qu'est-ce que tu fais dans la vie

Un texte donne une réponse inspirante à la fameuse question « qu’est-ce que tu fais dans la vie ? »

Lorsque nous rencontrons des gens, ou que nous retrouvons d’anciens amis après plusieurs années, il y a toujours cette fameuse question qui revient dans la conversation au bout de quelques minutes « Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? »

Le 19/03/2019 Par Éric Fontaine

Nous sommes tous confrontés à cette question et il faut bien avouer que c’est énervant parfois.

Pourtant, c’est dommage de vouloir définir une personne selon le diplôme qu’elle a ou au métier qu’elle exerce. Et les personnes qui récitent leur parcours professionnel ne sont pas vraiment plus impressionnantes. Notre vie ne se résume pas à notre travail, ce n’est pas le seul critère pour nous décrire. Chercher à définir une personne par son métier est pourtant dommage. Et ceux qui se présentent en récitant leur CV ne sont pas plus impressionnants. Car la vie ne se résume pas à un emploi, loin de là.

La question « qu’est-ce que tu fais dans la vie ? ».

Est parfois exaspérante et nous ne savons pas toujours quoi y répondre. Porter un jugement sur la vie d’une personne par son travail ou son statut social peut vraiment être pénalisant. Certains ont un parcours atypique qu’ils peuvent difficilement expliquer tant que d’autres sont très à l’aise et se vantent de leur carrière.

Être défini par son emploi est très limitatif, car cela voudrait dire que nous n’étions personne avant de travailler. Et qu’une fois à la retraite ou au chômage nous ne serons plus personne non plus.

Voici une réflexion partagée par Psychanalyse Jungienne dans ce texte qui est devenu viral :

« Et toi, qu’est-ce que tu fais dans la vie ?
Qui ne s’est pas entendu poser cette question ? Lors de la rencontre avec une nouvelle personne, dans un dîner, lors de retrouvailles avec des copains d’enfance, ou encore en discutant avec un voisin.
« Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? »
J’ai invariablement envie de répondre : « Moi ? oh dans la vie, je me promène, je m’éclate, j’apprends des choses, je lis, j’admire la nature, je communique avec des gens, je m’émerveille, je profite, JE VIS, quoi ! ».
Pourtant je sais bien que la question véritable est « quel est le métier que tu exerces ? », comme si notre profession était toute notre vie, comme si notre activité professionnelle était le premier, voire le seul critère pour nous définir.
Alors oui, je sais, la plupart des gens passent la plupart de leur temps AU TRAVAIL, mais je ne suis pas « juste » mon activité professionnelle. Et surtout, je n’aime pas les étiquettes. Je n’aime pas être mise dans une case selon que je suis secrétaire, ingénieur, femme de ménage, chef d’entreprise ou avocate.
D’autant moins que, derrière cette question apparemment innocente « qu’est-ce que tu fais dans la vie », il y a souvent un besoin de se comparer, de savoir ce que vaut l’autre par rapport à soi.

« Il est assez stérile d’étiqueter les gens
et de les presser dans des catégories. »
(Carl Gustav Jung)
Vous n’êtes pas ce à quoi vous ressemblez physiquement, vous n’êtes pas ce que vous faites, vous n’êtes pas ce que vous possédez, vous n’êtes pas ce que les autres pensent de vous… Arrêtons de mettre les gens dans des cases, de coller des étiquettes selon que vous êtes maigre, grosse, blonde, handicapée, femme de ménage, cadre supérieur, issue d’une famille bourgeoise, de nationalité étrangère etc.
Vous êtes bien plus qu’un corps physique, une couleur de cheveux, une nationalité ou un métier. Vous êtes, avant tout, un être spirituel qui vit une expérience humaine, avec des idées, avec des rêves, des sentiments.
Vous êtes VOUS.
Soyez pleinement ce VOUS sans vous laisser enfermer dans des cases, et sans étiqueter les personnes que vous rencontrez. Sinon, vous passez à côté de leur essence, de leurs qualités.
Et sinon… euh… qu’est-ce que vous faites, vous, dans la vie ?
–  bah je fais de mon mieux ! »

5.0
02