7 signes de dépression masquée à surveiller

dépression masquée

Source image: Pixabay

7 signes de dépression masquée à surveiller

Une dépression masquée est une dépression dont les signes psychiques de la maladie (souffrance morale et autodévaluation, pensées suicidaires…) passent à l’arrière-plan pour laisser la place aux signes physiques : douleurs diffuses musculaires et articulaires, fatigue et insomnie, manque d’appétit, céphalées, douleurs thoraciques… Les symptômes de cette maladie sont alors interprétés comme étant ceux d’une maladie somatique.

La dépression peut frapper tout le monde à un moment donné, mais beaucoup de gens n’expriment pas ce qu’ils ressentent et préfèrent le garder pour eux. Il y a peut-être quelqu’un dans votre entourage qui en souffre, mais on peut difficilement le remarquer de l’extérieur car cette personne ne veut pas être un fardeau pour ses proches, donc elle préfère le cacher. La dépression affecte  environ 350 millions de personnes de tous âges dans le monde, selon l’ Organisation mondiale de la Santé .

La dépression peut varier en fonction de la gravité des événements en cours dans la vie d’une personne, et peut varier dans le temps. La dépression résulte de nombreux facteurs différents, dont la génétique, l’alimentation, l’environnement, la personnalité et les déséquilibres chimiques dans le cerveau.

Malheureusement, beaucoup de gens dans le monde qui souffrent de dépression ne reçoivent pas l’aide dont ils ont besoin, soit parce qu’ils se sentent gênés de parler de leur santé mentale, soit parce que lorsqu’ils ont essayé d’expliquer leurs sentiments à d’autres personnes, elles leur ont donné l’impression d’être coupables ou faibles.

Reconnaître les signes de dépression n’est pas toujours facile, car les gens peuvent très bien la cacher. Recherchez les signes de dépression masquée suivants, en ce qui concerne à la fois vous et vos proches afin que vous et d’autres puissiez obtenir l’aide dont vous avez besoin.

VOICI 7 SIGNES DE DÉPRESSION MASQUÉE:

1. UNE PERTE D’APPÉTIT, OU UNE AUGMENTATION DE L’APPÉTIT.

Un autre symptôme fréquent de la dépression masquée est soit une perte d’appétit, soit une augmentation de l’appétit.  Gary Kennedy, titulaide d’un doctorat, directeur de psychiatrie gériatrique au Montefiore Medical Center dans le Bronx, New York, dit: «Un changement soudain de poids, soit une prise soit une perte, peut indiquer une dépression, surtout chez une personne qui a d’ autres symptômes de dépression ou des antécédents de dépression « .
Ces deux scénarios peuvent entraîner des complications graves, donc si vous remarquez que vous n’avez pas d’appétit, ou que vous mangez pour soulager vos émotions, vous pourriez être dépressif.

6. DISENT TOUJOURS « JE VAIS BIEN » QUAND QUELQU’UN DEMANDE.

Ceux qui souffrent de dépression sont devenus forts pour dissimuler leurs véritables sentiments, que ce soit pour ne pas avoir à parler à quelqu’un de leurs combats, ou parce qu’ils se sentent gênés. De toute façon, si vous remarquez que quelqu’un que vous aimez a tendance à ne jamais se plaindre et à garder ses sentiments pour lui, la plupart du temps, il peut avoir une dépression masquée.

depression-masquee-2

3. UNE PERTE D’INTÉRÊT POUR LES ACTIVITÉS QU’ILS AIMAIENT FAIRE.

Beaucoup de gens souffrant de dépression ne trouvent aucun intérêt à faire quoi que ce soit, et simplement le fait de sortir du lit peut sembler une tâche insurmontable la plupart du temps. Les gens qui sont déprimés essayent de faire des choses qu’ils aimaient autrefois, mais ne trouvent plus ces activités agréables. Par exemple, si avant vous aimiez danser, mais que vous n’avez plus envie de vous lever pour exécuter quelques pas de danse, que c’est une véritable torture pour vous, vous pourriez souffrir de dépression.

4. DES INSOMNIES RÉGULIÈRES.

Selon WebMD , 80% des adultes souffrant de dépression ont du mal à s’endormir ou à rester endormis. Les patients qui souffrent d’ insomnie chronique ont trois fois plus de risque de développer une dépression par rapport à ceux qui ne souffrent pas d’insomnie. De nombreux médecins croient qu’en traitant l’insomnie, la plupart des patients verraient une diminution drastique de leurs symptômes de dépression.

Si vous trouvez que vous avez du mal à dormir la plupart des nuits, et que vous avez remarqué que cela se passe régulièrement sur une longue période de temps, vous pourriez souffrir d’une dépression cachée.

5. VEULENT PASSER LA PLUPART DE LEUR TEMPS SEULS.

Les personnes souffrant de dépression perdent tout intérêt pour de nombreuses activités et personnes qu’ils aimaient autrefois, et ont tendance à s’isoler des autres. S’ils aiment passer la plupart du temps loin des autres, cela indique très probablement une dépression masquée.

6. L’ABUS DE SUBSTANCES AFIN DE FAIRE FACE À LA DÉPRESSION.

Beaucoup de gens prennent des substances pour de nombreuses raisons, mais cela peut indiquer une dépression masquée chez certaines personnes. La plupart du temps, les gens veulent juste évader leur esprit et leurs émotions pendant un court laps de temps, et peuvent facilement devenir accro à la substance, car cela offre le résultat souhaité. Même si c’est un signe évident de dépression, une personne qui abuse de substances comme les drogues et / ou l’alcool peut essayer de nier sa dépression et dire qu’elle prend cette substance pour d’autres raisons.

