Surmonter la peur de l’abandon : lettre à ceux qui ont été délaissés

Surmonter la peur de l'abandon

Réussir à surmonter la peur de l’abandon

La peur de l’abandon est comme un nuage qui nous suit, parfois dès la plus tendre enfance. Cela peut aussi être dû à des situations qui ont lieu plus tard dans la vie.

Par Louise Meunier. Le 29/01/2019.

Cette peur peut devenir invalidante et peut conduire au désespoir.

Dans les relations romantiques, elle peut se présenter sous différentes formes. Nous pouvons prendre nos distances et rester sur nos gardes. Ou nous pouvons nous accrocher et supplier pour avoir quelques signes subtils de validation.

Parfois, cette peur est tellement forte que nous sommes dans l’incapacité d’avoir des relations. Nous avons même peur que cela ne se reproduise, surtout si des sentiments traumatisants persistent comme un fantôme menaçant de nos relations passées.

Personnellement, cela a été l’un des plus grands défis de ma vie.

Je me souviens de ce sentiment quand j’étais jeune, même si je ne le comprenais pas à l’époque. Je n’étais pas aussi proche de mes parents que les autres enfants. Et sans entrer dans les détails, je l’ai vécu pendant une grande partie de ma croissance.

Des décennies plus tard, j’ai réalisé que c’était moi qui abandonnais d’abords certaines relations, ou que je me sentais abandonné.

À cette époque, j’ai commencé à me poser des questions.

Quel était mon rôle ?

Je jouais très clairement un rôle. J’ai choisi ces relations, même si mes partenaires étaient là de leur plein gré. Et aujourd’hui, je suis reconnaissant d’avoir appris et expérimenté de ces relations.

Je ne veux pas juger les personnes qui ont vécu cela, et je ne veux pas non plus me sentir comme une victime.

En fait, j’ai essayé d’assumer le rôle d’observateur dans ma vie afin pour briser ce cycle de la dynamique des relations.

J’ai vécu l’abandon au moment où je m’y attendais le moins. J’avais fait beaucoup de travail sur moi-même et je pensais que tout était clair. En effet, j’avais atteint un certain niveau d’indépendance, de conscience de moi-même. Je ressentais même une certaine liberté.

Ce type d’abandon a brisé tout mon monde pendant très longtemps.

Il est sorti de nulle part. «Fais-moi confiance», me répétais sans cesse cette personne, et après un long moment, je l’ai fait. Je me sentais désormais en sécurité.

C’est arrivé juste au moment où les choses semblaient solides. J’avais l’impression qu’on avait arraché le tapis sous mes pieds et que j’avais atterri de tout mon poids sur le sacrum.

Ceux qui luttent contre cette peur spécifique savent que nous avons tendance à ressentir non seulement les effets de notre situation actuelle, mais aussi nos expériences collectives d’abandon, comme un raz-de-marée qui menace de nous noyer.

Depuis lors, grâce au soutien d’amis, d’enseignants, de guérisseurs, mais surtout de moi-même, j’ai eu une prise de conscience.

Ma peur de l’abandon des autres était ma peur de m’abandonner moi-même.

Enfant, je n’avais pas encore cette sagesse. Je lisais des livres, j’écrivais, je dessinais et faisais de mon mieux pour paraître conforme aux attentes de la société, mais j’ai lutté.

En tant qu’adulte, je peux choisir.

Je peux choisir mes relations mais, plus important encore, je dois choisir ma réponse à la dynamique des relations. J’avais peur de me perdre dans une relation. Je craignais la codépendance, et j’avais peur de l’abandon, donc je ne parvenais pas à vivre ou à aimer pleinement.

Cette peur de l’abandon a disparu surtout quand je suis resté fidèle à moi-même après cette situation inattendue. J’ai pleuré, j’étais honnête à propos de ce que je ressentais avec mes amis et au final, je ne me suis pas abandonné.

Je ne me suis pas perdu. Je n’ai pas laissé les peurs et les actions affecter ma confiance en soi, comme je l’avais déjà fait dans des situations similaires.

La peur de l’abandon découle de la perspective malsaine du besoin et du manque. Un véritable engagement sain et affectueux ne peut exister pleinement si cette peur est présente. En effet, c’est comme un virus dans la relation, capable de briser même les relations les plus solides et stables.

Cette crainte me vient encore de temps en temps, mais maintenant que je comprends qu’elle provient principalement d’un manque de confiance en moi, je parviens à me désengager.

Désormais, je me fais confiance.

Si les gens veulent rompre, c’est leur choix.

C’est à nous de choisir comment nous réagissons ou, mieux encore, comment nous répondons.

Choisir de rester avec soi-même lors des moments les plus difficiles peut être complexe.

Choisir de rester centré, faire ce qui est bien pour vous, traiter et écouter les émotions, est le moyen d’éviter que les blessures perçues ne deviennent des cicatrices ou des handicaps émotionnels.

Nous pouvons choisir de ne pas nous abandonner, de nous nourrir de manière saine. Et nous pouvons choisir de reconnaître notre propre valeur.

Nous pouvons savoir avec certitude et réaliser que nous existons, par conséquent, nous en sommes dignes.

Quelques mois plus tard, la personne m’a contacté pour me voir. Je savais que cela allait arriver et nous avons pris le thé ensemble. Elle s’est sincèrement excusée et a déclaré qu’elle se sentait très mal à propos de ce qui s’était passé. Je sais qu’il lui a fallu beaucoup de force pour le faire et j’ai décidé de lui pardonner. Je lui ai fait un câlin et lui ai sincèrement souhaité bonne chance.

Après avoir fait cela, je me suis senti soulagé. J’ai vraiment apprécié ses excuses, même si cela n’était pas nécessaire pour ma guérison. Je pense que la libération ressentie était le résultat de la libération de son propre fardeau, qui a été rendue possible par mon pardon.

Nous pouvons nous aimer dans ces situations, tout en pardonnant «l’autre», peu importe la situation.

Plus important encore, nous pouvons nous pardonner à nous-mêmes et à eux-mêmes de tout abandon présumé. Ainsi, nous pouvons nous tenir debout et marcher vers l’amour.

Notez cet article

Une réponse à “Surmonter la peur de l’abandon : lettre à ceux qui ont été délaissés”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*