Pourquoi les relations modernes se brisent si facilement aujourd’hui

relations-modernes

Pourquoi les relations modernes se brisent si facilement aujourd’hui

Pourquoi les relations sont-elles si difficiles aujourd’hui ?

Pourquoi échouons-nous à chaque fois en amour, malgré tant d’efforts ?

Pourquoi les humains sont-ils devenus soudainement incapables de faire durer des relations ?

Avons-nous oublié comment aimer ?

Ou pire, oublié ce qu’est l’amour ?

Nous ne sommes pas prêts.

Nous ne sommes pas prêts pour les sacrifices, les compromis, pour l’amour inconditionnel. Nous ne sommes pas prêts à investir tout ce qu’il faut pour faire fonctionner une relation. Nous voulons que tout soit facile. Nous sommes des lâches. Nous nous effondrons au moindre obstacle qui se dresse sur notre chemin. Nous quittons notre relation avant de lui avoir laissé le temps d’évoluer.

Ce n’est pas l’amour que nous recherchons, c’est seulement l’excitation et les sensations fortes de la vie.

Nous voulons quelqu’un pour regarder des films et faire la fête, et non pas quelqu’un pour nous comprendre même dans nos silences les plus profonds. Nous passons du temps ensemble, nous ne créons pas de souvenirs.

Nous ne voulons pas d’une vie ennuyeuse. Nous ne voulons pas un partenaire pour la vie, juste quelqu’un qui peut nous faire sentir en vie en ce moment, à cet instant même. Lorsque l’excitation disparaît, nous découvrons que personne ne nous a jamais préparé pour le banal. Nous ne croyons pas à la beauté de la prévisibilité parce que nous sommes trop aveuglés par le frisson de l’aventure.

relations-modernes-1
relations modernes

Nous nous immergeons dans les banalités de la vie de la ville, ne laissant aucune place pour l’amour.

Nous n’avons pas de temps pour aimer, nous n’avons pas la patience pour faire face aux relations. Nous sommes des gens occupés à courir après des rêves matérialistes et il n’y a pas de place pour l’amour. Les relations ne sont rien d’autre qu’une convenance.

Nous cherchons la gratification instantanée dans tout ce que nous faisons – les choses que nous mettons en ligne, la carrière que nous choisissons, et les gens dont nous tombons amoureux.

Nous voulons la maturité dans une relation qui vient avec le temps, le lien émotionnel qui se développe au fil des ans, ce sentiment d’appartenance quand nous connaissons à peine l’autre personne. Apparemment, rien ne mérite notre temps et notre patience – pas même l’amour.

relations-modernes-2
Relations modernes

Nous préférons passer une heure avec plusieurs personnes différentes au lieu de passer une journée avec une seule.

Nous croyons avoir des «options». Nous sommes des personnes «sociables».Nous cherchons plus à rencontrer des gens qu’à les connaître. Nous sommes avides. Nous voulons tout avoir. Nous entrons dans une relation à la moindre attirance et en sortons,dès que nous trouvons quelqu’un de mieux. Nous ne voulons pas faire ressortir le meilleur dans cette personne. Nous voulons qu’elle soit parfaite. Nous sortons avec beaucoup de gens, mais nous leur laissons rarement une vraie chance. Nous sommes déçus par tout le monde.

La technologie nous a rapprochés, tellement qu’il est impossible de respirer. Notre présence physique a été remplacée par des textos, des messages vocaux, des snapchats et des appels vidéo. Nous ne ressentons plus le besoin de passer du temps ensemble. Nous en avons déjà assez l’un de l’autre. Il n’y a rien à dire.

Nous sommes une génération de «vagabonds» qui ne voulait pas rester au même endroit trop longtemps.

Tout le monde a la phobie de l’engagement. Nous croyons que nous ne sommes pas faits pour les relations. Nous ne voulons pas nous installer. Nous sommes effrayés rien qu’en y pensant. Nous ne pouvons pas imaginer être avec une personne pour le reste de notre vie. Nous partons. Nous méprisons la stabilité comme une plaie sociale.Nous voulons croire que nous sommes «différents» des autres. Nous voulons croire que nous ne sommes pas conformes aux normes sociales.

Nous sommes une génération qui se dit «libérée sur le plan intime».

Nous pouvons distinguer les relations intimes de l’amour, ou c’est ce que nous pensons. Nous sommes la génération « histoires sans lendemain ». Nous avons des rapports intimes en premier et ensuite nous décidons si nous voulons aimer quelqu’un. Les relations d’un soir c’est facile, la fidélité non. Désormais vous couchez non pas parce que vous aimez l’autre personne, mais parce que vous voulez vous sentir bien, comme lorsque vous avez bu.

C’est tout l’épanouissement temporaire dont nous avons besoin. Les relations intimes en dehors ne sont plus un tabou. Les relations ne sont plus aussi simples. Il y a des relations ouvertes, des amis avec des avantages, des aventures d’une nuit, sans aucune condition – nous avons laissé très peu d’exclusivité pour l’amour dans notre vie.

Nous sommes la génération pratique qui fonctionne par la logique seule.

Nous ne savons plus comment aimer follement. Nous ne nous envolerions pas pour une terre lointaine, juste pour voir quelqu’un que nous aimons. Nous le quitterions à cause de la distance. Nous sommes trop sensibles pour l’amour. Trop sensibles pour notre propre bien.

Nous sommes une génération effrayée – nous avons peur de tomber amoureux, peur de l’engagement, peur de l’échec, peur que l’on nous blesse, peur que l’on brise notre cœur.

