Vivre autrement sans supermarché, 3 bonnes raisons de le faire et comment procéder

a woman is overwhelmed with the wide range in the supermarket when shopping.

Aujourd’hui, nous sommes tellement habitués à faire nos courses au supermarché, que nous avons du mal à concevoir l’idée de vivre autrement. Pourtant, grâce à des initiatives qui viennent du monde entier, il est tout à fait possible d’apprendre à vivre sans supermarché.

Par Phillipe Blot. Le 7/02/2109

Voici 3 bonnes raisons d’apprendre à vivre autrement sans supermarché et comment vous pouvez procéder :

Un impact écologique

Les supermarchés et les grandes surfaces ont provoqué la suppression de kilomètres carrés de terres cultivables, l’augmentation des émissions de CO2, mais également la forte a l’explosion des emballages plastiques et du gaspillage alimentaire.

Face à ce constat écologique préoccupant, de nombreux points de vente de produits sans emballage, ou bien des solutions alternatives ont vu le jour. Par exemple, vous pouvez trouver des cotons tiges en bois, des éponges recyclées, ou encore des brosses à dents recyclées.

Lien connexe: 65 % des français sont pour encourager les producteurs et boycotter les supermarchés

Afin de diminuer le gaspillage alimentaire, on trouve de nombreuses solutions. En effet, certaines applications comme « to good to go » vous permettent de récupérer les invendus à un prix défiant toute concurrence, des boutiques d’objets gratuits à réutiliser ou recycler, ou même des commerces qui s’engagent à sauver les produits destinés à être détruits.

Vivre autrement fait vivre les petits producteurs

De plus en plus d’agriculteurs sont soucieux de leurs moyens de production et de leur impact sur notre environnement.


De nombreux producteurs sont à l’agonie à cause des nombreuses exigences de la grande distribution. D’autre part, les prix pratiqués ne leur permettent pas toujours de se verser un salaire. Ainsi, de plus en plus d’agriculteurs passent par les circuits courts ou font de la vente directe.

Lire aussi: 35 AGRICULTEURS S’UNISSENT POUR RACHETER UN SUPERMARCHÉ

Certains vont encore plus loin et se regroupent afin de vendre leurs produits ensemble. Ils créent des coopératives de vente directe grâce au rachat de supermarchés. Ainsi, ils parviennent à renverser l’impact économique négatif des grandes surfaces à l’échelle locale. Effectivement, les chiffres indiquent que lorsqu’on dépense un euro dans une entreprise locale et indépendante, l’impact sur l’emploi est deux à quatre fois supérieur.

Vivre autrement sans supermarché a un impact positif sur la santé


Diverses études révèlent que les grandes surfaces ont leur part de responsabilité dans l’apparition de certaines maladies. On retrouve notamment: obésité, diabète, hypertension, cholestérol, allergies, cancers… Revenir à produits non transformés, locaux et de saison, a donc un impact positif sur notre santé.

De nombreuses alternatives voient régulièrement le jour en France. D’autre part, elles ont des effets positifs collatéraux. Par exemple, il y a la création de liens sociaux, grâce aux coopératives alimentaires, que ce soit en ville ou en campagne.

Des alternatives qui ont fait leurs preuves

Aujourd’hui, vivre autrement sans supermarché est désormais possible. Ce n’est pas une lubie ou un caprice d’enfant. Vivre sans supermarché, c’est également choisir de mieux rémunérer les producteurs et de consommer des produits meilleurs pour la santé. D’autre part, cela permet de créer des emplois. De plus, nous diminuons le gaspillage alimentaire en limitant ainsi notre impact sur l’environnement.

Grâce à un nouveau mode de consommation, nous pouvons ainsi faire un pas dans une nouvelle direction tous ensemble, à notre propre rythme.

Notez cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*