TERRIBLE TWO

Le 9 Avril 2018. Image crédit : Pixabay

TERRIBLE TWO : L’ULTIME GUIDE DE SURVIE !

Il s’agit de votre premier enfant, vous êtes complètement gaga avec lui, votre amour à son égard semble sans limite et inconditionnel. Toutes vos amies qui sont déjà mamans vous ont mis en garde : ‘’ attends qu’il soit dans son terrible two ‘’. Vous vous êtes dit : ‘’ ce sera différent ici, ca ne doit pas être si pire que ça’’. Une fois votre petite merveille dans son terrible two, vous souhaitez parfois secrètement pouvoir effectuer un retour à l’expéditeur !

Voici donc le seul et l’unique TERRIBLE TWO : L’ULTIME GUIDE DE SURVIE !

Pourquoi le Terrible two ? Comment l’explique-t-on ? 

En bas âge, l’enfant est pratiquement dépendant à cent pour cent de ses parents. Sa capacité à se déplacer et son autonomie sont relativement peu développées. De plus, ses capacités de pouvoir communiquer ses besoins de façon précise et adéquate font encore défaut.

Ils commencent à devenir une personne à part entière. Ils ne sont plus complètement inutiles à pouvoir effectuer des tâches simples et ils se feront un plaisir de vous en informer en vous disant la fameuse phrase : ‘’ Je suis capable tout seul bon ! ‘’. Ils souhaitent désormais faire les choses seules à leurs façons et comme des grands ! 

Une autre raison pour laquelle les enfants de 16 à 36 mois vivent des périodes si difficiles est parce qu’ils sont pris entre deux périodes de leur développement. Ils ne sont plus des bébés mais en même temps, ils ne peuvent pas communiquer comme ils le souhaiteraient, ce qui leur cause d’incroyables frustrations! Les idées se bousculent dans leur tête à une vitesse folle mais ils ne peuvent nous les exprimer fidèlement comme elles le sont dans leur esprit !

Vouloir n’égale pas toujours pouvoir !

Un autre aspect majeur qui cause des frustrations et qui engendre des crises de bacon est le fait que les jeunes enfants n’ont pas les moyens de leurs ambitions. Je m’explique, ces bambins élaborent des plans pas possibles dans leur tête. Cependant, lorsque vient le temps de les mettre à exécution, ils constatent rapidement qu’ils n’ont pas soit : la force physique nécessaire, la motricité fine, la grandeur ou encore le vocabulaire nécessaire pour mener à terme leur quête ! Ainsi, ils deviennent envahis par la frustration, l’impuissance, la colère et arrive ce qui doit arriver : La fameuse crise du bacon !

Comment y survivre et comment répondre à ses besoins ? 

Pensez prévention :

  • Je vous conseille fortement de vous faire un plan de match avec votre conjoint ou conjointe avant de vivre cette période éprouvante. Discutez ensemble de comment vous voyez les choses et décidez des interventions et des enlignements que vous devrez mettre en application. Faites-vous des mises en situations etc. 
  • Planifier au maximum vos activités quotidiennes en fonction d’eux. Concrètement, évitez à tout prix des sorties lorsque que cela vient se rapprocher de l’heure de la sieste.
  • Assurez-vous d’avoir de quoi collationner avec vous pendant vos activités. Un enfant qui a faim ne sera pas dans un état d’esprit optimal.
  • Soyez vigilant face aux signes précurseurs à une crise. Offrez-lui un moyen pour retrouver son calme (jouer aux blocs lego, s’étendre avec sa doudou, regarder ses cartes de hockey, faire un bricolage).
  • Si vous devez aller au magasin, planifiez le dans un moment où vous savez que votre progéniture est habituellement de bonne humeur, réceptif et collaborant. 
  • Avant une sortie, testez son état d’esprit et son niveau de fatigue en lui demandant des consignes simples. Si vous constatez qu’il rouspète ou qu’il a envie de s’opposer à vos consignes, vous aurez votre indicateur que ce n’est peut-être pas un bon moment pour sortir avec lui.
  • Plusieurs enfants n’aiment pas le changement. Ainsi pour les aider à se projeter dans le temps et pour faciliter les transitions, informez de la fin d’une activité ou encore d’un départ quelques minutes avant l’échéance.

Lorsque la prévention ne fonctionne pas, intervenez !

  • Gardez votre calme, lorsque votre enfant n’est plus en contrôle de ses émotions, il a besoin de sentir que les adultes autour de lui le sont. Lorsque la crise est passée, ne faites pas de retour, passez à autre chose et retournez dans le plaisir.
  • Lorsqu’il fait une crise de bacon en public, vos mots sont inutiles. Prenez-le dans vos bras, quittez l’endroit bruyant et trouver un lieu calme.
  • Utilisez l’humour pour tenter de changer son état d’esprit !

L’espoir !

Gardez à l’esprit que votre enfant est limité au niveau du contrôle de ses émotions. Ajustez vos attentes en fonction de ses capacités. Donnez-leur des occasions de vous prouver qu’ils sont bons, qu’ils sont des grands et qu’ils ont de quoi être fiers de leurs victoires, aussi petites peuvent-telles être! En un rien de temps, cette étape normale du développement des enfants sera histoire du passé et vous vous surprendrez même à dire que : ‘’ Mon dieu, il grandit beaucoup trop vite ! ‘’. 

Guillaume Rancourt son site :  www.cliniquedelenfant.ca/
Notez cet article