Savez-vous qu’il est épuisant d’écouter les gens qui se plaignent ?

les gens qui se plaignentLe 16 Juin 2018. Image crédit : Pixabay

Savez-vous qu’il est épuisant d’écouter les gens qui se plaignent ?

Être entouré de personnes qui se plaignent tout le temps épuise, et peut dégrader le moral et nous nuire même lorsque le problème n’a rien à voir avec nous.

La vie actuelle est exigeante, et ce dans chaque domaine, c’est pour cela que presque tout le monde finit par se plaindre face à ce que nous devons affronter.

Même s’il s’agit d’une réaction humaine et naturelle qui nous permet de nous libérer de la tension dans des situations plus ou moins compliquées ou douloureuses, c’est aussi un sentiment qui nous soutire de l’énergie.

S’il n’est pas mauvais d’avoir de l’empathie et de la compassion quand les personnes proches de nous traversent une mauvaise situation, écouter celles et ceux qui se plaignent de tout est plus nocif que ce que l’on peut penser.

Le plus inquiétant, c’est que leur attitude devient si toxique et manipulatrice qu’elle nous fait penser que nous sommes insensibles ou égoïstes car nous n’avons pas envie d’être là où nous sommes.

C’est pour ça qu’il est primordial de savoir les identifier, de comprendre et connaître les effets de leur négativité dans notre vie et comment réagir pour y faire face.

Le profil des personnes qui se plaignent

Ces personnes vivent en refusant la vie qu’elles ont, elles veulent toujours se positionner ou être les victimes, elles se plaignent constamment pour rien et surtout, elles ne font jamais rien pour modifier ce qui les tourmente tant.

Même si au début, cela nous peut nous paraitre tout à fait normal, avec le temps qui passe, nous nous rendons compte que la plainte est avant tout une routine puisqu’elle fait partie du genre de vie des personnes en question.

Elle devient un acte délibéré ou inconscient de manipulation, avec lequel la personne qui se plaint essaie de provoquer de la culpabilité, de la solidarité ou de la compassion, presque tout le temps pour ne pas avoir à assumer ses propres responsabilités.

Puis soudainement, nous sentons que nous sommes obligés de lui venir en aide pour résoudre ses problèmes ou du moins, être le soutien de tous les instants.

Découvrez aussi : Les conséquences des pensées négatives sur la santé

Les conséquences de ceux qui se plaignent sur le moral des autres et de leur entourage

Les comportements des personnes qui se plaignent de tout sont si négatives que soudainement, on commence à se sentir plus épuisé que la normale.

Même si l’on a la capacité d’aider ou de conseiller ce genre de personnes, être exposé à leur façon d’être nous enlève une grande partie de notre énergie.

Et même si ce n’est pas facile de le remarquer, notre esprit souffre de changements à cause des émotions qui sont entraînées par la condition de l’autre.

Des sentiments tels que la culpabilité, la frustration, et la tristesse modifient des processus qui libèrent des hormones dans notre système cognitif et augmentent le risque d’avoir :

  • Des déséquilibres émotionnels
  • Des difficultés à résoudre des problèmes propres
  • La diminution de la concentration
  • Des pensées négatives

Que peut-on faire pour faire face au comportement d’une personne plaintive ?

Dans la vie, tout ne se passe pas comme nous le voudrions, et souvent, nous devons affronter des défis que nous ne voulons pas et que nous n’attendons pas.

Cependant cela ne sert à rien de vous cloîtrer dans la frustration et l’amertume, puisque ce sont des comportements qui nous empêchent d’avancer.

L’énergie dont nous nous servons pour nous plaindre est celle dont nous avons besoin pour dépasser ces situations qui semblent être des barrières.

C’est pour cela qu’en plus d’éviter de faire partie de l’entourage de ce genre de personnes, il est important de comprendre que personne n’est obligé d’écouter ou de donner des conseils à ceux qui se plaignent.

Nous ne pouvons pas vouloir résoudre les problèmes de la vie des autres personnes quand nous avons besoin d’énergie pour résoudre les nôtres.

Alors, voici comment vous pouvez y parvenir :

1. Prenez vos distances

Dans la mesure du possible, éloignez-vous au maximum de ces gens, car avec leur comportement, ils essaieront de vous manipuler.

Moins vous leur donnerez d’attention, et plus ils comprendront vite que vous ne souhaitez pas mettre votre énergie dans l’écoute de leurs paroles et pensées négatives.

2. Faites comprendre à ces personnes que c’est leur problème

Même si vous prenez le temps d’écouter leurs plaintes, faites leur savoir que les problèmes proviennent de leur manière de penser.

Faites votre possible pour que la situation vous affecte le moins possible et conseillez à cette personne de prendre des mesures pour solutionner ses problèmes par ses propres moyens.

Lire aussi : Comment reconnecter son cerveau pour se débarrasser des pensées négatives

3. Ne montrez pas d’empathie

Puisque ces gens ont la capacité de manipuler avec leur comportement, il est important d’avoir un bouclier pour ne pas montrer que l’on est disposé à les aider coûte que coûte face à tous les problèmes possibles et imaginables.

S’il est parfois inévitable d’avoir l’empathie, il est essentiel de contrôler la situation pour ne pas ressentir le besoin urgent d’aider quand le problème ne nous concerne pas.

4. Établissez des limites saines

Vous avez le droit de lui demander de ne pas partager ses plaintes et ses tragédies avec vous.

Si vous en avez assez d’écouter tout le temps des pensées négatives, dites à cette personne que cela ne vous plaît pas et que vous préféreriez ne pas être cette épaule sur laquelle elle pleure habituellement.