Nous ne nous autorisons pas à aimer tout le monde de façon inconditionnelle. Nous nous cachons derrière les murs que nous avons nous-mêmes créés, cherchant l’amour et le fuyant lorsque nous le trouvons vraiment. Nous ne le gérons pas. Nous ne voulons pas être vulnérables. Nous ne voulons pas dévoiler notre âme. Nous sommes trop prudents.

Nous n’estimons même plus les relations. Nous laissons partir les personnes les plus merveilleuses pour «les autres poissons dans la mer.» Nous ne les considérons plus comme sacrées.

Il n’y a rien que nous ne puissions pas conquérir dans ce monde, et pourtant, nous sommes maladroits au jeu de l’amour – le plus fondamental des instincts humains. Ils appellent cela l’évolution..

Source relations modernes : www.mensxp.com

Frédérique dumont

C’est très probablement mon père qui m’a transmis cette passion que j’essaierai moi-même de transmettre à mes enfants. Dès que j’ai un peu de temps, je profite de l’occasion pour aller observer la nature et les animaux. Par ailleurs, je m’intéresse également à tout ce qui touche la santé et les remèdes de près ou de loin, je suis fasciné par toutes les méthodes d’investigation, vérifiables et reproductibles ayant pour but de produire des connaissances. J’ai donc décidé de rédiger des articles qui touchent à ces domaines. J’espère pouvoir vous transmettre un peu de mon savoir et de mes connaissances.

70 réflexions sur « Pourquoi les relations modernes se brisent si facilement aujourd’hui »

    1. c’est en effet les normes de nos jours on se marie puis pour x raisons on divorce , enfin les nouvelles générations , moi j’en suis à 47 ans de mariage , alors certes ce n’est plus la passion mais une profonde tendresse et toujours une complicité .
      Beaucoup de couples ne durent pas car les jeunes ne savent plus ce que c’est de faire des concessions , ou ils se trompent entre amour et grande attirance sexuelle qui en moyenne dure 3 ans et lorsque l’enfant parait la passion s’émousse il faut faire des sacrifices et on y est pas toujours prêt , et on va chercher les grandes émotions ailleurs .

      1. Très belle article et je suis entièrement d’accord avec vos mots. Que c’est beau 47 ans de mariage. Félicitations et que votre amour perdure encore longtemps. Solene

  1. Un texte destructeur, qui véhicule des fausses croyances. En plus de cultiver la culpabilité. Ne prétendez pas que vous aidez les gens.

    1. il suffit d’observer autour de soi et nous pouvons voir que ce texte à viser juste !!!
      Il ne faudrait pas le lire comme un désir de culpabiliser les gens mais plus comme un outils de prise de conscience de sur nos comportement dans ce domaine !!!
      Enfin, c’est mon point de vu !!!
      Amicalement.

    2. Entièrement d’accord avec Phil, c’est un texte moralisateur, culpabilisateur, avec un parti pris limite quant à l’estime de soi. C’est pas joli joli tout ça. C’est au delà de la psycho de comptoir.

      1. Je pense que là ça culpabiliter vient du fait que vous vous rendez compte que tout cela est vrai. Il faut parfois affronter les choses en faces, comme le texte nous pousse à les a affronter.
        Il faut maintenant comprendre que ce texte est là pour nous dire D’être patient. De savoir accepter, d’être moins prudent, d’aimer et profiter du présents

    3. Je suis d’accord avec vous Phil. D’autant plus que chaque personne est unique, chaque vécu est différent même si il est influencé par la culture.

    4. Oui, vraiment un texte culpabilisant ! Tout le contraire de l’amour ! L’amour laisse place à plusieurs types de relations et d’expériences humaines. Il croit tout, il espère tout et supporte tout… Et c’est dans la variété qu’est la beauté !

  2. Les 2 premiers paragraphes sont bien a mon avis mais je ne suis pas tout à fais d’accord avec le reste, et c’est mon opinion.
    Mais je pense qu’il faut d’abord se trouver soi-même, trouver son bonheur en soi, s’aimer soit même, trouver la paix en sois avant de pouvoir partager l’amour avec quelqu’un.
    On vit des expériences en relations amoureuses, et on apprends de celle-ci.
    Il n’y a pas de définitions propres du mot Amour, chacun doit le découvrir et chaque être humain sur cette planète à une définition différente de ce mot.
    Trop d’analyse et le jugement sont dangereux à mon avis.
    On vit dans un monde visuel qui a ces points positifs et négatifs, ces conséquences sur nous, sur notre corps.
    Pour moi je pense que l’Amour, c’est quelquechose ou quelqu’un, qu’on peut aimer les yeux fermés.
    Et que cette amour il faut le cultiver, et pas le laisser tomber au moindre « obstacles  » comme tu le dis dans ton texte.

    1. Il n’y a pas de priorité à savoir s’aimer soi-même, au risque d’entrer dans le trop d’amour et de bien-être de soi-même. L’interaction entre le Soi et les autres est simultanée, et permanente.

  3. La question est ; que ce qui nous a rendu comme ça , logiquement il y’a une réponse , l’alimentation truqués qu’ont bouffe ?? La sociciete fast moderne ???? Changement de notre comportement les uns envers le s autres ???? Notre EGO mal placer , cela serai intéressant qu’une étude scientifique sérieuse puisse élucider se » mystère  » du changement du comportement humain !!!!!

    1. un monsieur de 92 ans aprés 70 ans de mariage et d’amour m’a dit : vous les jeunes quand quelque chose est cassé vous le jetez, de notre temps on le réparé ! comme tout il suffit de le vouloir .

