Une transition alimentaire, un chemin vers une certaine liberté

transition alimentaire Le 29 Octobre. Image crédit : Pixabay

Une transition alimentaire, un chemin vers une certaine liberté

jusqu’à mes 22 ans, je tombais tous les mois malade. Malade d’un rhume, d’une grippe, du moindre virus qu’une personne de mon entourage pouvait avoir. Je sentais que mon corps était de plus en plus vulnérable. A ce moment là, je me suis demandais qu’est ce qui n’allais pas chez moi ? Pourquoi certaines personne respirent la santé alors que d’autres sont tout le temps malade comme je l’étais à cette époque ?

J’en ai parlé à un ami proche à ce moment qui lui ne tombais jamais malade ou très peu, et je lui ai demandé : “c’est quoi ton secret pour ne jamais tomber malade ? Lorsque tu as un rhume par exemple, tu prends quoi comme médicament ?” J’ai été très surpris de sa réponse parce qu’il m’a répondu qu’il ne prenais pas de médicament. Il a poursuivis en me disant : “si tu prends un médicament pour le moindre petit truc que tu as, tu assistes ton système immunitaire de l’extérieur, tu ne te rends pas service parce que tu rends ton système immunitaire dépendant d’un substitut extérieur et il se met en “veille”. Le jour où tu ne lui apportes plus ton médicament, il ne sera pas entraîné et tu risques gros si tu es face à une grosse maladie.”

Une transition alimentaire, un chemin vers une certaine liberté :

Notre système immunitaire est notre système de défenses naturelles qui a besoin d’être entraîné, qui a besoin d’être stimulé pour être opérationnel et être capable de se défendre face au danger extérieur au moment où il se manifeste. C’est pourquoi, j’ai suivi ces conseils en cherchant à renforcer mes défenses naturelles.

Les résultats ne sont fait sans attendre. La fois suivante où j’étais enrhumé, je n’ai pris aucun médicament, certes c’était plus douloureux, plus long mais j’avais commencé à faire travailler mon système immunitaire. Je ne tombais plus malade tous les mois mais seulement quelques fois dans l’année après cette unique rhume sans médicament.

Cependant, je trouvais que mon état physiologique n’était pas encore au top parce que j’étais mou, fatigué, envahi par les idées noires dans ma tête, en manque d’énergie, en perte de vitesse pour avancer dans ma vie. Et surtout, j’avais souvent des complications gastriques inattendues après certains de mes repas qui m’empêchait d’être libre parce que mon esprit se focaliser de plus en plus sur mes troubles digestifs. Je devenais paralysé et prisonnier de mon état physiologique. Pied au mur, j’ai eu le déclic de changer les choses en profondeur.

C’est là que mon chemin vers la santé et le bien-être a commencé. J’ai commencé par changer quelques habitudes dans mon alimentation de base. Une alimentation qui était comme la plupart des gens à l’heure actuelle excepté que je prenais plaisir à prendre des sucreries raffinés entre les repas à tel que point que le coca cola était devenu mon eau tellement j’avais besoin de ce goût sucré dans la bouche. J’étais un vrai addict du “sucrisme” si je puis dire.

A ce moment, j’étais étudiant, je faisais mes études d’ingénieur à La défense lorsque j’ai commencé par m’attaquer aux additifs alimentaires parce que j’avais vu une vidéo sur le sujet assez alarmiste. Je faisais mes recherches et me suis rendu compte que je n’arrêtais

pas d’en consommer. J’ai supprimé progressivement les produits qui contenait des additifs nocifs pour la santé comme par exemple le glutamate monosodique et ses fantômes cachés sous différents noms sur les listes d’ingrédients de nos étiquettes. Je me suis rendu compte que certains additifs extrêmement dangereux était contenu dans la quasi totalité des produits de supermarchés que j’achetais. Au début, c’était la panique parce que je me disais que je ne peux plus rien manger et surtout ce à quoi j’étais habitué.

Je me sentais tellement seul et perdu à la fois. Maintenant avec le recul, je me rends compte que ces moments durs que j’ai du traverser ont forgé mon caractère, m’ont apprit à me dépasser et considérer désormais les problèmes comme des opportunités que la vie met sur mon chemin pour m’apprendre à grandir, à devenir une meilleure personne et évoluer toujours plus vers un meilleur état d’être. Du coup, à ce moment là j’ai décidé de remplacer toutes les sucreries entre les repas par mes fruits préférés. À la fois pour m’apporter tous les bienfaits des fruits mais aussi pour éviter les agents toxiques des additifs.

En comprenant le phénomène de l’épi-génétique, j’ai compris que ça ne tenait qu’à moi de me construire la vie que je souhaite. On ne choisit pas la vie que l’on a à notre naissance mais on peut choisir notre vie lorsque l’on va mourir. L’épigénétique nous dit qu’en fonction de nos habitudes de vies comme par exemple l’alimentation, il y a une relation de cause à effet dans l’expression de nos gènes. Si je mange un fruit, je vais activer un gène alors que si je mange une sucrerie raffinée, je vais en activer un autre. C’est comme ça que j’ai compris la relation entre l’alimentation, le sommeil, la qualité de nos relations, l’activité physique et notre comportement, notre mentalité et notre ouverture d’esprit dans la vie de tous les jours.