Vous avez un proche ou un ami qui se plaint toute la journée ? Il est temps d’agir !

Évitez de rentrer dans leur petit jeu car, et il y aura un moment où vous commencerez à ressentir l’impact de sa négativité sur votre propre vie.

Article connexe : Des scientifiques découvrent comment supprimer vos émotions négatives liées à certains souvenirs

Savez-vous qu’il est épuisant d’écouter les gens qui se plaignent ?
4.8 (95%) 4 vote[s]

76 commentaires à propos de “Savez-vous qu’il est épuisant d’écouter les gens qui se plaignent ?”

  1. En tous les cas ceci me semble avec un peux d’ experience une juste attitude a opter pour soi comme pour l’ Autre .

  2. Impossible de ne pas être là pour ceux qui ont besoin d aide et qui souffre.. l amour et l attention que je leurs porte ne peux pas me nuire..surtout lorsque je vois que tout fini par aller mieux. .je ne me sent pas indispensable mais quand je peux je suis là pour eux…et même si la liste est longue. ..je reste aidante et je retrouve toujours un moment pour évacuer le négatif et me ressourcer. .c est important pour moi que mon entourage me fasse confiance et que tout s arrange pour eux….un bonheur pour moi♥

    • Vous confondez entre quelqu’un qui demande de l’aide et ceux qui se plaignent sans arrêt ! Ce n’est pas du tout la même chose. Aider est une chose, subir les plaintes en est une autre. Certains ne sont là QUE pour se plaindre et non pour trouver des solutions à leurs problèmes, et même quand vous voulez les aider, ils ne font rien pour se tirer d’affaire et leur plainte continue ad vitam aeternam, et c’est là, qu’ils vous pompent votre énergie !
      j’ai connu ça et ça m’a usé ! à présent, je n’aide que ceux qui le veulent REELLEMENT ! Faites quand même très attention à vous, Chris Huber !!! Vous avez l’air de croire que vous êtes au dessus de ça , mais je vous assure que vous vous trompez car visiblement vous n’avez jamais connu ce genre de personne, et que même l’empathie et la compassion ne vous aideront pas si un jour cela vous arrive ! Soyez très vigilante

      • il y a une grande difference entre l’individu assertif qui aide son prochain et le piege des « jeux psychologiques » dans lequel boureau-victime-sauveur jouent aux chaises musicales dans un mouvement sans fin. chacun se retrouvera 😎

        • La personne qui est dans la plainte permanente est son propre bourreau et elle n’en cherche pas d’autres. Elle ne veut tout simplement pas trouver la solution. C’est la plainte et le malaise qui définissent son sentiment d’exister. Elle a besoin d’attirer l’attention des autres en faisant pitié. La moindre compassion la conforte dans ce sentiment d’exister. Si elle va mieux, elle n’existe tout simplement plus à ses propre yeux….
          Les gens qui veulent aider ces personnes s’y épuisent parce qu’elles ne trouveront jamais le bon moyen avec leurs propres références de bien être. Elles se verront même envoyer paître en voulant apporter ce bien être et se sentiront frustrées et impuissantes.

      • Exactement, l’être emphatique doit avant tout  » apprendre à se respecter  » et ne pas accepter ce rôle de boîte à ordures, que recherchent prioritairement les vampires énergétiques…

      • JE suis d’accord avec vous je l’ai vécu avec deux personnes qui ne font que ca etre négatif et un jour ils ont finient par me fairent prendre les nerfs !!!

    • Je suis d’accord avec ta manière de penser . Merci. ! Malheureusement il n’ y en à pas beaucoup qui ont cette attitude et cet aplomp.

    • perso je trouve cet article honteux .commet ne pas aider les autres .
      ce n est pas bien ce qui est écrit c est pour les égoïstes cet article

      • muriel colpin… avez-vous déjà cotoyé une personne qui ne fait que se plaindre ? se plaindre de tout et de rien ? toujours à essayer de vous culpabiliser parce que, vous, vous avez ou êtes ce que l’autre n’a pas ou n’est pas ?? Il n’y a rien d’égoïste dans le fait de s’éloigner de ce genre d’individu alors…. parce qu’il finit par vous tirer par le bas, c’est à dire au même niveau que lui… Sauver sa vie et se respecter c’est aussi s’éloigner des personnes nocives qui ne font rien pour améliorer leur situation ou aller mieux 😉 Et ça…. c’est du vécu !!

        • Je confirme ,c’est épuisant ,faut laisser la place a un professionnel ,avec ces personnes toutes solutions amènent un autre problème !

      • oui c’est egoiste dans la plupart des cas. generalement on ne se plaint pas gratuitement, il y a toujours une raison derriere. sont peu nombreux ceux qui s’amusent a se plaindre pour un rien. d’ailleurs on les repère bien vite. Bravo a vous aussi Muriel pour votre avis, comme Chris d’ailleurs !

      • Non madame, nous ne sommes pas égoïstes, moi ça fait 41 ans que je suis marié avec un homme qui se plaint tout les jours, quand c’est pas une chose!!! C’est une autre, ça use…cela me fatigue énormément, j’ai décidé de dire stop, quand il commence! Je le dis, va chez le médecin, chaque jour, c’est une plainte différente, je n’ai plus envie qu’il me boufe mon énergie.

    • Bravo 👏 cet article et un peu dure je trouve a un moment donné on a tous un moment de vulnérabilité de baisse de moral … et si on doit les remballés à un moment ou c est difficile… ou va t on ??????