7. UN MANQUE D’ÉNERGIE LA PLUPART DU TEMPS.

Un des plus grands signes de dépression masquée est un manque d’énergie, qui provient soit de l’incapacité d’avoir un sommeil réparateur la nuit, soit des sentiments constants d’impuissance et de désespoir qui affligent l’esprit. Les deux peuvent causer un épuisement important. Cependant, vous pouvez combattre ces sentiments grâce à une alimentation saine, beaucoup d’eau, de l’exercice, et de la socialisation. Assurez-vous également de ne pas trop prévoir de choses dans la journée, de sorte à ne pas vous sentir dépassé.

11 commentaires à propos de “7 signes de dépression masquée à surveiller”

  1. C est pas normal que le monde fonctionne avec des maudite pillules moi sa fait deux ans je suis sur un choque post traumatique suite a un infarctus et choc cardiogenique trop de stresse dans la vie et aucune aides financiere pour tachever travaille pis creuve sur la job quelle belle vie

  2. Pourquoi je pleure le matin et quand le soir arrive. Je n’ai plus goût à rien je fais de gros efforts pour faire certaines choses. Et je ne veux pas en parler à famille.
    Il y a 8ans j’ai eu une séparation difficile après25 ans de mariage. Mais j’ai réussi à remonter parce que j’avais mes enfants. 1an après j’ai rencontré quelqu’un et on est toujours ensemble. Mais il y a 7 il a demandé la garde et l’a obtenue. J’ai fais appel et j’ai perdu. En 2013 j’ai eu un cancer du sein du au choc de mes problèmes.jai subi une ablation totale du sein droit. Avec tout les traitements chimio etc…. je suis en attente d’une date pour une reconstruction. Qui devait se faire en novembre. Je ne peux toujours pas me regarder dans le miroir. Je me degoute avec ce sein en moins.
    Mes enfants me manque mais ils veulent une mère qui va bien. Et j’ai une de mes filles qui ne veut plus me voir et je ne sais pas pourquoi. .
    Voilà j’ai des idées très noires

    • Bonjour Fabienne,

      Je ne suis pas médecin mais je voudrais vous faire par de mon expérience et donc de mon point de vue qui en découle pour vous faire réfléchir et surtout que vous ayez toute l’information si on ne vous l’a pas donné.

      J’ai une mère qui a eu et a beaucoup de difficultés dans la vie. Comme vous, elle a eu un cancer du sein pour lequel il a fallu tout enlevé. C’est le meilleur moyen de combattre la maladie et je crois que là cela ne se discute pas.
      En revanche, on lui a proposé une reconstruction qu’elle a accepté mais sans qu’on lui parle des risques de douleurs chroniques post-opératoire auxquelles elle doit faire face aujourd’hui. Ma mère est une personne anxieuse et peut-être dépressive. Ce profile est connu, il suffit de chercher sur internet, pourtant elle n’a pas été mise en garde. La médecine fonctionne trop à l’acte réalisé et dit ne rien pouvoir quand vous allez les revoir.

      Bien que je suis en période de dépression moi-même je ne peux prétendre vous comprendre même si j’ai aussi eu des idées noires à un moment. Je n’ai pas d’enfant et n’ai pas eu d’opération traumatisante.
      Ce que je vous conseille c’est de poser des questions sur les douleurs chroniques post-opératoires pour comprendre les risques. Faites vous aidez par votre compagnon si vous avez des difficultés à y voir clair pendant l’entretien avec voir médecin. Il n’y aura pas de marche arrière après.
      J’ai l’impression que vous êtes déjà dépressive et je pense que cette opération ne vous devrez pas être conseillée. Vous devriez déjà vous occuper de votre mental en tout premier.

      En vous souhaitant bon courage.

  3. Bonjour,
    est ce que la dépression on traite que par des médicaments ? il n’y a pas des autres solutions? thérapie par exemple ?
    Ma femme souffre de dépression aigu, elle pense toujours au suicide! je sais pas quoi faire? j’ai deux bébés à la maison, je peux pas les amener à la crèche, je peux pas embaucher une femme comme baby-sitter à la maison, je sais pas quoi faire ? je vis en cauchemar tout simplement.

    • Bonjour, il n’y as pas que les médicaments et heureusement. ce qui peux aider ? la méditation, le sport, marcher au contact de la nature, parc forêt ou simplement à la campagne. les médecines alternative comme l’acupuncture, les huiles essentiel. Enfin bref on peux faire beaucoup sans médicaments, mais surtout faire bouger votre femme petit à petit sans brusquer les chose. Des sport comme le Taichi Chuan, le yoga,la marche nordique, le vélo préférer les sports cardio ou l’effort n’est jamais violent mais plus tôt ou l’effort est progressif ce qui permet de faire des séance plus longue c’est le plus bénéfique. Mais aussi toute activités créative, dessin, peinture, photographie, etc etc Et vous faire aider aussi !
      Je vous souhaite beaucoup de courage cher monsieur. J’espère vous avoir un peu aidé.

      Phil.

  4. C’est bien d’attirer l’attention sur ce tableau clinique, mais il faudrait ajouter qu’il s’agit de la « dépression essentielle », décrite en premier par les psychanalystes de l’Institut de Psychosomatique de Paris. Il faudrait ajouter aussi que la psychothérapie pour ce genre de dépression demande une formation spéciale, et des connaissance particulières sur le mécanisme psychique en question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*