    2. Bonjour, je ne suis d’accord qu’avec les premiers paragraphes quoique cela ne concerne qu’une certaine jeunesse. La population a déjà doublé, elle quadruple actuellement, et je dirais que le pourcentage de gens célibataires augmentent avec, il y a un manque certain d’endroits ou faire connaissance de façon calme et sereine, ensuite le rythme de la vie effréné, et le web y sont pour quelque chose, le net après la TV devenu le placebo universel, donc la bonne attitude est de se dé-scotcher de ses écrans, de vivre ses passions avec des groupes sympas, faire parti d’associations, de sortir dans des endroits conviviaux mais pas bruyants ou la communication peut s’établir réellement mais comme je ne suis pas là pour vous écrire un article, je finirais juste par ces mots  » l’amour durable est la plus belle des choses qui puisse arriver dans notre vie à tous et c’est la seule et unique force qui puisse modifier notre monde actuel pour le sauver , car le bonheur appelle le bonheur et donne l’envie de construire, d’avancer ». Il ne faut pas perdre la volonté d’être heureux, et ne pas tomber dans les petits faux bonheurs qu’on tente à tout bout de champ de nous vendre, le bonheur c’est quelque chose de simple, l’amour aussi, comme des fleurs ou un chant d’oiseau. J’ai beaucoup d’amis seuls, qui cherchent leur âme sœur, ils n’ont pas peur du tout de s’engager mais ne savent pas OU faire une rencontre, car les boites, le net, les bars, tout ça ne leur correspond pas du tout , les marchés de célibataires en campagne ont surement un bel avenir !!!

  4. La perfection dans l’amour n’a jamais existé et n’existera jamais , le problèmes des couples d’aujourd’hui ne veulent pas dire qu’il n’y en avait pas autrefois , a chaque époques ses problèmes , autrefois on ne se quittait pas parce que ça ne se faisait pas , était ce mieux ? On peux répondre sans trop se risquer : NON

  5. dans l ‘ utopie , d ‘ un coté il faudrait que la masse musculaire des mâles soit limitée au bon fonctionnement de leur cervelle ! ( oups plus beaucoup d ‘ apollon du coup heinnnn .. ) de l ‘ autre bosser pour vivre non pas l ‘ inverse
    .on est sensé/es avoir perdu un soit disant 6ème sens ? bien dommage de ne pas profiter de certains de nos instincts qui eux sont bien réels ..
    dans l absolu hommes et femmes ne sont en rien égaux ni complémentaire mais différents , faudrait arrêter les conneries enfin ! une ( chauffeur routière ) au volant est bien aussi , voir plus ! à même d ‘ amener à bon port sa cargaison mais mais mais , quand est il au moment de tirer une palette de 150 kg ? je n’ suis pas un misogyne bien au contraire , fervent actif pour l’ égalité des salaires femme / homme à travail équivalent ..j ‘ irai même plus loin dans certains domaines ! hein les MÂLES ( la je vais toucher un point sensible du macho harfff ) plus on avance plus le volant est attribué à la gente féminine bizarre non ? et de plus en plus pour les postes à responsabilités .. ben oui pardi ! manque de sérieux , misogynie , machisme j ‘ en passe et des meilleures quand j’ entend les déballages  » mythomaniac » de ( prouesses ) plumardesque .. certaines ne sont peut être pas à remettre en doute j ‘ en convient mais B****L il est ou le respect de l’ intimité de madame ?
    quant à vous mesdames ( enfin certaines !) méditer donc un peu sur l’ après parenthèse de la deuxième ligne de ce petit commentaire !
    amicalement
    F .

  6. Tant que les filles et garçons de la génération divorce penseront à satisfaire leur plaisir au détriment de l’amour que leur porte leur partenaire, il en sera ainsi.
    Pour aimer, il faut du courage, de la passion, de l’humilité, du don de soi, du respect, de l’empathie, de l’engagement ce que peu sont capable de faire aujourd’hui !

    1. vous avez raison la generation des divorcés sont ainsi,rien qu’à voir les sites de rencontre,sil’on tombe sur des divorcés,ce sont que des vicieux,ne pensent qu’à une chose:le sex les sentiments en durée ne les interessent pas

  7. Un oubli fondamental a été fait: nous faisons partie d’une génération beaucoup plus indépendante, tant sur le plan financier que sur le plan humain, que les générations précédentes.

    La place de chacun dans le couple a également été profondément modifiée. Un couple ne se construit plus autour d’un idéal familial mais autour de la rencontre de deux individus.

    Et je ne pense pas que ce soit foncièrement une mauvaise chose.

    Vaut-il mieux des couples qui restent ensemble tout en étant malheureux, ou tout au moins qui cherchent à avoir plus, ou des individus qui se séparent mais qui achèvent un épanouissement personnel ?

    Bref, je respecte votre point de vue mais ne partage pas le fond de votre pensée.

  8. La peur. Celle qui nous guide dans nos choix. Quand quelque chose paraît trop gros, ou trop beau, par la peur de l’échec, ou par la peur de la réussite, on abandonne. Le bonheur en est le meilleur exemple. Surtout quand il sagit de relation interpersonnelle, encore plus amoureuse. La peur de revivre un bonheur qu’on croyait ne plus jamais connaître, ou pire, un bonheure supérieur à ce dont on a jamais osé rêver, et ensuite, le perdre. Mais est-ce une vie de vivre dans la peur d’être heureux? Quite à y sacrifier son âme? Si s’y risquer n’en vaux pas peine, est-ce que la vie elle-même en vaux la peine? Certaine personne vivent en se contentant de ce qu’elles ont, malheureuse, sans même se demander si ça pourrait être différent, dans la peur d’avancé, de mordre dans la vie. Ceci n’est pas là la perte de l’espoir? Ou pire! La peur de l’espoir?

