et sa sincérité. Il propose rapidement le mariage.

Il semble serviable, généreux, digne de confiance. Mais tout ceci est en fait FAUX ! Juste après avoir vu l’engagement de sa victime dans la relation, le pervers narcissique tombe le masque et là, le chevalier blanc se métamorphose en un vilain crapaud. La victime se rend alors compte qu’elle a été bernée, exploitée, trompée. Bref, le pervers narcissique est une vraie fraude. La victime est tombée amoureuse de ses propres rêves, le prince charmant du début n’a jamais existé. L’abus est toujours à la fois financier et émotionnel car le PN séduit par les sentiments puis s’attaque au porte-monnaie de la victime avant de l’abandonner pour s’intéresser à sa prochaine « âme sœur ».

Stratégie défensive : faites-vous aider, suivez une thérapie s’il le faut. Lisez encore et encore sur ce trouble de la personnalité, ça vous aidera à répondre à la question lancinante « pourquoi moi ? ». Renoncez à avoir des explications de la part de votre bourreau (voir le point sur le mensonge pathologique).

Ne lui montrez sous aucun prétexte la peine que vous ressentez car c’est ce qu’il veut voir ! Voilà l’horrible secret du pervers narcissique : c’est un sadique qui voit sa pleine puissance dans votre détresse.

2. Le double visage : le pervers narcissique a deux visages. Un pour vous, la victime, et l’autre pour l’extérieur. La victime est la seule à voir le vrai visage du démon. La première fois qu’elle le voit, c’est quand le PN sent que le moment est venu de tomber le masque. La victime est amoureuse de lui, ou elle est suffisamment prise dans sa toile pour qu’il puisse relâcher la pression. Il passe d’un masque à l’autre à la vitesse de l’éclair, d’une minute à l’autre en fonction des circonstances. Il utilisera cette capacité de transformation pour faire passer sa victime pour folle par exemple. Etant donné qu’elle est la seule à connaître son mauvais côté, et qu’il passe pour un ange auprès des autres, personne ne croira la victime quand elle livrera sa vérité.

Stratégie défensive : ne cherchez pas à convaincre les autres que le PN a un double visage. S’il a bien fait son travail de manipulation et de sape, c’est vous qui passerez soit pour une dépressive, soit pour une hystérique. Si vous avez confiance en une personne de votre entourage et si celle-ci est ouverte d’esprit, vous pouvez lui parler de ce double visage. Restez toujours calme en présence du PN, ne lui montrez jamais qu’il vous a fait mal ou qu’il a touché un point sensible. Ne le couvrez pas non plus, racontez les faits tels qu’ils se présentent. S’il vous trompe, dites-le sans parler du double visage.

3. Le mensonge pathologique : toujours très convaincant et trompeur à souhait, le pervers narcissique est un menteur pathologique. Il créé des diversions, diffuse des demi-vérités, il bluffe ou encore menace sa victime quand elle le questionne. Il nie les évidences et se contredit lui-même. Il ment tout le temps, pour tout, même pour les plus petites choses. Il ment sur les émotions qu’il ressent (il n’en ressent aucune en réalité), il ment sur l’amour qu’il ressent, sur ses regrets (il n’en a aucun, jamais), sur le changement qu’il va opérer. Tout ce qu’il est n’est que mensonge. Ses personnalités sont des mensonges. C’est le mensonge incarné.

Stratégie défensive : vérifiez chacun de ses dires. Ne lui posez pas de questions car cela l’incitera juste à mentir toujours plus. Ne lui révélez rien de personnel sur vous-même car il s’en servira contre vous. Si c’est déjà fait, prévenez les personnes concernées. Si vous avez un secret de type adultère ou fraude, attendez-vous à ce qu’il ressorte. Prenez les devants et rétablissez la situation avant qu’elle ne vous échappe totalement à cause de la malveillance du pervers narcissique.

4. Le partenaire le plus déloyal qui soit / le saboteur : le pervers narcissique est d’accord avec tout ce que vous dites puis fait tout le contraire de ce qui était prévu. Qu’il s’agisse de mariage, d’accords pour la garde des enfants, d’un simple échange social, tout ce qui a été conclu sera balayé d’un revers de la main. Il retournera ensuite la situation contre vous en vous accusant d’être la personne malhonnête qui a brisé le contrat. Le pervers narcissique adore se faire passer pour la victime.