    • un grand bravo Chris pour ces nobles pensées et ce comportement très louable, car il y a des gens qui souffrent vraiment (j’en sais quelque chose personnellement) et s’ils ne se confient pas aux autres leur ca peut empirer. Car il y a plainte et plainte. Le conseil dans ce post est un peu « egoiste » dès lors qu’il s’agit de cas sérieux de souffrance. Dans d’autres cas où le plaignant est simplement habitué à se plaindre, effectivement et pour son bien, il faut lui faire comprendre qu’il doit arreter.

      mais encore une fois j’apprécie beaucoup ce que vous avez ecrit Chris.

    • vous n’êtes sans doute jamais tombé sur quelqu’un qui vous bouffe la vie à force de compter sur vous pour résoudre tous ses problèmes! parfois il faut savoir être vigilant!
      cela n’empêche pas d’avoir de l’empathie et de la bienveillance

  3. Oui je sais c’est des personnes toxiques même, à haute dose. Je vis depuis des années avec une comme ça. Je n’en peux plus. Je fais un rejet. Et lorsque j’aurai réussi à commencer à régler les miens de soucis… je m’éloignerais alors de cette personne en lui redisant combien elle fait son propre malheur, que on a des choix a faire dans la vie et les assumer.

  4. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous.
    En fait il ne faudrait jamais écouter qui que ce soit quand il est en souffrance et qu’il a besoin d’être aidé.
    Et c’est égoïste
    Certes si la personne ne fait rien pour s’en sortir on ne peut pas aider quelqu’un qui ne veut pas.
    Mais de là à fuir toute personne qui se plaint parce qu’elle est malade et qu’elle a besoin de parler je vous dis non pour moi c’est du pur égoïsme même s’il faut se protéger.
    Il y a des limites à ne pas dépasser mais il faut savoir écouter pour savoir aimer.

    • Je suis d’accord avec vous, la solution est de savoir mettre ses limites. Pas besoin de rejeter, ni d’agresser l’autre parce qu’il se plaint ou souffre… mais savoir le soutenir positivement…à prendre en charge sa souffrance. Difficile soit ! En fait, les plaintes d’une victime sont toujours légitimes, qu’elles soient liés à son passé ou son présent, mais la personne y reste bloquée, et a besoin de soutien pour avancer. Il est possible aussi de reconnaitre son impuissance à aider l’autre, mais jamais le « culpabiliser » pour son fonctionnement. La plupart des gens ne connaissent que la domination ou la soumission à l’autre et sont donc dans la dépendance, ils n’ont pas conscience de leurs PROPRES besoins et limites et cela joue dans leurs relations.

    • L’essentiel est dans votre dernière phrase. Votre conscience dépasse l’esprit de cet article qui me semble réducteur, sans doute par manque d’universalité.

  5. Il est vrai que l on a le choix de faire des insultes ou des soucis que l’on reçoit ce que l on désire soit ont se bat pour positiver et faire en sorte que cela n occupe pas toutes nos pensées ou alors ont se laisse envahir et la bonjour l avalanche de pensée négative , bcp de grand coach en développement personnel rappel que tous le monde se fait traverser chaque jour par des pensées négatives et que c est à nous de nous battre pour positiver et faire en sorte de bien se parler et toutes les techniques de pnl sont tres bien mais franchement fuck tout ça va bien avec le système capitaliste si ont vivait dans un monde ou la permaculture l entraide et l empathie la nature serait primordial et mis au premier rang vivre en harmonie et non la réussite personnel sa petite personne et le fait de briller si tu as le sourire et etre vu comme négatif si ca ne vas pas alors ce texte est vrai et il faut le suivre pour être cohérent avec ce monde individualiste et d encule mais ont va pas refaire le monde seul si l humanite avait choisi le chemin de l amour et de l empathie c est le fait de pas aide ceux de sa communauté qui émanerait des ondes négatives donc tout est question de point de vue de société il est un texte de bon conseil pour notre monde actuel mais au yeux de mère nature la terre qui a 22500 ans de plus que notre façon de pensée capitaliste et au vu de l univers ca reste juste un bon gros texte de merde pour une bonne grosse société d hypocrite et d enculer mais sourier c est la coupe du monde en ce moment big bisous et big lové d amour à tout le monde lol

    • absolument daccord avec vous!!! si societee fonctionnerais sur les bases dempathie, damour, du respect de chaqun et de tout – nature et animaux y compris, et si le monde netait pas posee sur egoisme, sur rivalisme ou sur possession des humains comme des choses, il yaurais certainement pas eu autant de monde qui aurais besoin se plaindre sur si ou sur ca, yen aurais bcp moins de monde qui souffrirais des nouvelles maladies – solitude, ou gens arrive meme plus trouver la place dans ce monde des egoistes et hypocrites et fausses existences…

    • Ouh, merci Mystery, un peu de « bon air » et d’intelligence d’esprit et de coeur parmi des commentaires lourdaud pour + des 3/4, ça élève d’une manière pertinentete débat et concernant l’article, on a tous quelque chose « d’emmerdant » en nous pour les autres, si, si

  6. C’est facile a dire qu’ont se pleins quand la personne na pas vécu la même situation de notre pleignage…….si ont peut pas dire tout ce qu’ont a dans le coeur et tout ce qui nous font mal pour pas les nuires ça ne sert à rien d’avoir des amis rendu la

    • Peut être qu’il n’ont pas vécu votre pleignade mais comme expliqué partout c’est uniquement votre problème et vous êtes la solution, il y a se pleindre juste pour se pleindre et râler et il y a demander de l’aide c’est différent et puis chaqun à des problèmes.. Se pleindre en attendant juste l’empathie en retour c’est trop facile..