  9. Je pense qu’il faut approfondir les choses. Si nous ne sommes pas capable de rester en couple, se poser la question est-on vraiment capable de s’aimer soit même ? Parce que c’est ça la priorité sinon on ne peut pas aimer les autres…
    Je me permet de dire ça car je l’ai réalisé pour moi (enfin!). Qu’être capable de s’aimer soit même c’est s’écouter, se respecter: mettre en veilleuse la critique et jugement intérieur, s’accorder du temp: prendre un bon bain, lire, s’instruire, avoir une passion et s’y tenir, faire ce que l’on a vraiment envie de faire, écouter nos besoins…
    Il n’est pas égoïste de penser à soi et nous devons même en faire une priorité car nous pourrons du coup être plus disponible pour les autres.

    1. Cela fait quelques années alors que je me pose cette question : pourquoi ai-je trouver immédiatement le grand amour ds ma vie (20 ans) alors que c vers les 36 ans que j’ai dû prendre conscience que j aimais plus les autres que moi ??? Je n ai tjs pas la réponse !!!

  10. Franchement je ne sais paos qui a ecrit ça mais je crois qu’on ne vit pas dans le même monde toutes les personnes que je connait pensent tout le contraire. Il faut éviter de faire des généralités car il existe encore des gens et encore plus des jeunes biens dans ce monde.

  11. Pour être heureux et vivre le véritable bonheur en couple il faut beaucoup de courage car il faut apprendre a pardonner ce qui aujourd’hui semble être du domaine de l’impossible on préfère chercher quelqu’un qui utopiquement ne vous fera jamais de mal ce qui est impossible ….

  12. Vous avez raison en parti je pense egalement qu’il faut d’abord etre heureux sois meme , avant d’en donné aux gens autour de toi , mais pour le reste c’est une tres belle reflexion

  13. Très intéressant. Je pense que chacun peut se reconnaître dans les parties qui lui font écho. Dans cette société de consommation tout est fait pour donner l illusion qu’ il y a toujours mieux et la place faite aux émotions et à l empathie est de plus en plus moindre…. C’est à nous de rester vigilants et de choisir une personne consciente des travers de notre société.

  14. Quel texte extrement representatif de notre generation ! Je suis tout a fais daccord ! Tk moi je trouve se texte extrement vrai car jai ete fait avec de bonne valeurs et un coeur !
    Pour ceux qui trouve que ce texte est faux ou il trouve qu’il y as des elements qui ne sont pas vrai ..ba c’est surment pcq vous faite parti des gens qui ne savent pas aimé et que vous voulez seulement profité de votre vie et de votre bonheur a vous cest tous !vous vous fouter des autres !
    CECI EST MON OPINION!

  15. La vie n’est pas un long fleuve tranquille…
    Ramons, ramons tenons bien nos pagaies
    La rivière coule et se noie tout les jours
    À la télévision les nouvelles pas gaies
    Nous regardent vivre, sans amour.
    (Pierre Vassiliu)

  16. Je trouve vraiment excellent cet article et je félicite son auteur! Bravo! C’est la première fois que je lis un article qui explique ci bien le comportement sentimental des gens de nos jours. Mes expériences vécues et ce que je vois quotidiennement me le confirment.
    La société est en train de prendre un chemin très triste!
    Il y a quelques années, le psychiatre espagnol Enrique Rojas a écrit un livre qui s’appelle « L’homme light » (El hombre light), best seller qui décrit le comportement de l’homme dans nos jours. Si vous avez la possibilité de le trouver en français, je pense que vous n’irez pas regretter de le lire!

  17. texte vraiment ancré dans la réalité actuelle du couple , effectivement avant ce n’étais pas forcément mieux quand on ne pouvait plus se séparé mais au lieu de prendre le bon coté de la chose et bien la plupart des êtres humains abusent de cette nouvelle liberté et ne font plus du tout d’effort :

    1-C’est tellement facile de faire des rencontres (sois-disant) que beaucoup se perdent (collectionnent les prétendant(es) pendant qu’ils sont en couples hein mesdames!! ) et par conséquent ne s’investisse pas de la manière adéquate
    Donc
    2-On croit à tords que ça sera toujours mieux ailleurs et même quand tout se passe bien fais place à l’hypocrisie (routine, banalité) heu on es tous égaux on dors mange chie pète ect donc en gros la plupart sont déconnecté des fondements de la (vraie) vie c’est à dire qu’il faut avoir de la patience être combatif faire son possible pour atteindre un objectif en gros on est pas dans un monde de bisounours rien n’est offert sur un plateau d’argent tout n’est pas toujours tout beau tout rose…

    De ma propre expérience je suis tombé sur nombres de personnes cité dans l’article,

    des personnes qui vous fuient à la première difficulté alors que par contre vous vous étiez là pour les soutenir , en gros beaucoup ne veulent que ça n’aille que dans un seul sens le leurs (désolé la perfection n’existe pas ici bas)

    la société a exploité développé exploité l’ego , l’égoïsme , le narcissisme le contentement de soi de l’individu landa résultat vous tomber sur des personnes qui ne pense qu’a leurs intérêts et les personnes qui sortent qu’ils faut d’abord s’aimer soi – même aller vivre dans une grotte (avec tout le confort) sans voir ni parler à personne (ne serais ce que deux semaines) et revenez me parlez de votre amour pour vous même

  18. Pas d’accord avec ce texte qui généralise. Je connais plein de monde et des jeunes qui ont envie de rencontrer la bonne personne et de fonder une famille. Et quand on dit que les couples actuels ne durent pas je dirais qu’avant ils duraient parce que c’était pas dans les mœurs de divorcer ou de se séparer, on se résignait a rester ensemble car on n’avait pas le choix, si on avait eu le choix dans ces temps là croyez bien qu’il y aurait eu autant de séparations que maintenant…. donc au fond RIEN N’A CHANGÉ !!!