Stratégie défensive : attendez-vous à ce qu’il ne respecte aucun accord, aucun contrat. Ayez toujours un plan B. Protégez-vous émotionnellement et financièrement. Ne lui accordez AUCUNE CONFIANCE. Ne lui confiez aucun projet important.

5. La poudre aux yeux : il grimpe les échelons de la société à coups de couteau dans le dos des personnes qui croisent son chemin et n’a aucune limite dans son ambition. Sa famille n’est qu’une belle vitrine de son succès. Le pervers narcissique aime la poudre aux yeux. Il est certes intelligent, charismatique et très éloquent dans son domaine d’activité mais très souvent, il exagère ses compétences et ses références professionnelles. Il utilise la manipulation pour asseoir son pouvoir sur les autres d’une main de fer. Il exploite ses proies dans le seul but d’atteindre ses objectifs, qui varient en fonction des opportunités. Ce sont les autres qui portent le poids de ses échecs, qu’il s’agisse de ses amis ou de ses collègues. Le pervers narcissique est toujours paranoïaque et s’éclipse rapidement si jamais les choses tournent mal. Il n’assume JAMAIS les conséquences de ses actes et se contente de disparaître.

Stratégie défensive : s’il s’agit de votre collègue ou de votre supérieur hiérarchique, ne lui communiquez pas toutes vos références, ne l’aidez pas à agrandir son cercle d’influence à vos dépends. Documentez-vous sur le harcèlement moral en entreprise. S’il fait partie de votre famille, ne lui montrez pas votre CV, ne lui parlez pas des personnes influentes que vous connaissez.

6. La sexualité déviante : le pervers narcissique est souvent un hypersexuel ou asexuel ou encore une alternance des deux. Sa sexualité présente presque toujours un côté déviant. Dû au climat incestuel dans lequel ils ont grandi et parce qu’ils n’ont aucune empathie, aucun respect des limites, un grand nombre de PN peuvent devenir des parents incestueux et/ou être pédophiles. D’une manière plus générale, les PN considèrent tout le monde comme une source de gratification narcissique potentielle quand ils sont dans une phase prédatrice. Ils sont des infidèles notoires, prennent des risques (pas de protection), sont adeptes de sadomasochisme. Étant donné qu’ils s’ennuient facilement, leurs demandes sont de plus en plus déviantes quand ils sont en couple.

Stratégie défensive : partez loin et rapidement ! La victime doit s’attendre à être dénigrée, dégradée dans sa sexualité. Elle sera soit utilisée, soit ignorée. Dans ce domaine, qui touche à l’intime, le pervers narcissique fait de gros dégâts par l’instrumentalisation d’autrui qui est nié émotionnellement. Il n’hésitera pas à mentir sur la sexualité de la victime pour l’humilier. La victime prendra soin de se tester régulièrement contre les maladies sexuellement transmissibles si elle est impliquée avec un pervers narcissique.

7. La victimisation permanente : le PN blâme toujours les autres pour ses propres fautes.C’est un maître de l’identification projective. C’est lui qui est victime de sa victime. Tout ce qu’il lui fait subir est systématiquement inversé et reproché à la victime.

Stratégie défensive : n’acceptez pas de prendre la responsabilité de ses actes, même s’il vous fait des reproches ouvertement. Pratiquez la technique du miroir en utilisant des phrases courtes : s’il vous fait un reproche, renvoyez-le lui aussitôt. Ne cherchez pas à argumenter, renvoyez la balle simplement.