Mes études à ce moment là m’ont permit de partir au Canada pour faire un stage. Une fois au Canada, nouveau pays, nouveau environnement, sans famille, sans amis, sans petite copine, seul avec moi-même, j’ai décidé de reconstruire ma vie. J’ai appris à désapprendre ce qui me semblait obsolète en terme de santé et bien-être. Le tout en m’informant évidemment auprès de docteurs, d’experts, et professionnels à la recherche de la vérité et du progrès à travers les livres, les conférences, les témoignages, site web lié à la santé que j’ai consommé pendant des mois et des mois.

J’ai connecté plusieurs informations pour changer progressivement mes habitudes alimentaires en cherchant à taton par des expériences personnelles qu’est ce qui était le mieux pour moi.

J’ai beaucoup appris à faire confiance à mon ressenti personnel pour laisser mon intuition me guider dans ce chemin que je commencais d’arpenter. À mon arrivé au Canada, j’ai décidé de réduire drastiquement la consommation de viandes et poissons parce que j’ai compris que ce n’était pas indispensable pour la santé et au contraire lorsque c’est consommé en excès, c’est un encrassement progressif de l’organisme qui peut être responsable de maladies sur le long terme.

Je ne conseille pas d’arrêter les viandes et les poissons pour ceux qui ne veulent pas parce que nous sommes capable d’un point de vue physiologique d’en consommer en petite

quantité mais pas en excès comme c’est le cas à l’heure actuelle. Je conseille pour les personnes consommatrices de produits animaux de les acheter de bonne qualité pour éviter les agents toxiques utilisés dans élevages intensifs comme les antibiotique et les vaccins.

J’ai compris à ce moment également qu’une bonne action pour prendre soin de soi et également une bonne action pour l’environnement dans lequel on évolue. Arrêter de consommer de la viande, c’est arrêter de sacrifier des bêtes qui ont le droit de vivre et de participer à ce jeu qu’est la vie et en même temps d’arrêter de détruire un terrain de football de forêt qui parte en fumée chaque seconde et sera utilisé pour la construction des abattoirs d’élevage intensifs.

Les choses se sont passé très vite ensuite, j’ai réduit drastiquement ma consommation de féculents à base de blé qui congestionne notre corp. Les céréales modernes augmentent la porosité intestinale pour laisser ainsi certaines substances toxiques pénétrer l’organisme qui se logent partout dans le corps et peut contribuer à de nombreuses maladies comme le diabète, l’asthme, les fameux rhumes que j’avais à longueur de temps deux ans plus tôt parce que mon corps ne cessait d’évacuer les viscosités qui l’encombraient.

J’ai même essayé de nombreux régimes alimentaires comme le crudivorisme sur 1 semaine pour tester et expérimenter les bienfaits et les méfaits d’un tel régime. C’est bien pour rééquilibrer les balances nutritives dans notre corps, ça apporte beaucoup de bons nutriments à notre corps mais ce n’est pas adapté pour tout le monde. Certaines personnes comme moi qui reste active la plupart de la journée sont parfois en hypoglycémie avec ce type de régime alimentaire, en manque d’énergie si on ne prend pas plus de sucre. Certaines personnes peuvent le supporter très bien donc il n’y a aucun souci mais il ne faut pas le considérer comme le régime alimentaire parfait. Chaque personne a un régime alimentaire parfait qui lui est associé prenant en compte ses prédispositions, son mode de vie, ses ambitions et bien d’autre facteurs.

Pour éviter les inconvénients des céréales en particulier le blé, je me suis orienté vers les farineux à base de sarrasin comme par exemple les pâtes 100% sarrasin, les féculents à base de quinoa pour apporter à mon corps les nutriments dont j’ai besoin sans nuire à mon organisme. La première règle d’or en terme de santé est tout d’abord de ne pas nuire. Le sarrasin n’est pas une céréale contrairement à ce que l’on pense et est plus équilibré d’un point de vue nutritif pour l’organisme humain.

Ces changements alimentaires d’un point à un autre ont tracé progressivement un chemin derrière moi qui a construit mon début d’expérience vers la santé et plus grand état de bien-être qui n’est jamais censé s’arrêter. C’est là que j’ai compris ce que voulais dire : un esprit sain dans un corps sain.

Je me suis rendu compte de la puissance de cette phrase parce qu’en changeant mon alimentation, j’ai découvert un meilleure état de santé pour ne plus tomber malade mais également, j’ai appris à contrôler mes émotions, à les exprimer et ne plus les refouler à l’intérieur de moi qui faisait toute la personne timide que j’étais. Être plus à l’écoute de moi même tout simplement. En effet, la qualité de notre alimentation détermine directement

l’état de santé de nos intestins. Or ce sont les neurones présent aux niveaux des intestins qui véhiculent des réponses émotionnelles dans le corps.