  19. Je ne suis pas tout à fait d accord avec cet article, il est minimaliste et peu profond. En surface, cet article a raison mais pas ds la profondeur. Mon avis est que ns sommes entrain de changer d ère, ns passons de l ère du poisson à l ère du verseau (pr ceux qui savent) ou l inverse, je ne sais plus, c à d , du paraître à « être » et donc, auj., tout le monde est pousser à être de plus en plus authentique, être lui-mm, plus personne ne peut se permettre de ne pas se respecter, de se mentir, de ne pas s’aimer soi-mm, de plus, les nouvelles énergies nous y poussent et elles sont de plus en plus rapides tout comme les divorces et les ruptures.

  20. Bonjour.
    Cet article revele un constat bien realiste.
    Ceux qui prétendent devoir s aimer d abord reflètent l égocentrisme et l égoïsme dans lequel la société nous pousse.
    Ceux qui prétendent connaître des gens bien vivent en campagne loin des villes ou alors n ont pas creusés la vraie pensée de ces gens.

    L amour consumériste est bien la bien réelle.
    Les études sont en cours ou existent déjà.
    Au Canada : 68% des mariages finissent en divorcé et sur ces divorces 80% sont dues aux femmes. Elles s ennuient disent elle….

    La liberté l épanouissement et l égalité sont de bonnes choses mais en face on a oublié de rappeler les devoirs tel que la fidélité tant décrié chez les hommes et dont on oublie qu il faut être 2 pour tromper. La famille, l amour vraie… tout ça plus personne n en a rien à foutre.

    Qui n a pas dit une fois : si t es pas content vas voir ailleurs?

    Non cesser d être égoïste. S aimer soi passe par l amour d autrui. Sinon ne s aimer que soi est déjà néfaste et ca s apelle le narcicisme. Plus on s aime soi moins on aime les autres et plus les relations sont vouées a l échec. Plus on aimera les autres et plus les conflits s apaiseront.

    2 phrases a retenir : aimez vous les uns les autres ! Et aide toi et le ciel t aidera.

    Autrement dis n attend rien des autres mais aident les tjrs. Si tous le monde appliquer cela. On observe que l on serait tjrs aider sans rien avoir à dire ou a attendre….

    Du bon sens … de la clarté et du savoir vivre….

  21. J’aime ce texte: il a le mérite de nous faire réfléchir sur notre capacité à aimer et ce qui l’empêche de s’exprimer. Également sur notre propre définition de l’amour et de la relation de couple. Mais surtout, il me fait réfléchir à notre capacité à résister à la pression sociétale d’aujourd’hui qui nous pousse vers l’égoïsme et le consumérisme. Quel est l’idéal que l’on voudrait nous voir poursuivre ? Est-ce le nôtre ? Comme pour toute chose, vivre une relation amoureuse épanouissante nécessite certaines dispositions d’esprit, alliées à la volonté certaine de réussir la relation. Pour les dispositions d’esprit, je vois : la maturité émotionnelle, la confiance, la générosité, la patience, la capacité à aimer l’autre tel qu’il est, et surtout pour lui, et non pour nous. Relisons l’Alchimiste de P Coelho. Et il faut apprendre à communiquer: au-delà des actes et des mots échangés, cherchons à connaître les intentions de notre partenaire. Communiquer ne va pas de soi, et les maladresses en la matière sont nombreuses et assassines si on s’y arrête. Il est nécessaire, parfois, de faire l’effort de se mettre à la place de l’autre pour comprendre son attitude. Rappelons-nous aussi que vivre représente toujours une prise de risque, ça fait partie de l’aventure. le désir de sécurité est un frein. D’autre part, nous pensons tous mériter le droit à l’erreur, alors accordons-le aux autres .Enfin, toute relation, pour être durable, se doit à mon avis de s’appuyer ( pas seulement mais beaucoup quand même) sur un projet commun, quel qu’il soit . Plus ce projet sera enthousiasmant pour les 2 parties, plus le couple aura de chances de durer. Dernière question: que préférons-nous ? Une relation durable absolument, ou une relation épanouissante ? Chacun détient la réponse pour lui-même, reste à être d’accord à 2.

  22. La société, le monde moderne engendre l’idéal du pouvoir en nous faisant croire que tout nous appartient, en tout cas en apparence. Ainsi nous nous marions, pour pouvoir signifier : Mon mari, ma femme, mes enfants et matériellement : ma maison ma voiture, mon ordi, mes vacances; mon travail, etc…Mais la réalité est autre, puisque déjà, notre propre vie ne nous appartient que provisoirement, donc la peur de la perdre, comme de perdre son mari, sa femme, ses enfants, sa maison, etc.., nous met dans la crainte, la peur de nous engager,d’accepter d’aimer avec sincérité. C’est ce que nous pensons faire quand nous rencontrons l’âme soeur, jusqu’au jour où celle ci risque de nous quitter ou que nous la quittions. Vivre l’instant présent, dans l’éternité, n’est guère facile, et c’est pourtant là, le secret !