8. La violence : le plus souvent, la violence du PN est psychologique. Il insulte, humilie, blesse, dénigre, critique en permanence, ouvertement ou sans en avoir l’air. Tout est bon pour rabaisser sa victime et se réhausser à ses dépends. Le PN peut également passer à la violence physique, ce qui est la prise de contrôle ultime sur sa victime. Généralement, il en arrive là quand elle menace de le quitter ou qu’elle est trop proche de son horrible vérité. Sur le point d’être démasqué, le pervers narcissique doit faire monter la pression d’un cran. Une fois sûr que sa victime a compris qui il était et a l’intention de le dénoncer à leur entourage, le PN peut véritablement devenir imprévisible et se transformer en harceleur ou encore en meurtrier selon ce qu’il a à perdre. Cependant, ils évitent ce genre d’extrémités qui ne va pas dans le sens de leur « masque social ».

Stratégie défensive : si vous devez quitter un pervers narcissique, il est conseillé de le faire sans le lui dire, ni sans lui faire comprendre que vous avez compris qu’il est un PN. Ce sont des personnes qui peuvent représenter un grand danger car ils n’ont aucune empathie et n’éprouveront aucun remords à vous anéantir, avec vos enfants s’il le faut. Rappelons qu’ils ne vous aiment pas et n’aiment pas leurs propres enfants non plus. Faites des photocopies de tous les papiers importants, papiers d’identité des enfants, les vôtres, placez des copies chez une personne de confiance si besoin. Parez à toute éventualité. Ne parlez à personne de votre projet de partir, le pervers a souvent des espions même parmi vos amis s’il vous en reste.

Afficher l'image d'origine


9. Le contrôle et la manipulation :
le PN dresse les uns contre les autres, il divise pour mieux régner. Il ne présente pas ses proies à ses « suiveurs », c’est le roi du cloisonnement, pour que ses mensonges ne puissent pas être repérés. De même, il fera en sorte de ne pas réunir des victimes dans la même pièce. Il contrôle sa victime en se montrant maladivement jaloux et en l’isolant petit à petit de toutes ses connaissances. Il la met sous dépendance totale, y compris financièrement pour qu’elle devienne sa prisonnière. C’est un harceleur-né qui ira jusqu’à retourner la famille de sa victime contre elle pour être certain qu’elle ne voudra jamais le quitter. Il n’hésite pas à s’approprier les revenus de sa victime (ou de ses victimes) car le PN est un maniaque de l’argent, un autre moyen de contrôle d’autrui.

Stratégie défensive : ne vous laissez pas isoler, continuez à voir du monde. N’allez pas dans son sens, sachez poser des limites au contrôle. Ne répondez pas à ses demandes de contrôle. N’hésitez pas à ne pas répondre à ses appels, ni aux autres tentatives de contact.

10. La froideur émotionnelle et l’absence totale d’empathie : les pervers narcissiques sont très froids émotionnellement, ils ne ressentent rien au niveau du cœur. Les émotions sont uniquement perçues d’un point de vue intellectuel et ne servent qu’à manipuler les cibles. Les PN sont incapables de se mettre à la place de leurs victimes. De fait, ils ne peuvent pas éprouver de remords, d’ailleurs ça ne leur traverse même pas l’esprit. Dans leur monde, ils sont les plus forts, leurs victimes sont des objets faibles qui méritent d’être exploités et abusés. Quand un pervers narcissique dit qu’il aime, c’est pour mieux préparer la suite : la tromperie et la trahison de la victime pour ensuite se nourrir de sa détresse.

Stratégie défensive : renoncez à tout partage émotionnel avec ces personnes. Acceptez de ne pas être aimé(e), ni respecté(e) mais uniquement utilisé(e). Gardez vos sentiments et vos émotions pour vous-même. Devenez aussi neutre que possible.

11. La prise excessive de risques  : le pervers narcissique a un faible contrôle de ses pulsions. Il est donc amené à prendre des risques parfois avec sa vie, la vôtre, vos économies, etc. Il peut également exprimer cette prise de risque en ayant de multiples partenaires sexuels sans protection. Ceci doit être un signal d’alarme fort pour quitter la relation. Les pervers narcissiques sont totalement inconscients et irresponsables (pas d’un point de vue légal). Ils ruinent leurs victimes sans le moindre remords. Ils vous mettront en danger sans sourciller. Il se peut également que cet aspect de leur personnalité vous soit caché mais il existe toujours.

