personnalité borderline

Je ressens beaucoup d’émotions plus profondément que la plupart des gens, et c’est vraiment paralysant.

Je souffre de ce que l’on appelle le trouble de la personnalité borderline.

Par Antoine Mercier le 18/01/2019.  Image crédit :depositphotos.com

Chacune de mes émotions est prête à être déclenchée, qu’elle soit positive ou négative. Quand je suis heureux, je suis euphorique. Et, quand je suis en colère, je suis le diable en personne. Quand je suis triste, je suis déprimé. C’est soit tout blanc soit tout noir, il n’y a pas de gris.

Il m’est impossible de mettre des mots sur ce que je ressens. Mon esprit est un labyrinthe et ça me rend malade d’y penser.

Je veux juste être proche des gens. Je veux une relation où je puisse partager, aimer, être en sécurité, mais je deviens «trop intense» et «trop» pour les autres. Donc, au final, je me retrouve sans personne. C’est un cycle terrible.

Je souffre tous les jours. Je souffre de me sentir submergé tout le temps.

J’ai des difficultés à communiquer. Ce que je ressens dans mon cœur et dans ma tête est indescriptible. Je peux aimer avec mon corps, mon âme et mon esprit alors que mes mots peuvent dire exactement le contraire.

J’ai toujours peur à l’idée de me retrouver seul; l’abandon c’est l’enfer. Je m’accroche aux gens et je m’en vais avant qu’ils ne puissent partir.

Beaucoup de gens croient que je suis méchant, narcissique, manipulateur.

Je change toujours d’humeur et je ne contrôle pas mes émotions.

On m’a dit que j’avais deux visages. Un jour je suis empathique, passionné, enthousiaste, aimant et heureux.

Et le lendemain je me retrouve avec mon trouble, ce qui cause un comportement manipulateur, des mensonges, une déformation de la réalité et du pessimisme.

Comment peut-on ressentir cela dans un seul corps?

Lorsque je souffre, tout le monde doit souffrir.

J’ai lu des articles sur la façon de traiter avec quelqu’un qui souffre d’un trouble de la personnalité borderline. Et, je rencontre constamment comment des gens comme moi fatiguent leur entourage. Nous drainons l’énergie de ceux que nous aimons.

Un article a même déclaré: «Courez aussi vite que vous le pouvez».

Alors, je suis ici pour vous dire que même si je suis une personne difficile à vivre, je le vaux bien.