  7. A mon avis il faut écouter la personne qui probablement souffre, avoir de l »’empathie pour des personnes qui se plaignent d’un mal n’est pas du tout nocif bien au contraire les écouter et les aider pourrait les soulager .

    bien à vous

  8. Un très bon torchon dont les pervers narcissiques et autres hommes politiques véreux se feront une joie de lire et de relire pour minimiser et discréditer la souffrance et les appels d’à aide de leurs victimes et de leurs opposants. Sympa pour leurs victimes.

  9. SL Zenith de l,égocentrisme et de lâcheté pour montrer l,indifférence qui frappe les gens,il n,y a que leurs petits soucis qui sont importants,personne n,écoute personne et tous sont frappés par un syndrome grave qu,on nomme le syndrome de l,Autruche,ça convient et bonne chance dans votre vie privé et émotionnelle ,.Peut être vous aurez seulement du succès dans vos activités professionnelles et la aussi je vous souhaite un échec imminent.Georges K.

  10. Certains commentaires me paraissent un peu injustes par rapport à l’article… qui n’a peut-être pas été suffisamment compris. Du moins est-ce mon impression.
    Il ne dit pas qu’écouter les personnes en souffrance, qui ont besoin de s’exprimer et d’être aidées, est à éviter… Il ne s’agit pas non plus de chercher à mettre en sourdine les victimes de violence et abus quelconques. Ni a limiter l’empathie et l’aide… L’article met l’accent sur les personnes qui se plaignent à longueur de temps, chez qui la plainte est une habitude de comportement ! Bien sûr, elles sont en souffrance, elles ont mis en place ce mécanisme pour « évacuer », mais aussi pour se nourrir d’une énergie apportée par les attentions des autres.
    Une personne plaintive n’est pas satisfaite de sa vie, souffre, certes. Mais souvent inconsciemment, elle cherche à maintenir cet état d’insatisfaction et de plainte. Elle peut même provoquer des situations aggravant une situation donnée, pour créer un terrain propice à continuer leurs plaintes. Bien sûr, ces personnes peuvent avoir certaines prises de conscience, ou même mettre en place des améliorations notables dans leur vie, avec bonne volonté. Il ne faut pas non plus faire des généralités ! Il y a des degrés, des nuances. Mais, à moins d’une vraie prise de conscience ou d’un déclic, c’est un vrai mécanisme bien ancré chez ces personnes. Nous pouvons tous passer par ce genre de « phase plaintive » dans la vie, mais ici, ce n’est pas cela: on parle d’un comportement qui se compte en années, qui dure, pour un peu tout et n’importe quoi…
    Il faut donc bien nuancer les choses et pas tout mettre dans le même panier.

    • Woow , bravo…j’allais écrire un commentaire similaires au votre, merci de m’en épargner….
      Mon grain de sel de plus…..;
      Les gens en désaccord avec ce poste , sont probablement de ceux qui ce plaignent constamment…..!,!

    • Je suis entièrement d’accord avec les précisions que vous apportez. La différence est dans le comportement et les choix d’une attitude d’être victime et négatif continuellement. Merci de votre feedback

    • Je suis tout à fait d’accord avec vous! Il ne s’agit pas ici de ne pas venir en aide à. Ceux-là qui souffrent ou qui sont dans le besoin.
      L’article parle ici du comportement plaintif de certaines personnes qui devient une seconde nature pour elles.
      Dans ce genre de cas de figure il faut être assez fort d’esprit pour pas que cela nous affecte. Mais de faire comprendre à cette personne les choses telles qu’elles sont. C’est un état d’esprit, l’on peut sortir de là, si l’on le désir vraiment. Mais pour ce faire, il faut beaucoup de courage, d’envie etc.

    • site à une rupture amoureuse douloureuse, à la solitude ressentie et le manque financier qui a suivi, j’ai fait une très grosse déprime ,voir même une dépression. Pendant plus d’une année ,je n’ai vu que les cotés négatifs de ma pauvre vie! Ma famille,surtout ma soeur et mes filles m’ont vu pleuré,m’enfoncer…Et malgré leur soutien et tout le réconfort , elles n’ont pas su faire grand chose pour m’aider, car quand on est pas bien ,on n’écoute pas du tout les autres puisque l’on ne voit que ses propres soucis! Durant cette même année, j’ai perdu des personnes qui ne pouvaient plus supporter que je me plaigne sans cesse… sur les conseils d’un beau-fils, je suis aller voir une spy, et après un an ,j’allais déjà mieux. Mon entourage a remarqué la différence! Aujourd’hui , j’ai refais ma vie, j’ai laissé de coté ceux qui m’ont blessé plus que de raison,pardonné à d’autres…ceci dit , je sais que j’ai été une source de soucis pour mes proches pendant des mois,ils ne m’ont pas laissé tomber, mais quel courage ils ont du avoir pour parfois me supporter lors de mes pires angoisses et autres tracas.Donc je peux comprendre qu’il n’est pas toujours facile d’être à l’écoute de toutes personnes plus que négatives!!

  11. Est-ce que celui qui a écrit ce texte insensible et irresponsable, a une véritable formation universitaire en psychologie ou psychiatrie avec expérience clinique? Encourager les gens à manquer d’empathie, à être égoïstes, superficiels et laisser tomber leurs amis lorsqu’ils ont un coup dur, stigmatiser la maladie mentale et la souffrance humaine, n’est sûrement pas un conseil de psy professionnel.