Stratégie défensive : ayez un compte bancaire séparé ! Ne participez pas à ses folies, à ses prises de risques. Refusez d’y être mêlé(e) et d’y mêler vos enfants. Ne commentez pas ses activités. Apprenez à ne pas le materner.

12. L’arrogance : le PN aime exhiber ses « jouets », à savoir sa femme, ses enfants, ses biens matériels, ses diplômes, bref tout ce qui peut lui permettre de se mettre en avant en société. Il ne cherche que l’admiration, l’attention, la flatterie, il en a un besoin compulsif. La seule raison d’exister de toutes les personnes qui l’entourent est le fait qu’elles le mettent en valeur. Quand elles ne remplissent plus leur rôle, elles sont jetées car ce sont des objets remplaçables.

Stratégie défensive : si vous restez avec le PN, apprenez à le complimenter sur tout, à tout propos et à tout instant sans pour autant trop en faire sous peine d’être soupçonné(e) de manipulation. Ignorez tout le reste car c’est juste un jeu d’acteur sans aucune réelle empathie, ni sincérité. Tout est feint pour le masque social.

13. Le sadisme : le pervers narcissique dans toute sa splendeur a besoin de la souffrance de sa victime pour expulser la sienne. Il ressent une vraie jouissance à la voir se démener pour faire fonctionner la relation, il adore la voir demander pardon alors que c’est elle qui a été blessée, il exulte de voir ses larmes, sa détresse. Son but ultime et non avoué est de la pousser au suicide ou à l’internement. Cela signerait sa toute-puissance, son droit de vie et de mort psychique sur elle. Les PN sont cruels, sans pitié. Quand ils reviennent après avoir abandonné une de leurs proies, c’est pour le plaisir de susciter son espoir puis de la décevoir de nouveau et ainsi de suite.

Stratégie défensive : quittez la relation ou acceptez son côté Dr Hyde. Si vous partez, observez la règle du No Contact. Souvenez-vous que le gentil PN du début n’a jamais existé. Le vrai est le méchant que vous côtoyez depuis qu’il a fait tomber le masque.

14. rReconnaître un pervers narcissique : les colères soudaines  on peut plus parler de crises de « rage » que de colère. Elles sont totalement disproportionnées et interviennent quand le PN n’a pas sa dose d’attention, de contrôle et/ou de soumission. Ce qu’il recherche, c’est juste de l’attention, qu’elle soit positive ou négative, comme un enfant qui fait un caprice. S’il doit se montrer plus cruel, insulter sa victime ou l’intimider, il le fera.

Stratégie défensive : affirmez-vous et ne lui montrez aucune émotion. Si possible, quittez la pièce ou le logement sans rien dire. Attention, il risque d’être extrêmement méchant en réponse car les PN ne supportent pas l’indifférence. La victime doit s’attendre à des représailles. Si vous sentez que la violence physique est proche, partez sur son terrain narcissique et dites-lui que sa colère ne donne pas une « bonne image de lui » et que ce serait mieux s’il se calmait.

15. La séduction permanente : l

a séduction est l’arme fatale des pervers narcissiques. Ce sont de beaux parleurs et ils sont souvent charmants. Cette séduction n’est jamais à double sens puisque le PN n’est jamais sous le charme de sa victime. Il a un objectif en tête et c’est pour cela qu’il aborde puis séduit et enfin dépouille la cible. Ceci, sans le moindre sentiment, le moindre état d’âme. La victime, elle, est totalement prise dans les filets de cet individu. Elle est comme hypnotisée et ne voit que du feu jusqu’à ce que le masque tombe. Le PN utilise la séduction tout au long de la relation pour empêcher la victime de partir tant qu’il en a besoin. Cette séduction est un venin à distillation lente mais sûre, qui met beaucoup de temps à être éliminé par l’organisme hôte.

Stratégie défensive : méfiez-vous de tout ce qui brille. Si c’est trop beau pour être vrai, c’est que c’est faux ! Si vous êtes déjà en relation avec le pervers narcissique, sachez reconnaître les phases de « bombardement d’amour » quand elles se présentent. C’est le signe qu’il sent que vous vous éloignez ou qu’il a quelque chose à vous demander. C’est en tout cas une manipulation.