Changer mon alimentation m’a permit d’arrêter d’avoir les idées fixes, les obsessions, les idées noirs qui envahissaient mon esprit. En consommant des aliments vivants, remplis d’énergie subtile, c’est à dire que ces aliments ont synthétisé de l’énergie vitale à partir de la lumière du soleil, de l’eau, de l’air et de la terre. Une telle énergie est nécessaire pour animer notre corps dans sa globalité. Tandis qu’avec des aliments “morts”, dévitalisé de toutes substances vivantes, de toute énergie, on ne peut pas nourrir nos cellules. Au contraire, elles dégénèrent. C’est là tout le drame de l’obésité à l’heure actuelle qui touchent des millions personnes. Une personne obèse n’a pas l’impression de mourir de faim parce qu’elle mange des aliments mais des aliments “morts” avec aucune substance nutritive, le corps meurt de faim de l’intérieur, il dégénère et devient le socle de maladies de civilisation comme le diabète, les maladies cardiovasculaire, etc…

Au fur et à mesure que ma transition alimentaire s’effectuait, mon esprit s’est ouvert dans tous les domaines comme si j’avais pris mon cerveau et l’avait écarté en grand pour y voir la réalité dans toute sa complexité comme quelque chose de beaucoup plus riche, de beaucoup plus intense, de beaucoup plus inspirant que ce que j’avais conscience auparavant.

Une telle ouverture d’esprit m’a permit d’ouvrir ma conscience spirituelle et comprendre que je n’étais pas qu’un simple être humain dans un corps physique qui est là pour apprendre, travailler et profiter une fois atteint l’âge de la retraite, mais bien un être spirituel incarné dans un corps physique pour vivre une expérience humaine qui me permet de comprendre, d’apprendre et de grandir pour évoluer à travers toutes les expériences que la vie met sur mon chemin.

Évoluer en sortant en permanence de ma zone de confort, en faisant régulièrement des choses qui me font peur, d’être dans une situation où je me met au défi de réussir pour me construire une vie extraordinaire, c’est tout un cheminement de développement pesonnel associé à cette dimension spirituelle qui fait que tout est fait pour me faire grandir vers une version améliorée de moi-même.

Gratitude à toutes ces personnes qui m’ont appris à voir les choses autrement, gratitude aux expériences de la vie de m’avoir confronté face à moi-même, d’avoir prit conscience que la maladie n’est pas quelque chose d’inéluctable mais que nous pouvons bel et bien la prévenir par des actions concrètes et des habitudes de vie saines qui respectent le fonctionnement naturel de notre corps. Gratitude à tous cet inconfort que j’ai traversé et m’a fait fait grandir pour être la personne que je suis maintenant. Malgré toutes mes erreurs, sur mon alimentation et toute ma vie en général, je ne regrette rien. Tant qu’il y a un apprentissage et un enseignement derrière nos expériences et nos prises de risques, il y a une évolution.

Je sens avoir trouvé mon but dans la vie, guidé tous les jours par mon intuition et ma confiance en moi de surmonter tous les jours un peu plus mes peurs et accompagner les

gens qui se sentent mal dans leur peau, mal dans leur corps, mal dans leur vie qu’un autre chemin est possible par la santé et le bien-être avant tout. La santé, est l’une de nos premières de nos libertés après tout. J’aime cette idée que notre santé ne dépend que de nous par la prévention sur le long terme. Une prévention quotidienne par l’évaluation permanente de nos habitudes de vie et non l’idée que la santé se résume à des traitements médicaux une fois de temps en temps et qui nous donnent l’illusion d’être guéri alors qu’en réalité, on ne retarde que le problème à plus tard de se remettre en question et comprendre que nous sommes les seuls responsables de nos maux.

Maintenant que j’ai fini mes études, je me consacre pleinement à ma passion de transmettre mes connaissances, mes conseils et mes expériences aux personnes qui veulent reprendre leur santé en main par des habitudes de vie plus saines. J’aime cette phrase de Gandhi qui dit : “ Ma vie est mon message “. Je veux faire de ma vie mon message, mon message que nous devons nous construire chacun son propre chemin vers la liberté, physique, mentale, spirituelle, émotionnelles, sociale, psychique, intellectuelle, financière, etc…

Vous pouvez désormais me retrouver sur mon site web : http://www.santebienetreglobal.com où j’anime un blog pour donner des conseils pour utiliser le pouvoir de l’alimentation au service de notre santé et de notre bien-être. Comme l’a dit Hippocrate : “Que ton aliment soit ton seul médicament”.

Une transition alimentaire, un chemin vers une certaine liberté : Adrien Lamacchia

Pour plus d’information sur l’impact de notre alimentation sur notre état de santé, je vous redirige vers mon blog : /www.santebienetreglobal.com/

“ Que l’aliment soit ton seul médicament “ – Hippocrate Adrien Lamacchia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*