    • La liberté de pensée de chacun est ultilme et c’est sa vérité !Justement être empathe c’est aussi savoir s’ aimer d’abord en respectant son corps ( être a son écoute! ) pour mieux aimer l’autre .mon avis ! Il vaut mieux conseiller une personne à se libérer par un travail sur soi-même ( la conseiller si vraiment c’est son souhait!
      que prendre sa souffrance d’ailleurs c’est la valoriser et c’est très gratifiant pour elle , même si on décide de la voir qu’occasionnellement , ou autre chacun à un corps et une sensibilité differente !

    • tout à fait d’accord avec ce professionnel….son méssage est rassurant car beaucoup de psy conseillent de ne fréquenter que des gens heureux….alors laisser « tomber » celui qui a vraiment beaucoup d’épreuves(meme quand il ne se plaint pas) serait bénéfique…bien sur là on ne parle pas de ceux qui se plaignent toujours mais cette attitude est un peu révoltante bien sur dans l’article on évoquait les personnes ui se plaignent tout le temps….c’est différent mais on constate quà notre époque on prone beaucoup le narcissisme….alors que fait on de ceux qui n’en peuvent plus…ils sont dans les mains de ces « pros »….notre société est bien égoiste….s’occuper de ceux qui souffrent(pas de ceux qui se plaignent tout le temps sans raison) peut etre enrichissant…on l’a oublié en « se regardant le nombril.

  12. Le texte est juste à partir du moment ou l on sait différencier la plainte perpétuelle des personnes à caractère perverses manipulatrice et de celles qui ont un problème à un instant T qu’ un mot,un geste,une participation les aideraient à cet instant là précis de leur vie.

  13. Moi, je vis cela depuis 40 ans et je suis épuisée. Je sers juste de poubelle déversoir d’un mal de vivre dans lequel la personne dont je parle aime se complaire. Manipulation, médisance, plaintes qui ne supportent aucune remise en question. Je craque et me bats pour ne pas sombrer dans la culpabilité dont cette personne ne se prive pas de me faire peser. Et là curieusement elle redouble de malice pour en multiplier les occasions.
    Merci à l’auteur de ce texte d’avoir mis des mots sur mon calvaire, sa lecture me fait du bien et je ne manquerai pas de mettre en pratique ses conseils.
    OUi ces personnes existent et sont toxiques même si elles sont en souffrance. Mais ceci ne justifie en rien le droit de détruire leur entourage. Voir le verre plein et le remplir de positivisme devrait être leur seul objectif.
    Ceci dit, juger avec autant de véhémence ce quon ne connaît pas, n’est pas une attitude aimante, positive, de compassion et de compréhension….

  14. On guérit des maux avec des mots.
    Ces personnes ont simplement envie de partager leur ressentis. Ils ne demandent qu’une oreille et rien d’autres.
    Vous encouragez l’indifférence et l’égoïsme.

  15. [tw/cw : suicide]

    « Faites comprendre à ces personnes que c’est leur problème »
    « Ne montrez pas d’empathie »

    C’est justement parce que des personnes ont été empathiques, m’ont écoutée, soutenue…que je suis encore en vie et que j’ai cessé de songer à mourir… (et c’est probablement le cas pour d’autres personnes)
    Et contraire, des gens qui se sont éloignées/ne montraient pas d’empathie, que je culpabilisais (parfois «  »aidée » » par leurs paroles toxiques), et que ça renforçait mes idées noires

    Être ami·e avec quelqu’un, ce n’est pas uniquement quand la personne va bien, ce serait trop facile…. (et vice versa, quand vous allez mal)

  16. Tout à fait d’accord !
    Quand on a affaire à des gens qui cultivent les problèmes, se plaignent continuellement et semblent ne rien apprécier, et non à ceux qui éprouvent des difficultés régulières de la vie, il faut établir une distance nette… ce qui n’est pas facile quand il s’agit de membres de notre famille. Il faut agir à temps afin de ne pas se laisser engloutir dans ce type de bourbier.

    • Oui des problèmes occasionnel… Mais il y a plusieurs types de personnes qui se plaignent tout le temps… Si ces personnes ont une pathologie psychiatrique, elles souffrent sûrement bien plus que vous ne le saurez jamais. Si c est pour des petits soucis c est différent. Cet article n à pas de sens, il nie jusqu’à la psychologie de base… Quand on ne peut plus aider ou écouter quelqu un, il faut voir un médecin ou un psychiatre pour avoir son avis, est ce que cette personne doit être aidée par un professionnel de santé ou non. Et si ce n’ est pas le cas, il faut expliquer à la personne « je ne peux plus t aider, je suis trop fatigué », « ça impacte trop mon moral de t écouter, je suis désolé mais je vais devoir te voir moins souvent « , « je ne suis plus capable de t aider » par exemple. Cet article fait souvent référence à des personnes « manipulatrices » c est très abusif!

  17. Bonjour,
    Je me permets de laisser un commentaire sur votre article car il y a des choses qui sont injustes et d’autres qui sont justes.
    Oui, c’est vrai se plaindre et être témoin de plaintes est épuisant, il en est de même lorsqu’un malade souffre à l’hôpital, en tant que patient mais aussi ses proches, les visiteurs ou l’équipe médical.
    Ce qui est injuste c’est que nous sommes nés inégaux et que personnes n’ait demandé de naître, il est facile de dire, lorsqu’on est valide, en bonne santé, ayant une vie normale, une famille aimante, etc, que la personne qui se plaint c’est à cause de son manque de volonté de solutionner son problème.