16. La paranoïa : à force de berner tout le monde, les pervers narcissiques se constituent un solide réseau de victimes qui peuvent à un moment, vouloir se venger. A cause de cela, les PN sont toujours dans la paranoïa, ils pensent être enviés, jalousés, manipulés, etc. Tout ce qu’ils sont au fond d’eux est projeté sur les autres en négatif. Il y a certainement une part de vérité et il y a fort à parier qu’avec tous les cadavres disséminés sur leur chemin, tôt ou tard, leur paranoïa sera justifiée. Les PN ont également tendance à se montrer hautement suspicieux de leur partenaire, l’accusant d’être infidèle ou de leur vouloir du mal. Ils peuvent du coup, mettre fin brutalement à une relation ou se montrer dangereux en prévention d’une agression même fictive.

Stratégie défensive : n’entrez pas dans son jeu. Refusez de voir le monde à sa façon. S’il a semé le mal, il récoltera le mal un jour. N’essayez pas de lui faire entendre raison, cela ne servirait à rien. Ne lui donnez pas de raison d’être suspicieux mais ne vous laissez pas contrôler non plus.

17. L’usurpation de personnalité : c’est une expression qui me vient pour désigner la plus grande arnaque du pervers narcissique. Il s’accapare les qualités de sa victime, ses succès, tout ce qui fait d’elle une belle personne et lui transfuse de force ses propres défauts. Ainsi, la victime est transformée en marionnette, en personnage de bande dessinée dont le scénariste est le pervers narcissique. Psychiquement, la victime bascule dans une réalité alternative, celle du bourreau, dans laquelle elle est vidée de sa substance identitaire pour devenir un objet modelé par le pervers.

Stratégie défensive : une fois de plus, quittez la relation. Avec un PN, il n’est pas possible d’exister. Si on veut rester dans sa vie, on doit cesser d’être. C’est extrêmement violent. Pour arriver à ce résultat, la victime accepte de devenir un objet.

18. La fausse dénonciation de la malveillance : les pervers narcissiques adorent se faire passer pour les gardiens de l’ordre et de la morale ! Régulièrement, ils souligneront combien les autres sont mauvais, combien le monde est hostile et combien la victime a de la chance d’être tombée sur une personne avec des valeurs morales tellement marquées. Il s’agit d’un grossier mensonge totalement hypocrite, prononcé par le pire des personnages qui soit. Lui qui n’hésite pas à tromper, trahir, corrompre, abuser autrui se présente comme un saint.

Stratégie défensive : c’est un signal d’alerte fort. Méfiez-vous des saints, des personnes qui clament leur haute moralité. Si c’était vrai, elles n’auraient probablement pas besoin de le crier sur tous les toits.

19. L’avertissement caché : tous les PN, dès le début de la relation, envoient des messages codés à leurs victimes pour les avertir de ce qu’ils ont l’intention de faire. Il ne faut pas les ignorer, c’est le masque qui glisse. Il peut s’agir de phrases comme « tu devrais te méfier de moi » ou encore « je ne suis pas digne de confiance ». Eh bien, c’est la vérité.

Stratégie défensive : protégez-vous si vous entendez des phrases pareilles. Personne de sincère et d’intéressé par une relation sérieuse ne tiendrait de tels propos dès le début et certainement pas sur le ton de la rigolade.

20. La fausse repentance : « je vais changer », « je regrette », « je t’aime, pardonne-moi », etc. Retour au point sur le « mensonge pathologique ». Le pervers narcissique n’est jamais sincère et il ne se remet jamais en question. Donc, quand il sort de telles paroles, il ne faut rien croire. Ce ne sont que des mots creux visant à retenir la victime et à semer le doute dans son esprit. N’oublions pas que c’est un sadique qui adore créer de l’espoir pour mieux le descendre en flammes et briser les coeurs trop tendres.

Stratégie défensive : il faut s’attendre à ce genre de manipulation. En cas de doute, repensez à toutes les humiliations précédentes, à tous les abus qu’il vous a fait subir.

Reconnaître un pervers narssicique :Merci au site  leperversnarcissique.wordpress.com pour cet article © https://leperversnarcissique.wordpress.com