Si je ne souffrais pas d'anxiété

Le 6 Juillet 2018. Image crédit : Pixabay

Si je ne souffrais pas d’anxiété, mon monde serait complètement différent

Par Phillippe Blot

Depuis que j’ai 15 ans, je souffre d’un trouble d’anxiété généralisée, et j’ai vécu avec tout en l’ignorant. Je me souviens juste que je m’inquiétais constamment y compris des choses auxquelles les autres adolescents de mon âge ne pensaient même pas.

Mon voyage avec cette maladie mentale est une route particulièrement chaotique. Je traverse des mois sans aucun symptôme, je me sens totalement insouciant et heureux. Et puis sans prévenir, l’anxiété me frappe comme la foudre, et je ne peux rien faire pour l’arrêter.

C’est un trouble très effrayant et intelligent. Vous réfléchissez à des choses auxquelles vous ne penseriez pas en temps normal. Il y a des pensées qui surgissent dans votre tête et vous ne pouvez rien faire pour les arrêter. Votre cœur bat la chamade et vous avez l’impression de suffoquer, d’être à court d’oxygène. Et peu importe combien de fois ça m’arrive, cela m’effraie toujours autant.

Si je ne souffrais pas d’anxiété, je me réveillerais tous les jours avec une esprit clair. Je pourrais faire des voyages et des concerts sans problème dans le monde. Je n’aurais pas à m’inquiéter des accidents de voiture, du fait de me sentir claustrophobe, de me faire paniquer par excès de stimulation.

Découvrez également : Les 5 meilleures huiles essentielles pour soulager le stress, l’angoisse et l’anxiété

Si je n’avais pas d’anxiété, je pourrais respirer. Vraiment respirer. Sans douleur dans ma poitrine. Sans panique. Sans perdre d’énergie.

Si je n’avais pas d’anxiété, je n’aurais pas à me réveiller le lendemain après avoir bu, paniqué déjà par rapport à ce que j’ai fait ou pas fait.

Si je n’avais pas d’anxiété, je serais un ami, un partenaire plus solidaire. Je répondrais à tous les appels téléphoniques et aux messages. Je n’annulerais pas les soirées que j’attendais avec impatience. Je ne serais pas incompris.

Si je n’avais pas d’anxiété, j’aurais plus confiance en moi. Je ne remettrais pas en doute ma capacité à écrire. Je ne me poserais pas de questions en tant que personne. Je ne remettrais pas en doute ma capacité d’aimer.

Si je n’avais pas d’anxiété, je n’aurais pas à appeler mes parents au milieu d’une crise d’angoisse, en les suppliant de venir me chercher juste pour me sentir un peu plus en sécurité.

Découvrez aussi : 9 conseils simples pour limiter naturellement l’anxiété

Si je n’avais pas d’anxiété, on ne me jugerait pas. Je ne serais pas jugé par des gens qui ne comprennent pas. Qui ne comprennent pas que c’est une maladie. Il s’agit d’un déséquilibre chimique dans mon cerveau que je ne peux pas contrôler.

Si je n’avais pas d’anxiété, je n’aurais même pas à m’expliquer chaque fois que je rencontre quelqu’un de nouveau ou pourquoi je dois partir. Je n’aurais pas à me défendre pour quelque chose qui échappe à mon contrôle.

Mais si je n’avais pas d’anxiété, je ne serais pas aussi fort que je le suis en ce moment. Je ne serais pas aussi résilient et aussi courageux.

Notez cet article