Vouloir être aimé à tout prix

Vouloir être aimé à tout prix

Par Jackie B. Hamilton

Je pensais que la vie en avait terminé avec toutes ces prises de conscience, tous ces cheminements que je suis appelée à vivre depuis que j’ai posé les pieds sur Terre. Mais non, on dirait bien qu’il reste encore des leçons à apprendre, des enseignements à assimiler.

C’est ainsi que j’ai été amenée à vivre, ces jours-ci, deux situations quasi similaires dans leur forme et qui m’ont fait allumer sur une facette importante de ma personnalité : mon désir ardent que chacune de mes relations (surtout les romantiques) se termine dans l’harmonie.

En fait, je vis très mal avec le fait que quelqu’un puisse être refroidi ou m’en vouloir pour quelque chose et ce refus de laisser les choses être ce qu’elles doivent être m’amène aujourd’hui à réaliser qu’il reste des résidus à ma blessure d’enfance qui est en rapport avec le rejet.

TOUT SAUF LE REJET

En fait, cette blessure m’oblige encore à vouloir faire tout ce qui est humainement possible de faire pour que l’autre continue à m’apprécier (m’aimer) quand même, et ce, même si ce n’est probablement pas son désir.

Cela me rappelle une histoire survenue en milieu de travail, histoire que j’ai mis des années à oublier parce que, justement, je ne pouvais me résoudre au fait qu’une personne puisse être restée sur une mauvaise impression de moi.

En réalité, je suis probablement toujours l’esclave de cette programmation qui provient de mon enfance et qui, jadis, m’incitait à vouloir tout faire pour obtenir un peu d’attention, d’affection et d’amour de la part d’une mère froide et indifférente (et, à la limite, hostile).
Aujourd’hui, c’est avec grande désolation que je réalise à quel point j’ai attendu et quémandé son amour une grande partie de ma vie parce que je ne comprenais pas pourquoi elle me traitait avec autant d’indifférence. Depuis, Dieu merci, j’ai intégré la notion qu’il y a des questions qui ne trouveront jamais leur réponse et nous n’y pouvons rien.

En ce qui concerne ma relation avec ma mère, je suis désormais parfaitement en paix avec tout ceci. Mais je réalise tout de même à quel point cet environnement dans lequel j’ai été élevée a eu et a encore, par moment, un impact sur mes interactions avec la gente masculine.

CE BESOIN QUE TOUT SOIT PARFAIT

En fait, c’est comme si je sentais encore cette obligation d’être la plus parfaite possible pour pouvoir mériter et garder l’attention et l’amour des autres. Il y a du bon à ceci parce que cela m’amène à toujours m’améliorer en tant qu’être humain, mais il reste que j’en suis quand même quelque peu prisonnière.

Ce que ça me dit, c’est que je suis toujours à la recherche désespérée d’être appréciée et aimée par tout un chacun et en toute circonstance. Je suis encore coincée dans mon énergie d’il faut qu’on m’aime à tout prix.

D’avoir réalisé ceci, c’est déjà très bien. Reste maintemant pour moi à voir comment je vais arriver à me libérer une fois pour toutes de ce qui reste en moi comme blessure de rejet.

Il s’agit là d’un défi que j’accueille avec optimisme car je sais que la récompense sera grande.

Jackie B. Hamilton est auteure et blogueuse en éveil de conscience. On retrouve, dans sa bibliographie, L’enfant invisible (se donner le droit d’exister)Qui sommes-nous sans nos blessures (Comprendre et gérer intelligemment ses émotions)La philosophie du let it be (Parce que le bonheur n’a pas à être compliqué)Du moi actuel au moi rêvé (Devenir ce que l’on désire être) et le Carnet de route pour manifester l’inattendu. Visitez jackiebhamilton.com. Suivez-la sur FacebookTwitterInstagram et Pinteres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*