Comment survivre à la perte d’une personne sans qui nous ne pouvons pas vivre

Le 11 décembre 2018. Image crédit :depositphotos.com

Par Éric Fontaine

Comment survivre à la perte de quelqu’un sans qui nous ne pouvons pas vivre

Même si vous vous y attendiez, les nouvelles vous assommeront. Vous aurez l’impression d’avoir laissé votre corps derrière vous et de planer légèrement au-dessus de vous-même, regardant la scène se dérouler comme un film épouvantable.

Et hurlez à la personne qui vous le dit que c’est impossible et refusez d’y croire.

Vous lui dites que ça ne peut pas vous arriver, pas à vous.

Vous trébuchez, d’une certaine façon pendant les premiers jours. Et réalisez que les sons d’animaux désespérés que vous entendez viennent de votre propre corps. Vous vous demandez comment font vos poumons pour continuer à se remplir d’air. La manière dont le reste du monde continue d’avancer vous émerveille: les humains se précipitent pour travailler, la terre continue de tourner autour du soleil, sans cesse, de façon irrévérencieuse.

Écoutez comme les gens jettent leurs mots bien intentionnés à votre façon. Il est mieux là où il est maintenant. Il veille sur toi désormais. C’était la volonté de l’Univers. Faites preuve de courage et de force. Ils lancent ces mots car ils ne savent pas quoi dire d’autre, dire la vérité fait trop mal, c’est terrible. Je ne sais pas comment vous allez survivre. Comment peut-on laisser cela se produire?

Écoutez les mots résonner dans votre tête : Il est mort. Ou: elle est morte. Ces mots vous poussent à traverser le pont de votre ancienne vie vers votre nouvelle vie. Ce n’est pas un pont que vous vouliez traverser, vous le détestez , mais vous ne pouvez pas revenir en arrière.

C’est le pont sur lequel vous vous trouvez.

Vous vous effondrez, imaginant combien chaque événement de votre vie sera maudit-amer parce que cette personne ne sera plus là. Vous vous direz : pourquoi moi? La réponse ne viendra jamais.

Vous avez peur d’aller dormir, pas à cause des cauchemars mais parce que vous en rêverez encore une fois, et pendant une fraction de seconde, lorsque vous vous réveillerez dans la douce confusion entre sommeil et conscience, vous penserez que sa mort est une erreur.

Découvrez également : La perte d’un parent peut avoir des conséquences négatives sur le plan mental, émotionnel et physique

Vous remarquez, malgré vous, de petits restes de beauté: un ciel étoilé. Le visage chantant d’un inconnu. La pensée vous submergera pendant un instant: tout ira bien.

Vous reprochez à votre proche décédé de vous avoir abandonné, d’avoir tout gâché, d’avoir provoqué cette infinie douleur.

Excusez-vous pour votre rage. Pardonnez-lui et pardonnez-vous.

Asseyez-vous en cercle avec d’autres individus qui ont perdu une personne sans laquelle ils ne peuvent pas vivre. Et découvrez qu’il y a une armée silencieuse sur toute la terre et qui est composée de personnes qui sont en train de traverser le même pont que vous. Découvrez pour la première fois depuis longtemps, qu’on comprend ce que vous traversez, que nous n’êtes pas seul.

À l’approche de l’anniversaire de sa mort, vous vous méfiez. Cela ressemble à un portail et vous fait penser, pendant une seconde, que vous auriez pu empêcher sa mort. Vous vous couchez et vous réveillez le lendemain, surpris d’avoir toujours aussi mal, d’avoir réussi à survivre toute une année sans cette personne.

Laissez le temps vous pousser à traverser ce pont. Laissez-le vous montrer ce qui existe toujours: votre esprit vif, votre cœur nerveux, un avenir qui n’est pas celui que vous souhaitiez, mais qui est celui qui vous attend.

Notez que vous n’avez pas pleuré depuis une journée, une semaine, deux semaines. Soyez reconnaissant pour la grande force de l’esprit humain.

Vivez votre vie douce, dure et singulière. Construisez quelque chose de fort et de beau.


Reculez et regardez le pont que vous avez traversé. Vous étiez là, et là, et là. Votre perte vous a endurci mais également adouci. Et cela vous a transformé en quelqu’un de plus méfiant mais aussi de plus éveillé.

Réalisez que nous sommes tous en train de trébucher sur notre propre pont. Que ce monde n’est pas fait pour les âmes sensibles, et que ce n’est peut-être pas celui que nous aurions choisi, mais c’est le monde dans lequel nous sommes. Dites je t’aime. Et je suis désolé. Dites j’ai survécu.

Lire aussi : La perte d’un parent est un véritable calvaire, ne me dites pas que je dois faire mon deui

2 commentaires à propos de “Comment survivre à la perte d’une personne sans qui nous ne pouvons pas vivre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*