  23. « Nous » a besoin de souffler. Respirer. Rencontrer. Echouer. Aimer.
    Aimer comme zapper. C’est facile. c’est ce que tu sembles déterminer dans ton message. Chaque histoire est intime, j’aime un soir et qu’est ce que ça fait si je réalise en aimant plus tard. « Nous » aimons et avons besoin d’être aimé. Cela reste. Qui a dit que l’amour était question d’économie? L’amour s’enfile par histoires, et l’envie de vivre chaque jour une vie différente s’invente dans des histoires d’amours différentes. Et que sais tu de celui que tu laisses un soir, pour un matin planter un règne dans ton jardin.

  24. oui ce texte avec lequel je suis d’accord.. parle de s’engager dans ses relations et de patiemment cultiver avec les qualutés que vous énumérez… c’est horrible pour moi cette époque de conso qui n’a pas de sens…. oui pour moi les relations amoureuses sont sacrées.. on doit prendre la peine d’en prendre soin.. car « quand tout va bien » « qu’on peut être heureux » beaucoup de personnes fuient en se mentant à elle même, dans une fuite en avant, qui fait beaucoup de dégâts pour celui qui aime, donne, sait et a conscience du sacré dans les relations… non, rien de banal… oui excitation du moment, c’est triste.. c’est triste car le cœur est maltraité et ne se déploye pas… c’est d’une tristesse sans nom..

  25. Celui ou celle qui largue les amarres, après tant d’années, d’amour de belles paroles, de promesses, mais aussi de non-dits, laisse derrière lui/elle un champ de désolation, un séïsme, l’apocalypse dans la tête de celui/celle qu’il/elle a quitté(e). Sans se retourner, on passe à autre chose, encore et encore, comme si nos vies était un jeu, un coup de chatroulette, un hasard, un défi peut-être. D’un côté, plongé dans un trou béant, un désarroi total, une incompréhension et de l’autre côté on fume l’herbe encore bien fraîche et verte, jusqu’à quand? Persuadé d’avoir fait le bon choix.
    Alors on compose et on se décompose jusqu’à épuisement.
    Ceux-là ne savent pas aimer, ils ne s’aime pas déjà, alors pourquoi rester?
    J’ai mis deux ans à me remettre de 9 années d’amour dans l’abnégation malgré les problèmes, qu’on aurait largement pu surpasser. Mais les caprices de l’homme qui veut changer de jouet parce que les piles sont épuisées, au lieu de changer les piles, ont eu raison de notre couple, dans lequel je pensais construire un pont commun vers notre mort.

    Le pardon est la seule guérison, et l’amour de soi, le meilleur chemin.

    Si je devais recommencer, je chercherais d’abord au fond de moi, qui dois-je aimer? Moi et seulement moi.
    Aussi, que ma parole soit impeccable, je n’en ferai pas une affaire personnelle, je ne ferai aucune supposition, et je ferai de mon mieux pour changer l’enfer en paradis.

    Telle est la devise des 4 accords Toltèques que j’applique tous les jours. Seule ou accompagnée, ma vision de la vie à deux a changé, évolué et pas prête de me laisser à nouveau berner.

    Quand on veut quelque chose, tout l’Univers conspire à nous l’apporter.

    C’est la loi de l’attraction.

    à bon entendeur.

  26. Commençons déjà par nous aimer nous même et ne pas vouloir prendre l autre pour sa béquille et vouloir combler ses propres manques. C’est déjà un très bon début dans une relation. Quand à l Amour avec un grand A c’est un animal sauvage furtif il n’y à pas de garantie de perinite ni à long terme ni à court terme… à moins d’être un grand Artiste de la vie.

  27. Je prends ce texte pour un constat assez réel de notre société d’aujourd’hui. L’indépendance matérielle de chacun dans le couple et la culture de l’égo inculqué par notre éducation a balayé toutes les valeurs y compris la notion du temps. Seul le temps peut fonder de véritables relations éventuellement de fomenter un projet pour un couple. Aujourd’hui nous voulons tout et tout de suite.
    Hors l’amour ne se fabrique pas dans une usine et ne se vend pas sur une étal effectivement on peut y trouver des relations intimes mais appeler ça l’amour? je ne le crois pas.
    Nous sommes des consommateurs impénitents de tout sans exceptions il n’est qu’a voir le nombre d’amis de 80% des utilisateurs de FB qui dépassent le millier j’ai du mal a croire a ces relations amicales veuillent dire quelque chose. he bien je trouve que notre société ressemble helas à cela

  28. Se respecter soi même dans toutes circonstances. Il n’y a pas de mal a quitter une relation qui nous tire vers le bas depuis trop longtemps. Avant les grands parents restaient car c’etait ainsi…même si C’était l’enfer à la maison
    Mes parents sont restés ensemble jusqu’à mes 20 ans. C’etait l’enfer… croyez moi que je le ressent encore maintenant. En résumé… en couple ou pas c’est pas bien grave. Le respect pour soi et pour l’autre voilà ce qui est primordial. Il faut arrêter de se placer en victime. En tout cas ça va bien un moment. Sans respect mutuel aucune relation possible ! Et basta avec ce texte hyper culpabilisant…

  29. Complètement d’accord avec ce texte… Pas étonnant qu’il fasse peur à certaines personnes. A un moment il faut savoir faire des choix et considérer la personne que l’on rencontre comme un sujet et non un objet au service de son ego… Enfin trop facile pour certain commentateur de dire qu’il existe plusieurs forme d’amour etc etc… C’est une pensée casuiste dont le seul but est de dépouiller ce noble idéal de sa définition première… Il faut savoir appeler un chat un chat… L’Amour n’est en tout cas pas prétexte à consommer et à jeter dans le seul but s’assouvir ses plaisir personnels.

