ouragan Le 11 Novembre 2017. Image crédit:

Les scientifiques n’ont jamais vu une telle image d’ouragan avant

Est-ce une nouvelle normale? (NOAA)

Pour la première fois dans l’histoire moderne, trois our-agans dans l’Atlantique étaient alignés de la manière la plus dangereuse qui soit, selon Eric Blake , spécialiste des ouragans au National Hurricane Center.

Le National Hurricane Center (NHC) a publié des avis sur Irma (qui était situé au nord de la République dominicaine), l’ouragan Jose (à l’est des Petites Antilles) et Katia (sud-ouest du golfe du Mexique).

L’Atlantique a connu trois ouragans simultanés en 2010, avec Igor, Julia et Karl tourbillonnant dans le bassin en même temps. Julia n’a jamais menacé la terre, de sorte que le NHC n’a pas émis d’avertissement pour l’Amérique du Nord. C’est donc la première fois que trois ouragans avaient le potentiel de toucher la terre en même temps.

Quel est l’effet créé par le changement climatique ?

La force croissante et l’impact potentiel des ouragans dans le bassin de l’Atlantique inquiètent les experts en météorologie, alors que les températures mondiales continuent de battre des records . Le réchauffement planétaire, qui ne provoque pas nécessairement la formation d’our-agans, amplifie certainement leur intensité et leur potentiel de destruction.

Le changement climatique rend les our-agans plus puissants sur de plus longues périodes de temps. Ils ont besoin de l’énergie de l’air chaud et humide au-dessus des océans tropicaux pour maintenir leur force. Un ouragan commence comme une tempête tropicale, lorsque les vents venant de différentes directions convergent. L’air chaud monte autour du centre de la tempête et se refroidit, et l’humidité se condense pour former des nuages ​​et de la pluie. La condensation libère de la chaleur latente qui alimente les our-agans. Si la couche d’eau chaude n’a pas au moins 60 mètres de profondeur, une tempête tropicale peut prendre fin avant de prendre la force d’un ouragan.

Le potentiel de destruction est également plus grand parce que les températures plus chaudes signifient que l’air peut retenir plus d’humidité, de sorte que les oura-gans produisent plus de pluie, causant plus d’inondations. L’élévation du niveau de la mer entraîne également des surtensions de plus en plus importantes après une tempête.

D’autres facteurs ont également un impact

Il est important de noter que ce n’est pas parce qu’il y avait trois ouragans dans le bassin de l’Atlantique, que le changement climatique a fait de 2017 une année particulièrement mauvaise en termes de nombre total de tempêtes. Les scientifiques mettent en garde qu’il existe relativement peu de données sur les ouragans (seulement une poignée de tempêtes se produisent chaque année), il est donc difficile de faire des observations générales.

Le Dr Gerry Bell, prévisionniste saisonnier des our-agans au Centre de prévision climatique de la National Oceanic and Atmospheric Administration , a déclaré au New York Times que le réchauffement des eaux et le manque de vent soudain ont créé des conditions d’ouragan optimales cette saison.

Certains écologistes pensent qu’il est «un devoir moral» de parler du rôle que le changement climatique joue qui a rendu ces trois ouragans si intenses. Le réchauffement climatique est une menace à long terme, mais la recherche a montré que les préoccupations à court terme sont ce qui motive vraiment les humains. Et la communauté scientifique estime que c’est un débat que nous devrions avoir lorsque les tempêtes frappent.

Plus tôt nous commencerons à communiquer, plus les gens verront le réchauffement de la planète comme ayant un impact direct sur les catastrophes naturelles. Alors seulement on pourra commencer le chapitre suivant: comment faire quelque chose à ce sujet.

Source : https://qz.com/1