Comment les symptômes de l’anxiété peuvent nous guider vers la guérison

Le 27 Juillet 2018. Image crédit :depositphotos.com

Comment les symptômes de l’anxiété peuvent nous guider vers la guérison

Sylvain B.

Ma première attaque de panique est survenue quand j’avais environ 25 ans, j’étais en train de conduire sur l’autoroute qui conduisait à Paris. Je racontais un rêve à un ami que j’avais fait la nuit d’avant. Tout à coup, je ne pouvais plus respirer, mon cœur s’est emballé, ma vision s’est brouillée et j’ai dû m’arrêter d’urgence sur le côté. Si vous avez déjà été pris d’une attaque de panique, vous savez combien c’est terrifiant, vous avez l’impression que vous allez mourir ou que vous allez devenir dingue.

Cette expérience a provoqué une série d’événements internes et externes qui sont devenus les plus beaux cadeaux de ma vie.

Cela s’est produit il y a plus de 20 ans. Après avoir lutté pendant près de 10 ans, obtenu une maîtrise en psychologie et passé des années à travailler avec un thérapeute qualifié, j’ai peu à peu commencé à réaliser que l’anxiété était une bénédiction.

Au lieu de la repousser, j’ai commencé à écouter les messages qu’elle m’envoyait à mesure qu’ils arrivaient sous différentes formes et déguisements: par exemple au milieu de la nuit sous la forme de rêves et de cauchemars ou dans les premières heures du matin sous la forme de frissons.

Plus j’écoutais cette angoisse au lieu de souhaiter sa disparition, plus je la voyais comme un signal d’alarme provenant de la psyché, le monde souterrain de notre inconscient qui exige notre attention pour guérir et évoluer.

Voir aussi : Explication des crises de panique et comment les éviter

L’anxiété cherche à nous aider à guérir.

Ce n’est évidemment pas la façon dont notre monde médical ou psychologique occidental voit l’anxiété. Comme toutes les formes de douleur, nous cherchons à éradiquer l’anxiété le plus rapidement possible avec des médicaments ou différentes thérapies avec pour unique objectif de faire disparaître le symptôme.

Mais nous avons tort de ne pas voir les symptômes de l’anxiété comme l’insomnie, les maux de tête, les palpitations cardiaques, le bavardage incessant axé sur une question sans réponse comme des messages. Nous avons peur de l’anxiété, nous voulons l’éradiquer avant qu’elle puisse parler.

Pour décrypter les messages envoyés par l’anxiété, nous devons accepter de subir la douleur.

Nous devons accepter de ralentir assez pour explorer avec curiosité et compassion ce qui nous affecte à l’intérieur, les besoins qui ne sont pas satisfaits, les anciennes croyances nous pouvons libérer, et les sentiments refoulés. L’anxiété est l’enfant oublié qui dit: «Je suis là. Je souffre. Écoute-moi s’il te plaît. » Nous pouvons l’ignorer comme nous l’avons fait toute notre vie, ou nous pouvons lui dire:« Je suis là. Je veux entendre ta douleur. Je veux te retenir pendant que tu pleures. »

À la base, l’anxiété nous invite à nous soigner et à devenir la mère ou le père intérieur aimant que nous n’avions pas.

Quand je dis aux gens que l’anxiété est un cadeau, étant donné mon travail, ils me regardent avec incrédulité. Comme ils ont passé leur vie à lutter contre l’anxiété, ils ne comprennent pas que leur anxiété soit autre chose qu’un fardeau.

Découvrir : 9 conseils simples pour limiter naturellement l’anxiété

Cet état d’esprit basé sur la honte n’atteint qu’un seul but: ancrer davantage l’anxiété. Donc, la première étape, et souvent la plus difficile, consiste à travailler de façon efficace avec l’anxiété pour réaliser que vous n’avez aucun problème.

Votre seule erreur est de ne pas avoir été guidé pour accepter votre sensibilité car vos parents ne savaient pas comment accepter la leur. Ce n’était pas leur faute, eux aussi ont probablement grandi avec des parents qui ne savaient pas comment s’occuper de leurs propres sentiments.

La sensibilité qui n’est pas guidée devient de l’anxiété par la suite.

Quand on nous dit que nous sommes «trop» (trop sensibles, trop émotifs, trop sérieux, trop analytiques), nous développons l’état d’esprit selon lequel nous sommes brisés, et transmettons cette croyance de brisement à travers les générations. Pour écouter le message de l’anxiété, il faut briser ces murs de honte et accepter la sensibilité comme un cadeau.

Quand on se lie d’amitié avec l’anxiété et qu’on l’invite à la table de banquet de la psyché au lieu de la bannir, tout change. Il ne s’agit pas d’un changement rapide.

Au contraire, il s’agit d’un changement subtil qui se produit à l’intérieur et qui vous ouvrira des chemins cachés et des mondes oubliés qui sont des passerelles vers la guérison.

Un commentaire à propos de “Comment les symptômes de l’anxiété peuvent nous guider vers la guérison

  1. Bonjour
    Merci pour cette article et cette façon de voir la situation,
    cela raisonne en moi , donc une vérité relative :-)))
    A très bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*