  30. Il faut avoir un parachute si on veut s’autoriser à aimer.
    L’amour passionnel détruit tout sur son passage.
    Le combat contre ses propres démons avant tout.
    Oui, s’aimer pour aimer.

  31. Texte très juste. Société de consommation qui a fait de l’amour un produit de consommation. Les couples se forment et se jettent car l’ego domine tout. Beaucoup confondent amour et désir. La preuve : tout se casse la gueule au bout de 2-3 ans, dès que le corps de l’autre a été exploré dans ses moindres recoins. Les gens se mettent en couple par peur de la solitude. Et pourtant, on naît seuls et on meurt seuls. Mieux faut seul que mal accompagné. C’est cliché ? Oui, mais vrai. Alors oui cette société est moins formelle et moins dupe que celle de nos parents. Après tout chacun fait ce qu’il veut. Y gagne-t-on au change ? Non. Nous restons profondément insatisfaits et déçus de tout alors que nous avons tout. Simple constat.

  32. On a le « nous » facile !
    Faudrait étendre un peu le champ de vision pour écrire en notre nom.

    C’est la première et dernière fois que je lis un truc sur ce site.

    Nous vous disons Adieu !

    1. Restez Tante Gertrude, il faut absolument la controverse à ce type de propos, et certains se sentiront moins seuls, il ne faut jamais renoncer . Bienvenue!

  33. Belle analyse. Merci d’avoir si bien développé le sujet. Je le transmet à deux amies pour qu’elles puissent. Comme moi. Méditer un peu . MERCI.

  34. bonjour toute les relations humaine presque les mêmes mais les relations avec amour d aujourd’hui n est pas normal.

  35. Je n aurai pas été capable d écrire meilleur article sur le sujet ! Tout à fait d accord je suis en couple depuis trente ans mariée depuis vingt-quatres ans ..

  36. L’amour est comme notre société, un bien de consommation, ou c’est la passion qui domine. Le respect, la patience, la bienveillance, c’est l’âme de l’amour et cela se travaille constamment, c’est ce que je comprends petit à petit par la vie.

  37. De la lune de miel à l’évolution, grandir grâce à la déception

    un petit texte de ma plume à partager.

    Dans toute relation (et c’est valable en amour comme en amitié), les débuts connaissent souvent une forme de lune de miel. Chacun ressent une sorte d’espoir et projette beaucoup d’amour idéalisé, inconditionnel sur l’ autre.
    Se « rejoue » , en grande partie de façon inconsciente, des « scènes » de notre enfance, c’est l’espoir que ce nouvel autre fraîchement rencontré va enfin être celui ou celle qui va venir combler le manque, le besoin insatisfait depuis l’enfance par les parents, les proches et plus tard par les amis, compagnes et compagnons.
    La part de mystère et d’inconnu permet de créer l’illusion du prince et de la princesse charmante: ah, cette fois ci c’est le bon, l’âme soeur, la flamme jumelle!
    Et nous nous enflammons véritablement.

    Or, quel qu’ait été notre enfance, que nous ayons eu des parents géniaux ou pas, le petit enfant va inévitablement connaître le manque. C’est un peu comme s’il venait d’un monde d’abondance en tout
    Pour venir s’incarner dans un corps physique étroit avec la mission de grandir, de s’améliorer car les conditions terrestres sont idéales pour cela. En s’incarnant, le voile de l’oubli se pose , ce qui est aussi une bonne chose car une mémoire excessive risque de devenir paralysante.
    Pourquoi les manques? Pour que justement nous puissions ressentir ce qui nécessitent des soins, une attention, une prise en mains de notre part.

    Et temps que nous sommes sur la terre, c’est que nous avons encore la possibilité d’évoluer.
    Être parent sera donc inévitablement de « frustrer » l’enfant qui vient avec son programme d’apprentissage dont il devra devenir responsable une fois devenu adulte.

    A un moment ou l’autre, dans toute relation, une déception va se vivre, l’autre ne correspond pas à nos attentes, les manques ne sont pas comblé par le partenaire.
    Dans la relation amoureuse, le choc peut se vivre de manière aiguë , en amitié aussi d’ailleurs, et la façon d’y réagir va aussi dépendre des outils de développement que chacun aura déjà pu expérimenter au cours des expériences relationnelles précédentes. ….
    Plus l’émotion est vive plus il y a de chance que soit en train de se revivre les manques de l’enfance.
    Nos zones d’ombre viennent ainsi frapper à la porte de notre pleine conscience pour être accueillie, regardée autrement, connues et reconnues, éclairées et transformées par l’adulte sorti de l’enfance.

    Les illusions du prince ou de la princesse charmant(e) peuvent faire place à la réalité.
    Et c’est une bonne chose.

    Pourquoi?

    Parce ce que le sens de notre vie sur terre est de nous permettre d’évoluer.

    Si nous sommes sur terre, si nous souffrons encore, c’est que nous avons des zones d’ombre à éclairer, à conscientiser, à transformer. …

    Nous avons peut être déjà réaliser 90 pourcent de bonheur, ou plus ou moins, mais il reste des « défauts » à reconnaître, à accueillir, …des zones d’ombre à éclairer.

    Dans la relation, l’autre est un miroir et si une souffrance s’éveille, c’est parce qu’elle était déjà là , a l’intérieur, en attente de soins.