    Les injustices sont:
    -L’inégalité de naissance qui trace déjà l’avenir en grande partie de la personne.
    -Les normes sociales et la société dirigé uniquement sur l’argent et le profit sans cœur, sans morale.
    -Les maladies, handicaps, laideurs, génétiques … surtout si elles sont incurables (cancer, petite ou trop grande taille, aveugle, déformations, handicaps invisibles, mental,…).
    -Etre né sous x et ne jamais avoir droit à l’accès à ses origines dont ses antécédents médicaux, avoir un mauvaise entourage, ou des parents maltraitants.
    -Avoir un avenir incertain dès sa naissance (pauvreté de famille, lieu mauvais pour l’enfance, mauvaise qualité scolaire, mentalité, mauvaises fréquentations, cultures religieuses, sectes, coutumes,…).
    -La perte d’emploi injustifiée.
    -Les discriminations.
    -La perte trop tôt de proches ou de meilleurs amis.
    -Les coups par en dessous des personnes toxiques ou par méchanceté gratuite
    -La liste est longue…
    Puis vient le rejet social et l’ignorance de l’opinion publique ou des médias car c’est un fardeau, ça ne rapporte pas, qui est la double voir triple peine de ce qui est cité ci-dessus et qui est mal perçu par les autres.
    La quatrième peine, pour les handicapés est le fait qu’il sont minoritaire (10% selon les Nations-Unis). En plus du rejet social, les coups par en dessous des personnes toxiques ou par méchanceté gratuite.
    Je conseille le public de regarder les témoignages télévisés « Dans les yeux d’Olivier ».
    Ce qui est juste ans votre article est le fait qu’il existe, que de manière limité, dans certains pays seulement des aides sociales, compensations des handicaps, soutiens psy, associations divers et variés et qu’il faut orienter les personnes plaignantes vers d’autres susceptibles de les aider plutôt que de les rejeter purement et simplement. Leur demandé de reprendre études ou recherche d’emploi dans la mesure du possible.
    Les gens pourraient moins se plaindre si au moins ils étaient écoutés, ne serait-ce, au moins, une fois, puis la plainte enregistré pour être accessible de tous car il y a des gens qui se plaignent tout le temps, c’est un cercle vicieux, parce qu’ils sont ignorés.
    Ce qui est injuste c’est de subir des problèmes incurables qui, au mieux peuvent être soulagés.
    Une injustice insupportable à mes yeux c’est de refuser à quelqu’un en fin de vie ou souffrant de manière insupportable, qui a son discernement, a réclamé maintes et maintes fois, même via les directives anticipés, de l’aider à mourir dignement, vécu comme une ultime souffrance ou torture même.
    Ce serait un très grand pas en avant d’avoir un accès universelle à l’ultime porte de secours comme personne n’a demandé de naître et être mal né injustement.
    Il faut savoir qu’il y a des gens qui malgré leurs plaintes répétés, se débrouillent mais rejettent les gens qui les ont rejetés et s’enferment dans un bunker mental, se droguent, tombent alcoolique ou d’autres dépendances comme placébo de bonheur. Il y encore d’autres personnes qui, lassés d’être ignorés, font des conneries, se vengent, etc.
    Il faut améliorer l’écoute, enregistrer voir diffuser (comme dans les yeux d’Olivier) la plainte une bonne fois pour toute pour bien montrer que la personne a été écouté, essayer de trouver des solutions ou compatir en cas de problèmes incurables, compenser les injustices voir saisir les juridictions ou aides médicales puis demander à la personne de faire des efforts et puis voilà, puis si la personne continue se de plaindre, avoir recours à la psychiatrie en cas de problème ou lui faire comprendre qu’elle a été écouté et sa plainte enregistré puis basta.

  18. C’est vraiment un article de con. Donc une personne qui se plaint de ne pas pouvoir faire quoi que ce soit sans arret, on devrait lui faire comprendre que c’est son probleme a elle? Sans meme savoir pourquoi? Et apres quand cette meme personne se suicide vous dites quoi bandes de cons? Je ne sais pas qui est l’idiot ou l’idiote qui a ecrit cet article, mais faut mieux se renseigné et ne pas confondre entre les gens qui se plaignent sans arret pour un rien et une personne qui se plaint parsqu’elle a vraiment besoin d’aide.

  19. Les gens refusent la vie qu’ils ont et se plàignent. Je trouve l’article sans aucune nuance et assez inhumain. Quand la maladie rythme votre vie avec des handicaps à surmonter tous les jours il est juste que l’on se plaigne parfois . Et heureusement que certaines personnes vous écoutent. L’empathie est la plus belle des qualité dans un monde si individùalîste. Cet article reprend la posture que l’on enseigne souvent dans les école de management et une conception très anglo-saxone  » Never complain,, Never explain, ». Pas le modèle de société qui me fait rêver.

  20. aider quand ça sert à quelque chose ok moi j ai donne de mon temps du soutien de l’energie e sans parler du coté financier et ça n’a servi à rien j’ai l’impression d’avoir été manipulée egalement donc il y a du vrai dans cet article maintenant j’apprends à prendre du recul car certains se complaisent dans leur probleme je pense qu’ils en ont besoin
    pour se plaindre et se faire passer comme victime

  21. Belle attitude ça, devenons tous des Zombies froids et parfaitement insensibles aux malheurs des autres.

    Non mais s’est tout à fait dégoûtant et parfaitement répugnant de suggérer aux gens d’adopter une telle attitude envers ceux qui se plaignent de leurs problèmes et de leurs malheurs.

    Les laissés pour comptes de la société ne sont pas tous forcément responsables de ce qui leur arrivent ni à la racine même de leurs problèmes.

    Ce n’est pas en se comportant avec une froideur inhumaine qu’on va pouvoir permettre à ceux dans le besoin de pouvoir s’en sortir.

