Plonger un homard dans l'eau bouillante

Le 2 Mars 2018. Image crédit / Pixabay

Plonger un homard dans l’eau bouillante n’est plus autorisé en Suisse

Depuis le 1er mars 2018, en Suisse, les homards vivants ne doivent plus être plongés dans l’eau bouillante.

En Suisse, mettre un homard vivant dans l’eau bouillante est interdit depuis le 1er mars 2018.

Des homards vivants précipités dans une casserole d’eau bouillante ? Dans l’hexagone, la pratique culinaire est courante mais en Suisse, c’est maintenant interdit. Une ordonnance, entrée en vigueur le jeudi 1er mars, proscrit la méthode qui consiste à plonger les homards vivants dans de l’eau bouillante, précisant que ces derniers devront être étourdis avant d’être tués.

Les homards doivent être assommés avant la mise à mort

Dans le cadre d’une révision des lois relatives au bien-être animal, le gouvernement fédéral a souligné lors d’une séance le 10 janvier 2018 qu’à compter du 1er mars, « la pratique consistant à plonger les homards vivants dans l’eau bouillante, commune dans les restaurants, ne sera plus autorisée« . Ils « devront désormais être étourdis avant d’être mis à mort« , selon l’ordonnance émise par le gouvernement fédéralD’après la télévision publique RTS, seuls les chocs électriques ou « la destruction mécanique du cerveau » restent autorisés par la loi.

Cette ordonnance intervient alors que les défenseurs des droits des animaux et des scientifiques estiment que les homards et autres crustacés – dont les crabes -ont des systèmes nerveux complexes et qu’ils ressentent très certainement de la douleur lorsqu’ils sont ébouillantés. De plus, ces animaux ne peuvent plus « être transportés sur de la glace ou dans de l’eau glacée« . « Désormais, les espèces aquatiques doivent toujours être détenues dans leur milieu naturel« , selon cette décision.

Voir également : Maltraitance animale: elle pourrait bientôt être pénalement punie en France

L’ordre du jour :  le bien-être animal

Lors de la séance du 10 janvier 2018, le Conseil fédéral n’ a pas uniquement étudié le cas des homards. Il a aussi pris la décision de règlementer toutes les manifestations publiques présentant des animaux. Ainsi, « l’organisateur de manifestations avec des animaux, comme des expositions ou des compétitions sportives, devra dorénavant veiller à ce qu’une personne compétente prenne soin des animaux« . Les animaux stressés dans les manifestations devront être écartés.

Pour lutter contre le trafic de chiens, le gouvernement suisse oblige désormais les vendeurs à mentionner leur adresse et l’origine des animaux dans les petites annonces. En outre, tous les dispositifs qui doivent empêcher un chien d’aboyer sont maintenant interdits, ce qui comprend aussi ceux qui éjectent un jet d’eau ou de l’air comprimé de façon automatique quand le chien aboie.

Voir aussi :Communication animale :  Le cadeau des animaux AST avec AFP et   www.sciencesetavenir.fr/

Notez cet article