Thérapie par empathie : comment améliorer la qualité de vie des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer

Thérapie par empathie

Le 26 Novembre 2018 Image crédit :depositphotos.com

Thérapie par empathie : comment améliorer la qualité de vie des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer

Par Lucie Meyer

On croit souvent à tort que ceux qui souffrent de la maladie d’Alzheimer ou d’une autre démence se déconnectent du monde extérieur présent pour aller dans leur monde irréel interne, mais c’est faux.

Mais quand nous croyons que la personne qui souffre d’Alzheimer n’est plus celle qu’elle était autrefois, elle perd son identité face à la société et ses sentiments n’ont presque plus aucune valeur.

En nous mettant à leur place, nous pouvons réaliser qu’il est tout à fait logique d’être effrayé face à l’insistance de notre entourage, d’être incapable d’exprimer nos besoins ou nos sentiments, de ne pas réussir à reconnaître ceux qu’on aime au quotidien, de ne pas réussir à mettre un nom sur ce qu’on attend constamment de nous.

Nous ne nous mettons pratiquement jamais à la place de ceux qui souffrent d’Alzheimer. Mais si nous le faisions, nous réaliserions que ce quotidien peut paraître effrayant et déroutant. Nous réaliserions l’angoisse ou d’autres réactions émotionnelles qui nous paraissent mal proportionnées par rapport à notre vision « saine » du monde.

La thérapie par empathie, une thérapie qui se focalise sur la personne

Ces dix dernière années, des modèles d’attention et de communication focalisés sur la personne ont émergé. Ces modèles thérapeutiques et de relation estiment qu’il est essentiel que les personnes qui entourent le patient qui souffre d’Alzheimer le stimulent.

Autrement dit, il faut veiller à faire preuve d’empathie avec la personne qui est atteinte de démence, conserver son identité et adopter une attitude bienveillante et compréhensive par rapport aux dégradations comportementales qui déroutent et causent tant de gêne chez les soigneurs et les personnes proches.

Voir aussi : Une scientifique recommande ces jeux de réflexion pour aider à prévenir la maladie d’Alzheimer

Ceux qui soutiennent ce modèle d’attention mettent en avant le besoin de garder le principe de dignité des gens. Il est donc important de faire preuve d’empathie pour entrer en syntonie avec la réalité interne des personnes touchées par la démence.

Le but est de pouvoir leur conférer sécurité et force, en veillant à ce que la personne se sente « validée » et puisse exprimer ce qu’elle ressent. Il faut savoir qu’une personne peut retrouver sa dignité uniquement quand elle peut exprimer ses sentiments.

Valider, c’est dire à la personne que ses sentiments sont justes et valides. Quand nous ignorons les sentiments de la personne, nous supprimons son identité et nous créons ainsi une profonde brèche émotionnelle.

Principes de base de la thérapie par empathie

-Accueillir la personne sans porter de jugement(Carl Rogers)

-Considérer la personne comme quelqu’un d’unique (Abraham Maslow)

-Les sentiments qui sont d’abord exprimés puis reconnus et validés par une personne de confiance perdront en intensité. Quand on les ignore ou qu’on les refoule, les sentiments se renforcent. « Un chat ignoré se transforme en tigre » (Carl Jung)

-Tous les êtres humains sont précieux, indépendamment de l’état de désorientation dans lequel ils se trouvent (Naomi Feil)

Ceux qui souffrent d’Alzheimer ou d’autres démences ont besoin de se reconnecter au monde

Ce n’est pas parce qu’une personne ne peut plus s’exprimer verbalement qu’elle n’a pas besoin de le faire. Il est important de s’adapter aux besoins des personnes touchées, de se connecter à leur humeur et de se fondre dans un même sentiment.

Lire également : Alzheimer aurait un lien avec le manque de sommeil

Comme l’a déclaré Tomaino, « il est toujours étonnant de voir une personne totalement éloignée du présent à cause d’une maladie comme Alzheimer, revivre quand elle entend une chanson qui lui est familière. La réaction de la personne peut varier d’un changement de position à un mouvement rempli d’entrain: du son à la réponse verbale.

En général, il y a une réaction, une interaction. La plupart du temps, ces réponses qui paraissent délirantes peuvent en dire long sur la conservation d’une personne et sur la manière dont les histoires personnelles peuvent rester intactes dans la mémoire »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*