stress

On croit toujours que le stress est provoqué par notre mode de vie, mais pas seulement. En réalité, il s’agit d’une réaction de notre organisme, et elle est tout à fait normale. En revanche, il devient mauvais pour la santé quand nous le ressentons trop fréquemment ou intensément.

Il est normal de ressentir du stress quand nous nous retrouvons face à une situation stressante. Il peut s’agir d’un problème à résoudre, de l’environnement ou de problèmes de santé par exemple. Ces situations agissent en tant que « facteurs externes ». Dans ce cas, notre organisme a une réaction d’adaptation globale. Cette réaction est à la fois physique, émotionnelle, cognitive et comportementale. Ainsi, elle déclenche tout le fonctionnement de l’individu pour qu’il puisse survivre, soit en combattant, soit en fuyant.

Il n’y a pas de quoi s’inquiéter si ces situations stressantes restent modérées en intensité et en fréquence, et que la personne réussit à avoir une bonne réaction et des pauses pour récupérer. Mais laisser le stress pendre le contrôle sur notre vie est mauvais pour notre santé psychique. En effet, cela provoque notamment de l’agressivité, la dépression voire une dépendance à certaines substances. Nous avons également davantage de problèmes relationnels et cela affecte notre efficacité au travail. D’autre part, nous voyons apparaître des troubles fonctionnels comme des problèmes cardiovasculaires ou des ulcères à l’estomac.

Preuves soutenues par la science

Nous avons toujours déterminé de façon intuitive qu’il y avait un lien entre un comportement optimiste et la santé. D’autre part, on a établi un lien entre les facteurs extérieurs traumatisants ou stressants et un comportement pessimiste ou la survenue de certaines maladies.

Pendant longtemps, la recherche médicale n’a pas su ce qui était responsable de cela. Mais à présent, la psycho-neuro-immunologie donne des explications sur les interactions entre les systèmes im­munitaires et neuroendocriniens et le psychisme. Ainsi, cela nous permet d’avoir une meilleure compréhension sur les effets nuisibles du stress sur notre organisme.

Lien connexe : Une étude suggère que chanter tous les jours réduit le stress, dégage les sinus et vous aide à vivre plus longtemps

Selon la littérature médicale, les mécanismes physiologiques responsables du stress chronique augmenteraient le risque de diverses maladies. Ils semblent aussi avoir leur part de responsabilité dans l’évolution de certaines pathologies comme les cancers et les maladies auto-immunes.

Par exemple, il existe un lien entre le stress psychosocial et les pathologies cardiovasculaires. Comment le stress parvient-il à boucher nos artères alors qu’on a tendance à penser que cela est dû à un excès de cholestérol ?

D’après certains chercheurs, le stress psychosocial augmente la production d’inflammation par l’activation du système immunitaire. Ainsi, lorsque nos cellules immunitaires se retrouvent face à une situation stressante, elles produisent des molécules aux propriétés inflammatoires. Il s’agit des cytokines pro-inflammatoires  qui sont nuisibles pour nos artères.

Quelques statistiques

Une étude menée dans 52 pays sur 24 767 individus, a révélé que les individus ayant subi plusieurs périodes de stress au travail lors de l’année précédente avaient augmenté leur risque d’infarctus du myocarde 38% par rapport à ceux qui n’ont vécu aucune situation stressante pendant l’année précédente. D’autre part, ce risque est passé à 114% lorsqu’ils ont vécu un stress constant.

De plus, ceux qui ont vécu des périodes stressantes chez eux pendant les douze derniers mois ont eu un risque d’infarctus du myocarde supérieur de 52%. Et si le stress avait été constant, ce risque augmentait de 112%. Pour les personnes ayant vécu plusieurs périodes de stress à la fois au travail et à la maison pendant l’année précédente, le risque d’infarctus du myocarde avait augmenté de 45%. Par ailleurs, ce risque passait à 117% lorsque ce stress avait été constant .

Lire aussi: 4 signes à surveiller qui peuvent signaler des artères bouchées et comment réduire les risques

D’autre part, une équipe danoise a examiné l’incidence du stress sur le risque de faire un AVC, troisième cause de décès en Occident. Ils ont suivi 5604 hommes et 6970 femmes et ont évalué le risque en termes de fréquence du stress (quotidienne, hebdomadaire, mensuelle ou absente) et d’intensité (faible, moyenne, élevée ou absente). Après treize années de suivi, le risque d’AVC avait augmenté de 49% en cas de stress hebdomadaire et de 89% en cas de stress constant.

Quels sont les symptômes physiques du stress ?

Voici quelques signes physiques indiquant que votre niveau de stress est trop élevé :

Douleur ou tension dans la tête, la poitrine, l’estomac ou les muscles. Vos muscles ont tendance à se contracter quand vous êtes stressé et, avec le temps, cela peut provoquer des maux de tête, des migraines ou des problèmes musculo-squelettiques.

Problèmes digestifs. Ils peuvent comprendre la diarrhée et la constipation, ainsi que des nausées et des vomissements. Le stress peut affecter la rapidité avec laquelle les aliments se déplacent dans votre système et l’absorption des aliments dans vos intestins .

Problèmes de reproduction. Il peut y avoir des problèmes de libido, des règles irrégulières ou douloureuses chez la femme, ou une impuissance et des problèmes de production de sperme chez les hommes.

Changement de fréquence cardiaque. Quand vous stressez, votre corps passe en mode «combat ou fuite», ce qui déclenche la libération de cortisol et d’adrénaline par les glandes surrénales. Ceux-ci peuvent faire battre votre cœur plus rapidement.

Cela se produit généralement quand il y a un facteur de stress momentané et que les effets disparaissent une fois que c’est fini. Néanmoins, avec le temps, cela peut entraîner une inflammation des artères.

Quels sont les symptômes mentaux et émotionnels ?

Un stress excessif peut aussi affecter votre appétit ainsi que votre motivation à faire de l’exercice. De plus, les sentiments que vous ressentez quand vous stressez peuvent vous donner envie de vous isoler.

Voici quelques signes psychologiques et émotionnels du stress :

  • Dépression ou anxiété
  • Colère, irritabilité ou agitation
  • Se sentir submergé, démotivé ou déconcentré
  • Difficultés à dormir ou trop dormir
  • Pensées qui défilent ou inquiétude constante
  • Problèmes de mémoire ou de concentration
  • Prendre de mauvaises décisions

Comment peut-on limiter le stress ?

Voici 5 conseils pour limiter le stress :

1. Manger sainement

Cela peut réduire les risques de maladies liées au régime alimentaire. De plus en plus de preuves indiquent que la nourriture affecte notre humeur et qu’une alimentation saine peut améliorer cette situation. Veillez à consommer suffisamment de vitamines et de minéraux essentiels, et à boire beaucoup d’eau.

2. Faire de l’exercice

Essayez d’intégrer l’exercice physique à votre style de vie, car il peut être très efficace pour réduire le stress. Même un exercice physique léger, comme faire une promenade dans le quartier peut aider.

3. Prendre le temps de se détendre

Trouvez un équilibre entre la responsabilité envers les autres et la responsabilité envers vous-même, cela peut réellement diminuer le stress. Il est important que vous appreniez à prendre soin de vous-même et de faire une pause, cela améliorera votre santé mentale.

4. Être conscient

La pleine conscience est une approche corps-esprit de la vie qui nous aide à établir des relations différentes avec les expériences. Cela implique de prêter attention à nos pensées et à nos sentiments de façon à augmenter notre capacité à gérer des situations difficiles et à faire des choix judicieux. Essayez de pratiquer la pleine conscience régulièrement. De plus, la méditation de pleine conscience peut être pratiquée n’importe où, n’importe quand.

Voir également: Une étude d’Harvard dévoile les bienfaits de la méditation sur notre cerveau

5. Ne pas être trop dur envers soi-même

Essayez de garder les choses en perspective. N’oubliez pas que passer une mauvaise journée est une expérience humaine universelle. Si vous trébuchez ou sentez que vous avez échoué, ne vous inquiétez pas. Agissez comme si vous étiez votre meilleur ami: soyez gentil et aimant. Prenez quelques minutes tous les jours pour vous apprécier.