  22. En lisant les commentaires je me rends compte à quel point l’article est mal compris… Il ne s’agit pas de ne pas venir en aide à des personnes en difficulté et de fermer son coeur, mais de ne pas se faire manger par des personnes qui se complaisent dans la plainte….
    Ma plus grande déception: avoir été présente pour une « amie » que je pensais un peu malmené par la vie. Un jour il m’était arrivé une tuile, je pensais pouvoir me confier à elle comme elle le faisait avec moi. Mais elle m’a rétorqué d’un ton sec « Ça C’est rien, moi il m’est arrivé bien pire »…. en me mythonnant une histoire tiré par les cheveux.
    C’est au moment où j’ai capté son mensonge que j’ai compris le caractère narcissique de cette personne et que ce n’est pas elle qui m’aidera à aller mieux….

  23. L’article vise les personnes qui « manipulent » leur entourage en ayant tjs un probleme, qui se victimisent , quoiqu’elles aient vécu. Rappelez vous la vieille chanson « j’ai la rate qui se dilate, l’estomac qui va pas, etc » C’est de ces usurpateurs que parle l’article. La victime professionnelle n’est pas forcement machiavelique, mais alors qu’elle deverse son pessimisme elle refuse toutes les pistes qui lui sont proposées, elle est la specialiste de son trouble. En fait tout ce qu’elle veut c’est un auditoire docile.
    A l’opposé de cette attitude nombriliste et déloyale il y a celui qui n’a pas l’habitude de se plaindre mais qui aujourd’hui n’en peut plus. A l’ecoute c’est pas la meme chose, c’est du « live » et on ressent le desarroi et l’improvisation, la vieille rengaine de pro de la victimisation est différente, bien rôdée, l’acteur n’improvise pas!
    Je veux bien accorder mon empathie à mon prochain qui n’en peut plus aujourd’hui, mais je refuse et rejette categoriquement le chantage et la violence d’un manipulateur deguisé en victime.
    ma vie ne vaut pas plus que celle d’un autre mais elle ne vaut pas moins non plus et je veux decider à qui je donne mon attention, pas me faire rançonner au coin de la rue par le premier salaud venu.

  24. Voilà un article qui pourrait bien pousser des gens au suicide…
    Personnellement, j’ai 23 ans et j’ai vécu beaucoup de malheurs dans ma vie (des années de harcèlement scolaire et moral avec coups et insultes tous les jours, de dépendance affective, j’ai été enfermée à plusieurs reprises dans divers hôpitaux psychiatriques sordides dignes du « Pavillon des enfants fous » de Valérie Valère, j’ai perdu 2 êtres chers en un an d’intervalle, je suis atteinte de deux maladies chroniques…).
    Et je me suis souvent plainte. Qu’aurais-je dû donc faire, selon vous ? Me taire ? Ne rien dire ? Si c’était le cas, qui sait, peut-être serai-je morte depuis longtemps…

    Marion Fraisse ne se plaignait jamais. Comme dit sa mère dans le livre « Marion, 13 ans pour toujours » :
    « Je t’ai rarement vue pleurer. Tu n’embêtais personne avec tes petits malheurs. »
    N’aurait-t-elle pourtant pas mieux fait d’en parler ? Parce qu’au final, elle s’est pendue à l’âge de 13 ans et sa famille « a pris perpète »…

    Solenn était une jeune fille qui souffrait d’anorexie et de boulimie. Elle était l’une des filles de PPDA. Elle ne se plaignait jamais. Elle a écrit à sa famille : « Je vous aime, mais je n’aime pas la vie » et s’est jetée sous une rame de métro.
    Qui sait, peut-être qu’elle serait toujours en vie si elle avait parlé de ses souffrances ?

    Mon cousin est mort. Il était dépressif, mais n’en parlait que rarement, il n’était pas du genre à se plaindre, excepté quelques fois en privé avec moi puisque j’étais l’une des seules personnes à ne pas le juger.
    Il a attrapé une maladie mortelle du jour au lendemain : une pancréatite aigüe sévère. Cette saloperie l’a tué en moins de trois semaines. Il est décédé à l’âge de 42 ans. Nous avons appris par la suite qu’il noyait son chagrin dans l’alcool, mais il n’en avait parlé à personne.
    J’aurais tellement aimé qu’il se plaigne : nous aurions peut-être pu l’aider et éviter cet immense malheur dont je ne me remettrai jamais ?…

    Les gens sont hypocrites et contradictoires. Quand une personne meurt et / ou se suicide, ils viennent crier : « Pourquoi il / elle n’en a pas parlé ??! On aurait tellement pu l’aider !! »
    Mais quand la personne est vivante et qu’elle en parle, elle passe pour une emmerdeuse, pour un Caliméro qui cherche à manipuler les gens… Voilà la mentalité des gens…

    L’un des pires conseils est celui-ci : « Ne montrez pas d’empathie ». Voilà l’un des meilleurs conseils pour envoyer une personne qui souffre droit au cimetière…
    L’empathie est ce dont une personne qui souffre a le plus besoin.

    La phrase qui conclut l’article est à vomir : « Evitez de rentrer dans leur petit jeu ». En quoi le fait de se plaindre est-il un jeu ? Les gens qui se plaignent souffrent et préféreraient ô combien jouer à un jeu…

    Les gens qui se plaignent cherchent à ce que leur souffrance soit entendue et respectée. Ils continueront donc de se plaindre tant qu’elle sera rejetée…

    On vit dans une société qui considère qu’une personne qui souffre n’a pas le droit de dire qu’elle souffre, qu’elle doit impérativement cacher ses souffrances car il serait une honte absolue de les dévoiler. On part du principe que si elle se plaint, c’est qu’elle n’est qu’une manipulatrice sans aucune valeur…
    Dans quel monde de fous vit-t-on ?…

    Les gens qui pensent qu’écouter une personne se plaindre signifie plonger dans son malheur avec elle n’ont rien compris. C’est exactement l’inverse : plus une personne se sent écoutée, moins elle ressentira le besoin de se plaindre et mieux elle ira. C’est du vécu.