    La seule personne qui peut prendre soin de ses souffrances à l’âge adulte, c’est l’adulte lui même.
    Bien sûr, je peux attendre de l’aide de l’extérieur. …de mon partenaire, de mes amis, de mon thérapeute etc….mais au final, la seule personnes qui pourra intégrer l’aide, et prendre en mains son bien être, c’est la personne elle même.
    Apprendre à sortir de l’exigence vis à vis de l’autre, entrer dans un mode de préférence et me responsabiliser sont alors des voies qui vont dans le sens de ma vie sur terre.

    Des qu’ il y a émotions intenses, c’est qu’ il y a résonance, quelque chose à reconnaître, à responsabiliser, à éclairer …..une opportunité de grandir , de se connecter avec le meilleur en soi pour qu’ il éclaire cette ombre, cette souffrance.

    C’est la seule façon de comprendre et de gérer et de s’en sortir .
    Ou alors cela peut tourner en rond même sur plusieurs vies.

    Nous avons du mal à reconnaître nos zones d’ombre, par peur, culpabilités, auto jugement, perfectionnisme, entêtement etc….

    Je pense que « Moi, j’aime. Je suis toujours dans l’amour. C’est l’autre qui ne m’aime pas ou plus »

    Ainsi , je me sens en « droit » dans la relation , de mettre la pression sur l’autre pour obtenir absolument ce que je veux.

    Cependant , des que je suis dans l’exigence , je ne suis plus dans l’amour qui laisse l’autre libre, je suis plutôt dans une forme de « manipulation » affective. L’autre ,aussi gentil et ou amoureux soit il, va finir par être mal à l’aise avec ce « forcing » conscient, semi conscient ou inconscient .

    Cela ne veut pas dire que l’autre n’a pas d’amour , de sentiments authentiques, ou jamais d’envie, que tout est toujours subi. C’est plus nuancé , plus partage car la pression répétée mélangée à l’amour et le fait de ne pas dire non, de ne pas bien mettre ses limites….tout cela risque de finir par procurer une impression de non respect , de se laisser violer presque , finit par donner du dégoût qui se mélange à l’envie authentique etc etc

    La peur d’être abandonné, l’impatience, le besoin finit par l’emporter sur l’amour. Le besoin continuel de réassurance …. (tu m’aimes, tu m’aimes?) risque aussi de créer un climat de plus en plus insecure qui prend à la gorge , qui envahit l’autre plutôt qu’ un climat d’amour.

    Alors si je me victimise plutôt que de me responsabiliser cela donne : « mais moi j’aime , la seule explication c’est que l’autre ne m’aimait pas??!! »

    Finalement , je passe à côté d’une formidable occasion de grandir qui m’est offerte sur un plateau d’argent . Il s’agit plus de profiter de cette occasion de mieux me connaitre , de devenir encore plus conscient, lumineux, plus proche de la meilleure version de moi même.
    Ce sont des occasions en or pour cela sI je me donne les moyens pour travailler intérieurement avec les déceptions .
    Chacun va aussi avoir besoin de « travailler » intérieurement à son rythme,
    Être interpellé c’est bien, mais trop is te veel.
    Chacun a le droit de partir, rester, repartir, revenir, d’aller la ou il se sent libre….

    Et si chacun a la chance de pouvoir s’engager sur un chemin d’évolution ou l’autre a aussi cette chance de pouvoir le faire, le couple , toute relation, peut devenir un formidable laboratoire alchimique
    de transformation intérieure, de soutien , d’entraide pour la meilleure évolution de chacun.

    Nous avons ce confort de vivre dans une société où nous avons la majorité de nos besoins combles. Nous ne devons pas nous battre pour avoir un toit, nous mangeons tous les jours, nous avons une législation sociale qui offre des soins de sante etc……nous pouvons donc avoir plus le temps de nous occuper de notre vie intérieure, nous disposons de ce luxe d’une certaine façon ….nous avons cette responsabilité. ….

    La Pleine Conscience nous aide et nous donne des moyens d’avancer sur le chemin.

    Josiane Geuns

    Pour arts en soi asbl
    0497193421
    Nouveaux cycles de mindfulness des septembre
    Inscription et rens
    Soleilamethyste@hotmail.com

  38. Parce qu’aujourd’hui on est libre de ses choix (peut-être un peu trop même ?), on ne s’oblige plus à rester avec quelqu’un à cause de la pression sociale et/ou familiale. On ne s’oblige plus autant à rester avec quelqu’un pour un certain confort, des raisons économiques ou la peur de la solitude (même s’il y en a encore aujourd’hui). On ne s’inflige plus de rester avec quelqu’un qui ne nous correspond pas (même si l’on a tout essayé, parce qu’il y en a encore qui ne jette pas l’éponge de suite). Combien de femmes ou hommes auraient voulu partir mais n’en ont pas eu le courage…demandez un peu à votre entourage. Demandez autour de vous combien ont subi (mensonges, trahisons, violences etc) mais sont restés malgré tout et pourquoi surtout ils sont restés. Avant on ne s’exprimait pas aussi librement, on avait honte aussi de raconter ce qu’il se passait dans un foyer.
    Heureusement encore aujourd’hui il y a des gens qui s’aiment et se respectent et sont honnêtes l’un envers l’autre.

  39. Rédigé de manière directe, sans trop de compromis, cette vision m’apparaît pourtant comme étant assez proche de la réalité d’un grand nombre. J’ai lu dans les commentaires que certain(e)s ne trouvent pas la juste place de « l’amour » dans ce texte, il en existe encore des puristes d’amour, mais je crois effectivement que l’amour est individuel et que l’individu perd sa place dans notre société.
    Merci d’avoir apporté ce regard franc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *