Variétés anciennes de semences : Kokopelli continuera à travailler dans l’illégalité

Variétés anciennes de semences

Variétés anciennes de semences : Kokopelli continuera à travailler dans l’illégalité

On pourrait dire que les semences et les variétés anciennes de semences font partie du droit fondamental et de l’héritage de l’humanité, transmises depuis des générations et utilisées depuis le début de l’agriculture. Mais ça c’était avant l’arrivée de certaines sociétés qui ont le monopole des ventes des semences. Et même si elles restent encore interdites aujourd’hui, des personnes se battent pour continuer à transmettre et à faire bénéficier ceux qui le désirent des bienfaits et des atouts des semences anciennes.

Par Phillipe Blot. Le 14 mai 2019

Association Kokopelli – devra donc continuer d’oeuvrer en toute illégalité et rester hors la loi. Et cela malgré la décision du Conseil constitutionnel, ils continueront de distribuer des semences anciennes. Parce qu’ils jugent normal et nécessaire de le faire.

Le 2 octobre 2018, l’Assemblée nationale autorisait enfin la vente de semences anciennes. Mais après seulement, quelques jours plus tard, le Conseil constitutionnel a modifié et censuré l’essentiel du texte.

Ainsi, la vente de ces semences et leur reproduction (que les industriels ne contrôlent pas) reste hors la loi. Une revers incompréhensible qui n’a malgré tout pas démotivé les adhérents de Kokopelli. Car ils étaient déjà habitués à vivre dans l’illégalité.

« Pourquoi cet article de loi a-t-il été censuré ? La réponse est simple : il y a la pression des lobbies, comme d’habitude, il y a les agro-industriels derrière, comme d’habitude, et on est sans cesse dans le même schéma de la mainmise de l’agro-industrie sur la politique. »

Dans La Dépêche, Ananda Guillet, donne les raisons pour lesquelles ils vont continuer et pourquoi son action est légitime :

« L’agriculture est née il y a 45 000 ans alors que l’agro-industrie, telle que nous la connaissons, date de la Seconde Guerre Mondiale. Ce qui est illégal aujourd’hui existe en fait depuis des dizaines de milliers d’années. Les agriculteurs ont toujours échangé et reproduit leurs semences. C’est une industrie récente qui a décidé de changer ces règles fondées sur la gratuité et la libre distribution (…) « Cela fait vingt ans que nous faisons notre travail dans l’illégalité et nous allons continuer. Pour nous, cela ne change rien »

Rien que pour l’année 2017, l’association a donné (en toute illégalité) 700 000 sachets de vieilles semences à plus de 130 000 personnes dans le monde. Et avec son action, c’est toute une partie de la biodiversité qui est préservée est transmise.

Variétés anciennes de semences résistent

Et même s’ils sont hors la loi, il y a des intérêts et un héritage de l’humanité plus importants que ceux des industriels de l’agro-industrie. Ils revendiquent entre autres :

  • Le droit de semer librement – et sans contrainte aucune – les semences du Domaine Public. Elles doivent être accessibles à tous, sans aucune restriction !
  • L’utilisation libre – et sans restriction- des plantes médicinales utilisées depuis des millénaires, mais interdites. Lire la suite :/kokopelli-semences.fr/fr/page/qui-sommes-nous

Kokopelli une association qui fait bouger les choses.

Variétés anciennes de semences : Kokopelli continuera à travailler dans l’illégalité
5 (100%) 1 vote[s]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*