    C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles je ne faisais que rire avec mon cousin. Nos délires me manquent énormément.

  25. Perso chacun comprend cet article en fonction de ses propres lunettes! Il faut comprendre au delà des mots pour ressentir cd que l’auteur veut faire passer comme message. C’est clair pour ceux qui comme moi vivent avec des personnes  » toxiques » et c’est vraique s’aider ne les interessent pas, pas tout de suite, se plaindre est juste ce qui les soulage ds l’instant pour se liberer de leur poids. Donc forcement, elles ne se vouent pas et accusent toujours tout le monde sans aucune remise en question. Tempis, elles n’en sont pas capables et sont heureuses ainsi. C’edt ma psy qui m’a expliqué tout cela. Donc c’est a comprendre et a respecter mais faut pas rester près d’eux et vivre avec eux. Mou j’ai vécu des mous, des années avec eux. Résultat: je peux voys dire que ca m’a pas franchement aidé a aller vers le haut. Bref, aider, oui. Ecouter, aussi. Même si c’est pas mon problème, contrairement a ce que dit l’auteur, mais je vous que ca prends pas, je laisse aller. Dans la relation d’aide, il y a des cadres pour propiser unexaide et ne pas s’essoufflet inutilement. Mais qd la partie qui souffre est en demande de solutions alors c’est génial. Et si c’est qu’une graine, c’est dejà génial mais je me protège des voleurs d’energie car c’est bien de cela dont on parle ICI! Rien d’autre. Comprenez…belle route a tous😚

  26. Bonjour, je me permets d’intervenir car selon moi cet article est très juste mais oublie de dire que parfois avoir ce comportement peut être utile à la personne qui ne va pas bien. Pendant des années j’ai été l’amie d’une personne qui se plaignait toujours. Bien sûr elle avait de quoi! Mais chaque conseil et chaque solution que ses amis lui apportait elle n’en avait que faire et finissait toujours par retomber dans ses problèmes à cause de ses mauvais choix, et non seulement j’avais l’impression que finalement elle aimait juste se plaindre, puisqu’elle n’écoutait les conseils de personne,mais en plus je vivais dans le stress et l’angoisse permanente dès que je n’avais plus de ses nouvelles. J’ai décidé de rompre notre amitié et lui ai dis franchement. Elle l’a très mal pris et à été agressive verbalement, mais finalement, non seulement après ça elle s’est prise en main et s’est sortie pour de bon de ses galères (j’ai des nouvelles elle serait épanouie !) , mais,moi qui essayais d’avoir un enfant depuis plus d’un an à l’époque,je suis tombée enceinte très peu de temps après avoir rompu les liens. Aujourd’hui cette personne est toujours dans mon cœur même si l’on ne se voit plus et il me semble que nous sommes heureuses toutes les deux !

  27. La France est championne pour ce sport de la plainte.
    Les vrais personnes qui sont dans le besoin se plaignent rarement.
    Quand vous voyez des retraités à la télévision qui se plaignent pour la hausse de
    la CSG, ce sont souvent les plus nantis qui se plaignent c’est ainsi …

  28. pour les gens qui se plaignent et ralent , arreter et dans une journée voyer la chose qui vous à plut le plus ça vous consolera et ça vous fera du bien ,penser -y et vous ralerez moins …la vie et belle ,avec des petits plaisirs…

  29. moi jai connue sa car jai ete faire du benevolat sur mme et elle pleint souventelle dit est toujour tous seul jyalait tous les jour sortir ses chien sotir sont manger dans four jallaitmeme manger avec elle correct elle est plus capable marcher comme veut me s la il en demandait encore et encore javait plus temp pour moi je nigligait mes autre amie et moi qui en soufrait

  30. Cet article est mauvais, il n’y a aucune référence scientifique, pas de signature de l’auteur et quiconque peut l’utiliser et le traduire n’importe comment.
    Pour moi, cet article confond la perversion narcissique/négativité avec un autre problème de société. Des personnes peuvent être déprimées pour diverses raisons et traverser des temps difficiles. Etre à l’écoute sans jugement est le défit de notre génération. Il faut être souriant toujours, ne rien montrer qui pourrait être traduit comme négatif au risque d’être étiqueté. Il y a des modes en psychologie de magazine: on parlait de Borderline avant au Québec, puis de dépendant affectif, puis ensuite de personne perverse narcissique et maintenant nous voilà avec la variante de la personne négative qui ressemble à la perverse toxique manipulatrice…
    Si vous voulez savoir si la personne que vous cotoyez est dans l’une de ces catégories, et si vraiment vous avez cette conviction, allez alors vous renseignez auprès de vrais professionnels. Je peux vous parier qu’ils vous diront d’arrêter de lire internet. Aussi, l’amitié c’est d’écouter les autres et d’être là aussi quand ca ne va pas. C’est emmerdant pour certain, mais important pour d’autre. Si vous êtes là seulement quand ca va bien, posez-vous des questions. Au cas ou vous seriez tenté d’envoyer un article du genre, réfléchissez-bien au conséquence sur la personne qui va le recevoir et aussi sur la qualité de vos relations par la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*