Le syndicat des magasins spécialisés bio s’en prend aux grandes surfaces

magasins spécialisés bio

Dénonçant le green-washing ( un procédé de marketing ou de relations publiques utilisé dans le but de se donner une image de responsabilité écologique trompeuse) et l’appât du gain des grands supermarchés, Synadis, le syndicat des magasins bio, a dévoilé une vidéo puissante et percutante.

Les 1 500 magasins bio, adhérant au syndicat (Synadis bio), qui représentent 1/3 de la distribution bio dans l’hexagone, ont décidé de prendre la parole ensemble à travers une vidéo. Ils perlent du manque de cohérence qui entoure cette agriculture et veulent remettre le sens et les valeurs au centre du débat.

Face à la concurrence énormes de la grande distribution, les magasins spécialisés bio ont tapé fort et de montrer leur différence. Une vidéo ironique et puissante qui dénonce le double discours des grande supermarchés (vidéo ci-dessous).

Peut-on faire la promotion d’une alimentation biologique quand on vend également (et surtout) des produits issus de l’agriculture traditionnelle?

Pour le syndicat des magasins bio, la réponse est non.

Et voici leur slogan : « Pour certains, le bio, c’est juste une étiquette. Pour nous, c’est une éthique. »

Pour le dire plus simplement, l’emballement des grands supermarchés pour le bio relèverait plus du marketing et des opportunités économiques que d’une vrai prise de conscience écologique et environnementale.

C’est ce que défend ce spot satirique.

« C’est vraiment très important pour nous de vendre du bio. Vous savez pourquoi ? Parce que ça rapporte énormément d’argent et que ça améliore notre image. Vous croyez quoi ? Qu’on fait ça par conviction ? Ça nous empêche pas de faire pousser des pommes pleines de pesticides juste à côté. »

Outre la vidéo, les magasins spécialités ont fait un pacte, sorte de manifeste, qui présente des garanties communes à tous les magasins, autour de 5 choses importantes : des magasins 100 % spécialisé bio, aucun fruit et légume qui proviennent de serres chauffées, la lutte contre les emballages, des modes de transport plus écologiques, et des relations éthiques avec les fournisseurs.

Une diatribe sans concession pour la grande distribution.

Frédérique dumont

C’est très probablement mon père qui m’a transmis cette passion que j’essaierai moi-même de transmettre à mes enfants. Dès que j’ai un peu de temps, je profite de l’occasion pour aller observer la nature et les animaux. Par ailleurs, je m’intéresse également à tout ce qui touche la santé et les remèdes de près ou de loin, je suis fasciné par toutes les méthodes d’investigation, vérifiables et reproductibles ayant pour but de produire des connaissances. J’ai donc décidé de rédiger des articles qui touchent à ces domaines. J’espère pouvoir vous transmettre un peu de mon savoir et de mes connaissances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *